Les élections régionales et départementales 2021

Régionales : à Marseille, des bureaux de vote fermés plusieurs heures faute d’assesseurs

La rédaction de LCI
Publié le 20 juin 2021 à 15h48
Régionales : à Marseille, des bureaux de vote fermés plusieurs heures faute d’assesseurs

Source : LUDOVIC MARIN / AFP

VOTE - Plusieurs bureaux de vote n’ont pas ouvert à Marseille ce dimanche matin à 8h, faute de président pour les tenir, selon la préfecture. A la mi-journée, la situation était revenue à la normale.

Le premier tour des élections régionales et départementales a connu des débuts compliqués ce dimanche 20 juin dans certains bureaux de Marseille. En effet, des électeurs se déplaçant pour déposer leur bulletin dans l’urne ont eu la surprise de trouver leur bureau de vote fermé après 8h, supposée être l'heure d’ouverture. Et ce à cause du manque d’assesseurs : selon la préfecture des Bouches-du-Rhône, 34 bureaux n’avaient pas de président ce dimanche matin. A la mi-journée, le préfet a indiqué qu'il avait  "désigné des délégués spéciaux chargés de présider les bureaux et désigner les assesseurs" et que "malgré ces mesures, des retards significatifs ont pu être constatés dans l’ouverture de certains bureaux". 

"Le scrutin n’est pas remis en cause"

Ainsi à 10h, dix bureaux de vote étaient toujours fermés, avant que la situation ne soit rétablie à 12h30 et que l’ensemble des 481 bureaux de la ville ne soient ouverts. À l’AFP, la mairie a expliqué la cause de ces retards, malgré la réquisition effectuée auprès de fonctionnaires. Selon elle, les assesseurs appelés en urgence "ne sont pas habitués et donc l’ouverture des bureaux est plus lente". Et comme un souci n'arrive jamais seul, un problème informatique a touché la veille les logiciels électoraux, a précisé la mairie. "Le scrutin n’est pas remis en cause", a tenté de rassurer la mairie auprès du service politique de TF1/LCI.

"Faute grave" pour le RN, "honte" pour Mélenchon

Mais déjà, des élus d’opposition au conseil municipal de Marseille ont entrepris de dénoncer la situation, comme le groupe "une volonté pour Marseille" qui y a vu "au mieux une faute grave, au pire, une tentative de tripatouillage électoral, mais en tout état de cause, un nouveau scandale démocratique". Du côté du Rassemblement national, on souhaite même porter cette affaire devant la justice. Sandrine d’Angio, candidate RN aux départementales dans le canton 6 et aux régionales dans les Bouches-du-Rhône, compte porter plainte dès ce dimanche après-midi ou lundi matin au plus tard. 

Cette dernière, qui n’a pas pu voter ce dimanche matin à Saint-Jérôme, dans le 13e arrondissement, se fonde sur l’article L113 du Code électoral, qui dispose que "quiconque, soit dans une commission administrative ou municipale, soit dans un bureau de vote ou dans les bureaux des mairies, des préfectures ou sous-préfectures, avant, pendant ou après un scrutin, aura, par inobservation volontaire de la loi ou des arrêtés préfectoraux, ou par tous autres actes frauduleux, violé ou tenté de violer le secret du vote, porté atteinte ou tenté de porter atteinte à sa sincérité, empêché ou tenté d'empêcher les opérations du scrutin, ou qui en aura changé ou tenté de changer le résultat, sera puni d'une amende de 15.000 euros et d'un emprisonnement d'un an ou de l'une de ces deux peines seulement". 

Lire aussi

Jean-Luc Mélenchon, patron de La France Insoumise et député des Bouches-du-Rhône, a de son côté qualifié ce retard dans l’ouverture des bureaux de "honte", se demandant ce "que vaut une telle élection". Ce dimanche midi au niveau national, la participation s’élevait à 12,2%. 


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info