Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Emmanuel Macron en visite à Lourdes, ville française la plus sinistrée par la crise sanitaire

La rédaction de LCI
Publié le 15 juillet 2021 à 13h58, mis à jour le 16 juillet 2021 à 14h57
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

ÉCONOMIE - Ce vendredi, Emmanuel Macron rencontrera les acteurs du tourisme à Lourdes (Hautes-Pyrénées), ville la plus sinistrée de France depuis le début de la crise sanitaire. Le sanctuaire a perdu 80% de sa fréquentation en 2020.

Le secteur du tourisme a été très durement touché par la crise sanitaire ; en particulier la ville de Lourdes. Vendredi, les acteurs du tourisme de la cité recevront la visite du président de la République, qui y fera une étape de son tour de France entamé ce jeudi dans les Pyrénées. Alors qu'en 2020 la ville a perdu plus de 80% de sa fréquentation à cause des confinements, restrictions sanitaires et fermeture des frontières, l'année 2021 devrait être similaire, selon Christian Gélis, le président de l'Union des métiers et de l'hôtellerie du département (Umih 65).

Ce dernier sonne l'alerte : les hôteliers de la deuxième cité hotellière de France après Paris sont en danger. "On table cette année sur une baisse de la fréquentation de 85% (par rapport à 2019), avec la particularité que Lourdes dépend à 90% du tourisme", a-t-il expliqué à l'AFP. Un million de visiteurs devrait faire le déplacement cette année, contre 3,5 millions en temps normal. "Donc non, ça ne sera pas une année de reprise, loin de là", regrette-t-il.

77 millions d'euros d'aides accordés à la ville par l'Etat

Avec Emmanuel Macron, Christian Gélis souhaite notamment évoquer la question des aides directes. "Il faut tenir compte de l'écosystème lourdais particulier, avec une saison très courte allant d'avril à octobre. Si les aides s'arrêtaient brutalement en août, on serait tous en dépôt de bilan en décembre", a-t-il assuré à l'AFP. "Mais il y a aussi la question centrale de la dette de crise dont on demande à pouvoir étaler" le remboursement. "Car on ne retrouvera pas une fréquentation digne des grandes années avant quatre ou cinq ans. Et si d'ici là il faut qu'on rembourse les prêts garantis par l'Etat (PGE) alors qu'on n'a pas les rentrées d'argent, on basculera", craint-il.

En décembre 2020, le secrétaire d’Etat chargé du Tourisme Jean-Baptiste Lemoyne avait annoncé un renforcement du plan destiné à soutenir et relancer l’économie dans la cité mariale. Au total, elle a bénéficié d'une aide de 77 millions d'euros pour des mesures de report de cotisations sociales, de prêts garantis par l’Etat ou de financement de l’activité partielle.


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info