Emmanuel Macron à Brégançon : l'Élysée insiste sur son "agenda de travail chargé"

Idèr Nabili avec le service politique TF1-LCI
Publié le 30 juillet 2022 à 17h32, mis à jour le 31 juillet 2022 à 13h49

Source : TF1 Info

Le président de la République est arrivé au fort de Brégançon (Var) et devrait y demeurer trois semaines.
L'Élysée évoque une "pause studieuse", mettant en avant l'agenda de travail chargé d'Emmanuel Macron.

En ce week-end de chassé-croisé, Emmanuel Macron a pris la route du Sud. Le chef de l'État est arrivé au fort de Brégançon, dans le Var, où il a l'habitude de se rendre chaque été. Mais l'Élysée insiste : entre le contexte international, les menaces sur le pouvoir d'achat, celles sur le gaz et les catastrophes climatiques, Emmanuel Macron ne quitte pas l'Élysée pour prendre des vacances.

"C'est une 'pause studieuse', car le travail ne s'arrête jamais lorsque l'on est président", assure l'entourage du chef de l'État à TF1-LCI. "Il va gérer les dossiers de la rentrée, notamment les travaux sur la sobriété énergétique et le dossier de la planification écologique", fait-on savoir. "Il y a aussi bien sûr le Conseil national de la refondation et le dossier du plein emploi."

Une visite internationale au menu ?

Des sujets sur lesquels le président de la République ne planche pas depuis l'Élysée, mais c'est tout comme. "Sur la forme, Brégançon est un lieu de travail, un lieu de gestion des crises", insiste son entourage. "Il dispose de tout le nécessaire pour suivre les dossiers. L'an dernier, à la mi-août, il y avait la prise d'Afghanistan par les talibans", rappelle-t-on au plus haut sommet de l'État. "Il avait suivi la discussion depuis le fort. Et il y a deux ans, le feu à Beyrouth (Liban)." Il y avait également présidé des conseils de défense sanitaire dans le suivi de l'épidémie de Covid-19.

Emmanuel Macron pourrait même profiter de son séjour dans le Sud pour accueillir des dirigeants étrangers, comme lors de son premier mandat - il y avait notamment convié l'ancienne Première ministre britannique Theresa May, l'ex-chancelière allemande Angela Merkel, ou encore le président russe Vladimir Poutine. "C'est un lieu qui peut en accueillir", indique-t-on dans son entourage. Cela pourrait être le cas mi-août, à la fin de sa présence à Brégançon. En outre, le chef de l'État devrait profiter de sa présence dans la région pour commémorer la Libération, le 17 août à Bormes-les-Mimosas. Avant de retrouver le chemin de l'Élysée.


Idèr Nabili avec le service politique TF1-LCI

Tout
TF1 Info