EN DIRECT - Hausse du prix de l'électricité : "Scandaleux", fustige Sophie Binet qui réclame des "tarifs régulés"

Publié le 21 janvier 2024 à 19h44, mis à jour le 22 janvier 2024 à 20h27

Source : TF1 Info

Dimanche, sur TF1, Bruno Le Maire a officialisé une hausse de 8,6% à 9,8% des tarifs de l'électricité dès le 1ᵉʳ février.
L'opposition fustige ce lundi les annonces du ministre de l'Économie.
Suivez les dernières informations.

Ce live est à présent terminé. 

LA CONSOMMATION FRANÇAISE EN BAISSE

La consommation française d'électricité poursuit sa baisse. Corrigée de la météo, elle a diminué de 7 à 8% en novembre et décembre par rapport à la moyenne sur ces deux mois entre 2014 et 2019, a indiqué lundi le gestionnaire du réseau électrique RTE. Une tendance observée depuis l'automne 2022 qui "résulte à la fois de la poursuite des économies d’énergie, des effets du contexte économique marqué par l’inflation et des prix élevés de l’énergie", estime RTE.


Pendant l’épisode de froid qui a touché la France au cours de la deuxième semaine de janvier, la consommation a atteint entre 83 gigawatts (GW) et 84 GW au maximum, "alors que les mêmes conditions météorologiques auraient probablement conduit à un pic autour de 90 GW" dans le contexte pré-crise.

VOITURES ÉLECTRIQUES

Quel impact aura la prochaine augmentation des prix pour les propriétaires de véhicules électriques ? On fait le point. 

VOTRE FUTURE FACTURE

À quoi ressemblera prochainement votre facture d'électricité ? Éléments de réponse avec le 13H.

Electricité : combien allez-vous payer en plus ?Source : JT 13h Semaine

EXPLICATIONS

Tous les fournisseurs doivent répercuter cette hausse s’ils refusent de se mettre en difficulté. Mais en fonction du contrat choisi, cette modification tarifaire n’interviendra pas au même moment.

LA CFDT DEMANDE "DES AIDES CIBLÉES"

Invitée sur Franceinfo, la secrétaire générale de la CFDT Marylise Léon appelle à "des aides ciblées pour tous les ménages qui ne peuvent pas absorber cette augmentation". Elle évoque la piste d’une "revalorisation" ou "en tout cas un ciblage" du chèque énergie pour que "le bouclier puisse continuer d’être actif pour ceux qui en ont besoin".

"UN NON-SENS ÉCONOMIQUE" POUR ÉRIC COQUEREL

Après l’annonce d’une nouvelle hausse du prix de l’électricité, le député LFI Éric Coquerel dénonce "un non-sens économique qui attaque la consommation".

DANS LE DÉTAIL

Que représentera donc sur votre facture la hausse de 9,8% annoncée par Bruno Le Maire ? Les précisions Maud Descamps, spécialiste économie de "Bonjour ! La Matinale TF1" ce matin.

ASSOCIATION DE CONSOMMATEURS CLCV

La hausse du prix de l'énergie ne va pas permettre d'améliorer la "situation de privation" dans laquelle se trouvent beaucoup de Français, a dénoncé ce lundi la CLCV. Cette association de consommateurs considère que le gouvernement aurait pu attendre un moment "plus opportun".

SOPHIE BINET

"C'est scandaleux. C'est le fruit unique d'une décision de l'État. La CGT revendique le retour aux tarifs régulés", réagit, sur LCI, la patronne du syndicat.

XAVIER BERTRAND : "C'EST L'IMPÔT ATTAL"

"C'est l'impôt Attal", réagit Xavier Bertrand sur BFMTV. "Le Premier ministre, en prenant ses fonctions, peut parler de baisses d'impôts sur les classes moyennes. On sait pertinemment que cette hausse sera de 200 à 250 euros par an. Ce n'est que la première moitié du chemin. L'an prochain, ce sera pareil", estime le président des Hauts-de-France. "On prend beaucoup plus aux Français aujourd'hui que ce qu'on leur rendra demain."

REPLAY

Revovez l'interview du ministre l'Économie et des Finances, Bruno Le Maire, invité d'Anne-Claire Coudray dans le JT de 20H de TF1. Le patron de Bercy a notamment fait des annonces sur le prix de l'électricité.

Interview de Bruno Le Maire au 20H de TF1Source : TF1 Info

"FACE AUX EXTRÊMES, IL N'Y A QU'UNE SEULE ATTITUDE : LE COURAGE"

"Il y a une montée des extrêmes, de l'extrême droite pour être précis, partout en Europe. Je voudrais juste rappeler que face à la montée des extrêmes, il n'y a qu'une seule attitude : le courage", affirme le ministre l'Économie et des Finances, Bruno Le Maire, invité d'Anne-Claire Coudray dans le JT de 20H de TF1, au moment d'évoquer la percée du RN dans les sondages pour les élections européennes. "Le courage d'annoncer des décisions difficiles, comme je viens de le faire sur les tarifs de l'électricité."


"Permettez-moi de rappeler au passage que que si les prix de l'électricité ont flambé, c'est parce que Vladimir Poutine, l'ami de Marine Le Pen, a attaqué l'Ukraine et a fait flamber les prix de l'électricité et du gaz. Ils en sont directement responsables. Permettez-moi de rappeler aussi que le RN n'a pas voté le bouclier tarifaire sur l'électricité et le gaz", tacle le patron de Bercy. Avant d'adresser une pique à Jordan Bardella, favorable à son maintien : "Pourquoi son parti ne l'a pas soutenu quand il fallait le faire ?"

"LES AGRICULTEURS ONT TOTALEMENT RAISON"

"Ils ont totalement raison. Je partage la douleur de tous les paysans français et leur colère", assure le ministre l'Économie et des Finances, Bruno Le Maire, invité d'Anne-Claire Coudray dans le JT de 20H de TF1, au sujet du "ras-le-bol" des agriculteurs. "Le Premier ministre, Gabriel Attal, recevra demain (lundi) la FNSEA. Il y a urgence à prendre un certain nombre de décisions. Pour ce qui me concerne, il y en a deux."


"Sur les mois qui viennent, ça va être la simplification drastique des normes. Il y a un projet de loi de simplification qui nous a été demandé par le président de la République. Je dis à tous les agriculteurs qui nous écoutent : 'mobilisez-vous, faites nous des propositions de simplification drastiques'. Les normes sont trop complexes, trop lourdes, trop coûteuses, et parfois impossibles à appliquer", explique le patron de Bercy. "La France doit agir de manière souveraine sur cette question de normes."


"J'ai demandé aussi à la DGCCRF de mobiliser 100 inspecteurs pour aller vérifier que, dans les négociations commerciales, qui sont en en cours entre les distributeurs et les agriculteurs, on protège le revenu de nos producteurs et que la loi EGAlim est strictement et rigoureusement appliquée", conclut-il.

"NOUS REVENONS A LA NORMALE"

"C'est la dernière hausse de cette taxe sur l'année 2024. La prochaine sera au 1er février 2025", indique le ministre l'Économie et des Finances, Bruno Le Maire, invité d'Anne-Claire Coudray dans le JT de 20H de TF1. "Nous reviendrons à la situation qui était celle avant le bouclier tarifaire. Nous avons pris en charge la moitié de la facture des ménages pendant la crise énergétique. Nous avons beaucoup protégé. Nous revenons à la normale. (...) Il faut aussi protéger nos finances publiques" en cas de coup dur à l'avenir.

UNE HAUSSE SOUS LES 10% AU 1ER FEVRIER

Les tarifs de l'électricité vont augmenter de 8,6 à 9,8% à partir du 1er février. "La facture d'électricité sur les tarifs heure pleine/heure creuse va augmenter de 9,8% au 1er février. Sur les tarifs de base, 8,6%. Pour 97% des ménages français, l'augmentation sera sous les 10%, comme je m'y étais engagé", annonce le ministre l'Économie et des Finances, Bruno Le Maire, invité d'Anne-Claire Coudray dans le JT de 20H de TF1.


"Pour un ménage qui ne se chauffe pas à l'électricité, ce sera 5 euros en moyenne par mois. Pour le ménage, qui se chauffe à l'électricité, avec deux enfants et une maison individuelle, ce sera en moyenne 18 euros par mois", explicite le patron de Bercy sur notre plateau. "C'est une décision difficile, mais nécessaire pour garantir notre capacité d'investissement dans de nouvelles capacités de production électrique et sortir progressivement du quoi qu'il en coûte. Nous revenons à la normale", appuie Bruno Le Maire.

UNE LIGNE QUI FAIT TOUTE LA DIFFÉRENCE

Tout se joue sur une petite ligne de la facture à laquelle vous ne faites sans doute pas attention : la taxe sur la consommation finale de l'électricité (TCFE). Pendant la crise de l'énergie, le gouvernement l'avait réduite à son niveau minimum. Elle devrait repartir à la hausse à partir du 1er février prochain. 

DES TARIFS EN HAUSSE DE 10% ?

Les tarifs de l'électricité devraient de nouveau augmenter en février prochain, à hauteur de 10%. Cette hausse est "une décision gouvernementale", selon la présidente de la Commission de régulation de l'énergie (CRE), Emmanuelle Wargon. Ce sont surtout les taxes qui vont se répercuter sur la facture des Français.

UNE ANNONCE ATTENDUE SUR LE PRIX DE L'ÉLECTRICITÉ

Le patron de Bercy va préciser le montant de l'augmentation du tarif réglementé de l'électricité (TRVE), dont bénéficient la majorité des foyers français, à partir du 1er février 2024. Cette hausse, qui inquiète les ménages, en quête de pouvoir d'achat, intervient avec la fin du bouclier tarifaire au 31 janvier.

BIENVENUE

Bonsoir à toutes et à tous. Bienvenue sur TF1info pour suivre l'interview du ministre de l'Économie et des Finances, Bruno Le Maire, invité d'Anne-Claire Coudray dans le JT de 20H de TF1.

Sur le plateau du 20H de TF1, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a annoncé dimanche que la facture d'électricité augmenterait au 1er février entre 8,6% et 9,8% selon les contrats. Une annonce qui se veut conforme à l'engagement du gouvernement à mettre fin progressivement au "bouclier tarifaire" mis en place fin 2021.

"La facture d'électricité sur les tarifs heure-pleine/heure-creuse va augmenter de 9,8 % au 1er février et sur les tarifs de base de 8,6%. C'est à dire que pour 97% des ménages français, l'augmentation sera sous les 10%", déclare le patron de Bercy sur le plateau d'Anne-Claire Coudray. Pour un ménage, "qui se chauffe à l'électricité, avec deux enfants et une maison individuelle, ce sera en moyenne 18 euros par mois", assure Bruno Le Maire. 

Fin du quoi qu'il en coûte

"C'est une décision difficile, mais c'est une décision qui est nécessaire pour garantir notre capacité d'investissement dans de nouvelles capacités de production électrique et puis pour sortir définitivement du quoi qu'il en coûte", a-t-il justifié. "Nous revenons à la normale."  "C'est la dernière hausse de cette taxe sur l'année 2024. La prochaine sera au 1er février 2025, nous reviendrons à la situation qui était celle d'avant le bouclier tarifaire," a ajouté Bruno Le Maire.

Le gouvernement s'était engagé à ce que la révision du tarif réglementé de l'électricité, qui intervient chaque année le 1ᵉʳ février et le 1ᵉʳ août, soit limitée cette fois à une hausse de 10% maximum. Précédemment, ce tarif réglementé avait augmenté de 4% en février 2022, 15% en février 2023 et 10% en août 2023. L'augmentation totale sur deux ans est donc de l'ordre de 43 à 44%.


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info