Covid-19 : le défi de la vaccination

"Emmerder" les non-vaccinés : Emmanuel Macron "assume totalement"

La rédaction de LCI
Publié le 7 janvier 2022 à 13h49
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

IL PERSISTE ET SIGNE - Ce vendredi, le président de la République a dit "assumer totalement" ses propos sur les non-vaccinés, qu'il a dit vouloir "emmerder". "On peut s’émouvoir sur des formes d’expression qui peuvent paraître familières (...) moi je m’émeus de la situation dans laquelle nous sommes", a-t-il déclaré.

"Les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder. Et donc on va continuer de le faire, jusqu’au bout", avait déclaré Emmanuel Macron dans une interview parue dans Le Parisien daté de mercredi dernier. Interrogé à ce sujet ce vendredi lors d'une conférence de presse à l'Elysée, le président de la République a dit "assumer", notamment via l'incitation à la vaccination et le pass sanitaire.

"Nous devons faire cela, pour l’ensemble de nos compatriotes qui se font vacciner et par l’irresponsabilité des autres se font contaminer. Et nous devons aussi le faire pour nos compatriotes qui se font prendre par des discours obscurantistes, de peur, et ne se protègent pas eux-mêmes. Il était de ma responsabilité de sonner un peu l’alarme", a déclaré le chef de l'Etat.

Etre citoyen, ce sont d'abord des devoirs"

Emmanuel Macron

Egalement interrogé sur l'autre phrase polémique de son entretien - "Quand ma liberté vient menacer celle des autres, je deviens un irresponsable. Un irresponsable n’est plus un citoyen" - Emmanuel Macron a estimé qu'"être citoyen c’est avoir des droits et des devoirs, ce sont d’abord des devoirs".  "Le concept de liberté brandi par certains de nos compatriotes pour dire j’ai la liberté de ne pas me faire vacciner il s’arrête là où la liberté de l’autre est entravée, là où la vie de l’autre peut être mise en danger."

Lire aussi

"On peut s’émouvoir sur des formes d’expression qui peuvent paraître familières, que j’assume totalement. Moi je m’émeus de la situation dans laquelle nous sommes. La vraie fracture du pays est là", a-t-il persisté.


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info