Damien Abad accusé de violences sexuelles, un ministre dans la tourmente

Elisabeth Borne peut-elle maintenir Damien Abad, visé par une enquête pour tentative de viol, au gouvernement ?

Justine Faure
Publié le 30 juin 2022 à 15h32
JT Perso

Source : TF1 Info

Visé par une enquête pour tentative de viol, Damien Abad peut-il rester au gouvernement ?
Ses jours pourraient être comptés, à l'aune d'un futur remaniement.
Selon les confidences d'un cadre de la majorité, la Première ministre Elisabeth Borne souhaiterait qu'il démissionne de lui-même.

Après l’ouverture d’une enquête pour tentative de viol visant Damien Abad, Elisabeth Borne peut-elle le garder au sein de son gouvernement ? La question se pose, d’autant plus qu’un remaniement doit avoir lieu ces prochains jours, et pourrait être l’occasion d’exfiltrer le ministre des Solidarités, de l'Autonomie et des Personnes handicapées. Selon les confidences d’un cadre de la majorité auprès de TF1 et LCI, "l’ouverture d’une enquête, ça change la donne" pour le ministre, qui pourrait être poussé vers la sortie. 

"Politiquement, c’est comme si on n’avait pas de ministre", explique ce dernier. "Il n’a plus aucune capacité de prise de parole", cette enquête judiciaire l’empêche "d’exister sur son périmètre, son administration". "On se met en risque politique et moral à le maintenir, ça nous abîme tous", poursuit cette source, alors que l'opposition et les associations réclament le départ du membre du gouvernement. Mais toujours selon elle, Elisabeth Borne la première "ne souhaite pas qu’il reste", mais elle aimerait que l’ancien chef des députés LR à l’Assemblée nationale "réalise par lui-même" que sa position est "intenable"

La Première ministre a été interrogée à plusieurs reprises sur les accusations visant Damien Abad et son maintien au gouvernement, mais s'était toujours retranchée derrière le fait qu'aucune femme n'avait déposé plainte. Le 15 juin dernier, prise à partie sur le terrain, Elisabeth Borne avait assuré qu'elle ne pouvait pas se prononcer "à propos d'un témoignage anonyme". "En tant que Première ministre, je le dis aussi en tant que femme, il faut permettre à la justice d'établir les faits. Il ne faut pas hésiter à aller porter plainte.(...) Je ne suis pas un juge et les enquêtes ne se font pas avec des témoignages anonymes", avait-elle déclaré.

Borne assurait qu'elle tirerait "toutes les conséquences" en cas de "nouveaux éléments"

Mediapart avait révélé le 21 mai dernier que plusieurs femmes accusaient le nouveau ministre des Solidarités de tentatives de viol. Elisabeth Borne avait assuré ne pas être au courant et l'avoir découvert à la lecture de l'article. "Je n’ai pas plus d’éléments que le fait que l’affaire a été classée sans suite. Je peux vous assurer que s’il y a de nouveaux éléments, si la justice est à nouveau saisie, on tirera toutes les conséquences de cette décision", avait-elle assuré le lendemain.

Lire aussi

Mercredi, le parquet de Paris a ouvert une enquête pour tentative de viol après la plainte d'une femme visant Damien Abad pour des faits qui se seraient déroulés lors d'une fête en 2010. Dans la soirée, l'entourage du ministre a fait savoir que ce dernier était dans un "état d’esprit combatif", "prêt à démontrer son innocence" et n'envisageait pas de démissionner. 


Justine Faure

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info