Élection présidentielle 2022

L'affaire Jérémie Cohen fait irruption dans la campagne présidentielle

Vincent Michelon
Publié le 5 avril 2022 à 12h16, mis à jour le 6 avril 2022 à 14h22
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Jérémie Cohen a été mortellement percuté par un tramway à Bobigny, le 16 février, après avoir été violemment agressé par une bande.
Si le caractère antisémite de l'agression n'est pas confirmé à ce stade, l'affaire a fait brutalement irruption dans la campagne présidentielle depuis lundi.

La vidéo, d'une grande violence, tourne depuis lundi sur les réseaux sociaux, fortement relayée par les soutiens d'Eric Zemmour. Alors que les circonstances de la mort de Jérémie Cohen, mortellement percuté le 16 février dernier par un tramway à Bobigny (Seine-Saint-Denis) après avoir été agressé par un groupe d'individus, font l'objet d'une enquête, le drame a fait brutalement irruption, depuis 24 heures, dans la campagne présidentielle. 

Lundi matin, Eric Zemmour a été le premier à relayer les éléments du drame, dénonçant "une omerta" médiatique sur les circonstances dans lesquels le jeune homme, d'origine juive, est mort. "Jérémie Cohen avait 31 ans. Il était handicapé. Il a été lynché par une bande de racailles avant de s’enfuir, sans voir le tramway qui arrivait", a écrit le candidat, qui s'est entretenu avec le père de la victime. 

Si le caractère antisémite de l'agression n'a pas été retenu à ce stade par les enquêteurs, ce mobile a été mis en avant par plusieurs responsables politiques, cinq ans jour pour jour après le meurtre de Sarah Halimi

Lire aussi

Affaire "étouffée"

"La mort d’encore un de nos enfants et le silence assourdissant sur les faits depuis deux mois me révoltent. Est-il mort pour fuir les racailles ? Est-il mort parce que juif ? Pourquoi cette affaire est-elle étouffée ?", a lancé Eric Zemmour, faisant de cette affaire un cas d'école. Sur TF1 lundi soir, le candidat a même indiqué que son premier geste symbolique serait, s'il était élu, de rendre visite aux parents de Jérémie Cohen

Laissant également entendre que cette affaire pourrait avoir été étouffée, Marine Le Pen a réagi de façon similaire lundi. "Ce qui était présenté comme un accident pourrait être un meurtre antisémite. Comment expliquer le silence sur cette affaire et ses motivations ?", a lancé la candidate du RN.

Après la diffusion de la vidéo sur les réseaux sociaux, malgré l'appel de la famille, les réactions politiques se sont multipliées, à droite comme à gauche. "Les conditions de la mort de Jérémie Cohen sont d’une violence insoutenable", a déclaré Valérie Pécresse, manifestant son "soutien absolu à sa famille et à ses proches". "Toute la lumière doit être faite sans délai sur ce lynchage ignoble, qui pourrait être de nature antisémite", a ajouté la candidate LR. 

"Rien ne doit être passé sous silence"

Le même argument a été repris immédiatement à gauche. Anne Hidalgo a ainsi réclamé "toute la lumière" sur "les conditions de la mort effroyable" du jeune homme. Ajoutant : "L'antisémitisme tue, rien ne doit être passé sous silence, mais au contraire doit être combattu au grand jour, avec la plus grande détermination". Le patron du PS, Olivier Faure, a jugé pour sa part que "le mobile antisémite" de l'agression "ne fait aucun doute"

"Toute la lumière doit être faite sur les circonstances de la mort de Jérémie Cohen, son agression avant qu'il soit heurté par un tramway à Bobigny", a aussi exigé le candidat écologiste Yannick Jadot, pour qui "ce n'est pas à sa famille de réunir les preuves".  Dans la même veine, Jean-Luc Mélenchon a apporté son soutien à la famille, réclamant, "comme elle, la vérité et la justice"

Fabien Roussel a rendu hommage à la famille du jeune homme "qui se bat pour rouvrir l'enquête", cette dernière n'ayant en réalité pas été close. "L'antisémitisme est un poison de notre République et les actes antisémites sont en augmentation", a également estimé le candidat communiste, alors que les éléments de l'enquête restaient partiels. 

"J’ai une pensée pour la famille, je comprends pour qu’elle se batte pour que toute la lumière soit faite", a commenté plus prudemment Alexis Corbière, lieutenant de Jean-Luc Mélenchon, mardi matin sur LCI. "Elle mérite que la justice leur donne des réponses. Il y a manifestement une agression qui est la cause de la mort. C’est terrifiant, insupportable, les coupables doivent être retrouvés et lourdement sanctionnés. Cette famille manifeste une grande dignité."

S'agissant d'Emmanuel Macron, l'Élysée a fait savoir mardi que le cabinet du chef de l'État avait joint par téléphone les parents de la victime "pour leur transmettre un message de compassion et leur faire savoir que dans le respect de l'indépendance de la justice, tous les moyens d'enquête seront mis en œuvre pour identifier les auteurs de cette agression et faire toute la lumière sur cette affaire".


Vincent Michelon

Tout
TF1 Info