Elisabeth Borne à Mayotte vendredi pour parler eau et sécurité

par J.F
Publié le 6 décembre 2023 à 15h04, mis à jour le 6 décembre 2023 à 17h27

Source : JT 20h Semaine

La Première ministre Elisabeth Borne sera en visite à Mayotte ce vendredi 8 décembre.
Elle parlera sécurité et crise de l'eau, alors que l'île est sujette à une pénurie sans précédent.

C'est la première fois qu'un Premier ministre se rend à Mayotte depuis Manuel Valls en 2015, signe de la gravité de la situation. Ce vendredi, Elisabeth Borne est attendue dans l'océan Indien, pour une visite en grande partie consacrée à la crise de l'eau qui touche l'île depuis des mois et à l'insécurité, les deux étant renforcées par la pression migratoire venue des Comores. Une visite en partie sécuritaire qui coïncide avec le débat sur le projet de loi immigration actuellement au Parlement, et qui empêchera le ministre de l'Intérieur de faire le déplacement. 

Toutefois, Elisabeth Borne marchera dans les pas de Gérald Darmanin, venu défendre en juin l'opération policière controversée Wuambushu de lutte contre la criminalité, l'immigration illégale et l'habitat insalubre. Elisabeth Borne visitera un bidonville qui doit être prochainement démantelé, situé à Koungou (nord-est), pour évoquer le relogement, un sujet qui fait débat sur l'île. 

L'autre gros sujet pour les habitants sur lequel se penchera la cheffe du gouvernement est le manque d'eau, alors que la préfecture de Mayotte a interdit la consommation d'eau du robinet sur une partie de l'archipel ce mercredi. Elle visitera une usine de dessalement d'eau de mer qui va être agrandie pour faire face à la pénurie sur l'archipel, confronté à sa pire sécheresse depuis 1997, aggravée par un manque d'infrastructures et d'investissements. Elle échangera avec des Mahorais à un point de distribution d'eau potable, alors que les habitants de l'île en sont privés chez eux deux jours sur trois. L'État prend en charge depuis octobre les factures d'eau (mesure qui pourrait être reconduite en janvier), et le gouvernement a élargi récemment la distribution de bouteilles d'eau gratuites à toute la population de Mayotte (310.000 personnes), réservée jusqu'à présent aux plus vulnérables (60.000).

Des travaux d'urgence qui ne payent pas encore

Des travaux d'urgence ont été menés ces dernières semaines pour améliorer la situation, mais ils ne permettent pas encore d'approvisionner suffisamment le réseau d'eau potable de Mayotte. L'usine de dessalement de Petite-Terre devrait atteindre sa capacité maximale de production de 4700 m³ "dans les deux semaines à venir", disait Françoise Fournial, directrice de la Société mahoraise des eaux (SMAE) le 4 décembre. Le combat se mène aussi contre les fuites d'eau : "250-300 kilomètres, sur les 800 que compte le réseau, ont été expertisés", a assuré le préfet chargé de l'eau Gilles Cantal, qui promet que "4500 m³ supplémentaires" seront disponibles d'ici la fin de l'année grâce à ces réparations, la fin des travaux de l'usine de dessalement et un nouveau captage fluvial.


J.F

Tout
TF1 Info