Les élections régionales et départementales 2021

Pour Frédéric Péchenard, LR doit "perturber le match Macron/Le Pen"

L.G
Publié le 3 juin 2021 à 10h42
JT Perso

Source : TF1 Info

POLITIQUE - Invité de la matinale de LCI ce jeudi, le vice-président de la région Île-de-France, Frédéric Péchenard, tête de liste "Libres !" à Paris pour les régionales, est revenu sur l'enjeu des élections pour son parti, Les Républicains.

"Ces élections sont une échéance très importante pour Les Républicains (....) L'existence de la droite républicaine est en jeu", a affirmé Frédéric Péchenard, au micro de LCI. Pour le vice-président de la région Île-de-France, tête de liste de Valérie Pécresse aux régionales pour Paris, Les Républicains doivent "perturber le match Macron/Le Pen." 

"Je ne suis pas favorable au parti unique, je ne suis pas favorable à : "En dehors de ce parti, c'est le chaos." Je suis favorable à une gauche républicaine, à une droite républicaine. Nous avons notre place et nous tiendrons notre place", a poursuivi Frédéric Péchenard. 

Pas d'accord possible avec le RN

Interrogé par Jean-Michel Aphatie sur la division de la droite et son positionnement, Frédéric Péchenard s'est démarqué des positions de Guillaume Peltier, n°2 des Républicains qui a affirmé qu'il ne croyait pas au "front républicain" et qu'il "voterait blanc" en cas de duel au second tour entre Renaud Muselier et Thierry Mariani en Paca : pour Frédéric Péchenard, "il n'y a pas d'accord possible avec le Rassemblement national." 

L'ancien patron de la Police nationale a aussi affirmé sa volonté de travailler encore six ans au côté de Valérie Pécresse. "Je suis son vice-président depuis six ans, sérieusement, sincèrement, c'est une excellente Présidente de région", a déclaré le candidat, insistant sur le bilan de la présidente de région. 

"Elle a montré une rigueur budgétaire et un sérieux. Quand nous sommes arrivés, le budget était de 60% de fonctionnement et 40% d'investissement. La majorité du budget servait à entretenir la machine, aujourd'hui on a inversé la tendance. Elle a montré que c'était une excellente gestionnaire. Elle a aussi montré pendant la crise sanitaire qu'elle était aussi capable de gérer des crises. S'il y a eu des masques il y a un an, c'est grâce à la région", a-t-il développé avant de conclure, "cela fait six ans qu'on travaille à l'amélioration des investissements en Île-de-France et il faut que Valérie Pécresse puisse continuer encore six ans."


L.G

Tout
TF1 Info