"Horizons", le nouveau parti d’Édouard Philippe

Législatives : Edouard Philippe omniprésent à l'horizon du second tour

Aurélie Loek
Publié le 16 juin 2022 à 19h07
JT Perso

Source : TF1 Info

À quelques jours de la conclusion de la campagne des législatives, Edouard Philippe poursuit le tour des circonscriptions qu'il avait commencé dès la fin mai.
Après être venu en soutien à Clément Beaune, ministre en difficulté à Paris mercredi, il tient une réunion publique en Seine-Maritime ce jeudi.

Il n'y a pas de temps à perdre pour le camp présidentiel. À quelques jours du second tour et du début de la période de réserve, les poids lourds de la coalition présidentielle "Ensemble !" multiplient les déplacements de soutien à leurs candidats en difficulté. Parmi eux, le fondateur d'"Horizons" Edouard Philippe, omniprésent sur le terrain.

Une trentaine de circonscriptions parcourues avant le 1er tour

Mercredi, après un déplacement dans les Hauts-de-Seine pour soutenir la candidate Aurélie Taquillain, en ballotage défavorable dans l'une des triangulaires du département, il s'est rendu dans la 7e et dans la 18e circonscriptions de Paris, aux côtés du ministre délégué aux Affaires européennes Clément Beaune, puis du candidat Horizons Jean-Yves Bournazel, tous deux en difficulté face à des candidats Nupes

Il a ensuite rejoint dans la soirée François Bayrou dans l'Yonne pour une réunion publique en soutien à André Villiers, candidat Horizons également et en ballotage défavorable face à un candidat Rassemblement National. Jeudi soir, rebelote avec une réunion publique en Seine-Maritime pour encourager Agnès Firmin-Le Bodo et Marie-Agnès Poussier-Winsback, toutes deux à Horizons.

Les déplacement s'enchainent donc, principalement aux côtés des candidats Horizons, mais aussi des grandes figures de la majorité. Edouard Philippe avait d'ailleurs commencé un tour de France dès la fin mai et avait visité avant le premier tour une trentaine de circonscriptions. Il s'est notamment affiché dès le 28 mai dans le Nord aux côtés de Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur et candidat à Tourcoing et a par ailleurs accompagné les premiers pas d'Elisabeth Borne, Première ministre tout juste nommée, dans le Calvados, début juin.

30 à 40 députés "Horizons" qui pourraient être déterminants

Celui qui souhaite incarner l'aile droite de la Macronie est donc très investi dans la campagne et sur le terrain, attitude qui contraste avec celle plus distancée adoptée par le président de la République. Pour Edouard Philippe, qui bénéficie toujours d'une popularité forte alors même qu'il a quitté Matignon en juillet 2020, c'est aussi une manière de peser dans ces élections législatives alors même qu'il n'est ni candidat ni membre du gouvernement.

La séquence électorale avait pourtant mal commencé. Alors que le fondateur d'Horizons s'attendait à avoir près de 110 candidats investis par "Ensemble !", il n'aura obtenu que 58 circonscriptions. Au lendemain de la présidentielle, le parti d'Edouard Philippe s'était même dit "surpris" de ne pas avoir davantage de "discussion" avec ses partenaires de la majorité.

Lire aussi

Mais mercredi soir, l'union était de mise, alors même que le camp présidentiel pourrait n'avoir qu'une majorité relative à l'Assemblée nationale. À propos de François Bayrou, Edouard Philippe a expliqué à la presse en quittant la réunion : "On est des partenaires déterminés de la majorité parlementaire et présidentielle". Dans un entretien au Figaro, il a répété sa volonté d'obtenir une majorité pour Emmanuel Macron. Et pourtant. Sans majorité absolue pour Renaissance, le parti présidentiel, celui d'Edouard Philippe pourrait davantage peser. L'ancien locataire de Matignon souhaiterait décrocher 30 à 40 députés qui pourraient s'avérer plus déterminants que précédemment espéré. 


Aurélie Loek

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info