La Nupes, l'alliance de gauche à l'Assemblée nationale

Hausse du Smic, retraite à 60 ans, RIC... quelles sont les principales mesures de l'union de la gauche ?

Justine Faure
Publié le 19 mai 2022 à 18h23
JT Perso

Source : TF1 Info

La Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes), qui réunit LFI, EELV, PS et PCF, a dévoilé ce jeudi son "programme partagé de gouvernement" pour les élections législatives.
Un programme qui contient 650 propositions.
Smic à 1500 euros, retraite à 60 ans, blocage des prix, VIe République, référendum d'initiative citoyenne... on fait le point sur les principales mesures.

"L'idée n'a pas été d'aboutir à une fusion idéologique", a prévenu Jean-Luc Mélenchon. Ce jeudi matin, l'Insoumis tenait une conférence de presse en présence du premier secrétaire du PS Olivier Faure, du secrétaire national d'EELV Julien Bayou et du représentant communiste Ian Brossat pour présenter le programme de la Nouvelle union populaire écologique et sociale pour les élections législatives. Ce dernier s'inscrit "dans une démarche de reparlementarisation de la République française", a indiqué l'ex-candidat à la présidentielle. Que contient-il ?

33 propositions "nuancées"

Ce programme est riche de 650 propositions, divisées en huit chapitres : social, écologie et énergie, partage des richesses et justice fiscale, services publics, VIe République et démocratie, sûreté et justice, lutte contre les discrimination, UE et international. 33 font l'objet de "nuances", c'est-à-dire de divergences, a expliqué Jean-Luc Mélenchon, notamment la question du nucléaire et l'Europe, qui seront arbitrées "par le parlement"

Sur cette dernière, l'accord prévoit, par exemple, que les signataires sont "prêts à ne pas respecter des règles européennes – désobéir pour les uns, déroger transitoirement pour les autres – quand elles sont en contradiction avec l'application de notre programme".

La plupart des mesures de la Nupes sont déjà connues : retraite à 60 ans, Smic à 1500 euros, blocage des prix des produits de première nécessité, instaurer une VIe République et le référendum d'initiative citoyenne. Sur le chapitral social, les alliés de gauche souhaitent également revaloriser les pensions de retraite, passer à 1500 euros minimum par mois pour une carrière complète et 1063 euros pour le minimum vieillesse. 

Pour l'écologie, ils annoncent vouloir rehausser les ambitions climatiques de la France avec pour objectif une baisse de 65% des émissions de gaz à effet de serre à horizon 2030, au lieu de 40% actuellement ; investir massivement dans les énergies renouvelables, le réseau ferroviaire et la rénovation totale d’au moins 700.000 logements par an ; inscrire le crime d'écocide dans la Constitution ; intégrer l’enjeu écologique dans les programmes de la maternelle au lycée. 

Un ISF avec un volet climatique

Pour mieux partager les richesses, ils proposent de rétablir l'ISF en y incluant un volet climatique ; rendre progressif l’impôt sur les sociétés pour favoriser les TPE-PME ; diviser l'impôt sur le revenu en 14 tranches contre 5 actuellement ; instaurer un héritage maximum à 12 millions d’euros pour financer l’autonomie des jeunes ; créer une garantie d’autonomie pour que dès 18 ans, plus personne ne touche moins que le seuil de pauvreté.

Dans le chapitre services publics, on retrouve la promesse de rembourser à 100% tous les soins prescrits ; de recruter et revaloriser 100.000 soignants pour l’hôpital public et 240.000 personnels pour les Ehpad ; dédier 1% du PIB à la culture ou encore supprimer la réforme du baccalauréat. En matière de sécurité, les alliés de gauche veulent rétablir la police de proximité, abroger la loi sécurité globale et interdire les armes mutilantes, les techniques d’immobilisation létales et la technique de la "nasse" pour le maintien de l'ordre.

Lire aussi

Pour l'égalité et la lutte contre les discriminations ils souhaitent allonger la durée des congés parentalité et les rendre identiques pour les deux parents ; déconjugaliser et revaloriser l’allocation adultes handicapés (AAH) au niveau du Smic ; ajouter dans la Constitution le droit à la contraception et à l’interruption volontaire de grossesse (IVG) ; établir la filiation par reconnaissance comme principe par défaut, rembourser la procréation médicalement assistée (PMA) et la rendre accessible aux personnes trans. 


Justine Faure

Tout
TF1 Info