Elu FN converti à l'islam et suspendu : la défense du parti mise à mal

Publié le 27 octobre 2014 à 18h47
Elu FN converti à l'islam et suspendu : la défense du parti mise à mal

POLEMIQUE - Maxence Buttey, conseiller municipal Front national de Noisy-le-Grand (93), qui vient de se convertir à l’islam, a été suspendu des instances départementales de son parti pour "prosélytisme". Mais si les différents responsables du FN assurent que cela "n'a rien à voir" avec sa religion, certains indices laissent penser le contraire.

C'est une conversion qui embarrasse bien le parti. Maxence Buttey, conseiller municipal FN de Noisy-le-Grand (93), a confirmé s'être converti à l'islam en juillet dernier. Sauf que cet élu frontiste a très vite été suspendu du Front national, en attendant son éventuelle exclusion. Le parti lui reproche en effet d'avoir eu un comportement "prosélyte" en envoyant une vidéo à quelques responsables FN du 93 . Mais cette unique raison évoquée par les pontes du parti semble de plus en plus bancale.

EN SAVOIR + >> Elu FN converti à l'islam : voici pourquoi il a été suspendu par le parti

Comme samedi en conférence de presse , le vice-président du FN Florian Philippot a martelé sur BFM TV l'excuse officielle du FN pour justifier la suspension de Maxence Buttey : "Cela n'a rien à voir avec sa religion", c'est parce qu'il "faisait du prosélytisme". Vraiment ?

Un prosélytisme à géométrie variable

Adopter cet argument signifie donc que le Front national ne s'est jamais rendu coupable de prosélytisme. Pourtant, comme l'a relevé le Huffington Post ce lundi dans un montage vidéo, les références au christianisme faites par le parti sont légion. "Marine a besoin de montrer à son aile catholique, disons chrétienne, qu'elle est un peu plus que laïque", préconisait d'ailleurs Jean-Marie Le Pen dans le documentaire de Serge Moati diffusé sur France 2 il y a quelques semaines. Lui qui, comme de nombreux cadres frontistes, ne cesse de vanter l'"héritage chrétien de la France", cette "fille aînée de l'Eglise", et de vouer un véritable culte à "sainte" Jeanne d'Arc.

Interrogée par Chrétienté Info en juin 2010, Marine Le Pen confiait également sa vision des religions, peu soucieuse du respect de la laïcité. "Nous devons à l’héritage chrétien de l’Europe notre conception de l’homme, qui lui reconnaît, avec le caractère sacré de la vie, une existence comme être unique doté de raison et capable de choix personnel", affirmait-elle, tout en déplorant : "Le principe de laïcité, imposé il y a plus de cent ans avec une brutalité inouïe, affirme aujourd’hui, dans la sphère publique, la primauté des lois civiles sur les lois religieuses. Alors qu’on l’a imposée à la religion catholique, qui s’y est conformée, nos gouvernants se refusent à l’imposer à l’islam."

L'incessante stigmatisation de la communauté musulmane

En plus de ce prosélytisme à géométrie variable, le Front national ne cesse de cibler ses attaques sur la communauté musulmane. Dans la rubrique "laïcité " de son site Internet, le FN accuse ainsi "le fondamentalisme islamique, encouragé par les élites, d'imposer sa loi avec comme objectif d’appliquer la charia en France".

Récemment, le conseiller de Marine Le Pen et eurodéputé Aymeric Chauprade est allé plus loin dans cette stigmatisation en jugeant que "l'islam" n'était "pas compatible avec la République". "L'islam s'est répandu très rapidement au détriment de toutes les vieilles civilisations, davantage par la terreur que par les victoires militaires. D'ailleurs, je ne connais pas d'islamologue qui distingue l'islam de l'islam politique [c'est-à-dire de l'islamisme !] car l'islam est politique par essence", déclarait-il au magazine Causeur . Et de lâcher : “L’Europe occidentale est en danger d’islamisation.” Des propos qui ne sont pas sans rappeler ceux du président d'honneur du FN, qui estimait en 2012 que les “200 millions de musulmans sont une menace sérieuse” pour la France. Mais, le FN le jure, la suspension de Maxence Buttey “n'a rien à voir avec sa religion”.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info