Élection présidentielle 2022
En Direct

Présidentielle : pour la première fois de son histoire, Sciences Po prend position

La rédaction de TF1info
Publié le 20 avril 2022 à 8h56
JT Perso

À quatre jours du second tour, Emmanuel Macron et Marine Le Pen débattront ce mercredi soir à 21 heures, une confrontation à suivre sur TF1 et LCI.
Suivez dans ce live les dernières informations sur la campagne.

POUR LA 1ʳᵉ FOIS, SCIENCES PO PREND POSITION


Le Conseil de l'Institut de Sciences Po Paris, qui réunit professeurs, étudiants et salariés, appelle "à faire battre Marine Le Pen". Une position inédite dans son histoire avant un second tour d'élection présidentielle. 


"Notre université a toujours promu les valeurs de liberté, d'ouverture sociale et internationale, d'humanisme et fait des libertés académiques un cadre d'action fondamental", explique un texte publié sur le site internet de l'institution. Le Conseil de l'Institut "a considéré qu'au regard de tous ces éléments d'identité, il était de [son] rôle d'appeler à battre Marine Le Pen", poursuit-il. 

L'OPPOSANT RUSSE NAVALNY APPELLE À VOTER MACRON


Dans une série de tweets, l'opposant russe emprisonné Alexeï Navalny a appelé à voter pour Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle française, accusant le parti de sa rivale Marine Le Pen de compromission avec Vladimir Poutine.


"C’est sans hésitation aucune que j'appelle les Français à voter pour Emmanuel Macron le 24 avril, mais je voudrais m'adresser à ceux qui n'excluent pas de voter pour Marine Le Pen", a écrit le militant.


Alexeï Navalny s'est notamment dit "choqué" du prêt de 9 millions d'euros contracté en 2014 par l'ancien parti Front National (devenu Rassemblement national) auprès d'une banque russe. "C'est de la corruption. Et c'est une vente d'influence politique à Poutine", a dénoncé l'opposant. 

DERNIERS PRÉPARATIFS DU CÔTÉ DE MARINE LE PEN

À PROPOS DU DÉBAT


Lors de sa conférence de presse suite à l'avant-dernier conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a évoqué le débat, prévu ce soir entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. "Le président de la République aborde ce débat sereinement et avec beaucoup d'intérêt parce que c'est un moment démocratique important, parce que c'est un moment de clarification important, qui permettra de rentrer dans les détails des projets", a détaillé Gabriel Attal.


Celui-ci en a également profité pour appeler les Français "à se rendre aux urnes", dimanche. Il a précisé que la fin du mandat du président est fixée le 14 mai prochain.

MARION MARÉCHAL ESPÈRE UNE VICTOIRE DE MARINE LE PEN


"Je pense qu'elle peut encore gagner", a estimé Marion Maréchal, désormais vice-présidente du parti d'Eric Zemmour, Reconquête!. Au micro de BFM-TV, elle a rappelé qu'elle avait appelé à voter pour sa tante. L'ancienne membre du Rassemblement National a par ailleurs estimé que Marine Le Pen devait adopter une stratégie plus ouverte tout en ne se focalisant pas essentiellement sur les électeurs de Jean-Luc Mélenchon. "Marine Le Pen a appris de ses erreurs, elle sera capable de reprendre la main face à Emmanuel Macron", a estimé Marion Maréchal.

APPEL À L'ABSTENTION EN NOUVELLE-CALÉDONIE


Les indépendantistes de Nouvelle-Calédonie ont demandé à leurs militants et sympathisants de "s’abstenir" dimanche lors du second tour de la présidentielle, ne voulant pas trancher entre "l’extrême droite" et le président sortant, auquel ils reprochent d’avoir maintenu le référendum sur l’indépendance en décembre dernier.


Cette consigne d’abstention a été communiquée mercredi dans un court texte signé du FLNKS (Front de libération national kanak socialiste), mouvement historique de la lutte kanak,  mais également du syndicat USTKE, et sa branche politique, le parti Travailliste, et de la Dynamique unitaire sud (DUS).

BEAUCOUP DE LASSITUDE DE LA PART DES FRANÇAIS


Selon un dernier sondage d'Ipsos, 28% des électeurs souhaiteraient s'abstenir dimanche et ce chiffre peut également bouger en fonction du débat. "C'est une campagne d'insatisfactions profondes", analyse Brice Teinturier qui voit dans la réponse aux sondages beaucoup d'inquiétudes, de lassitude, voir de colère parmi les personnes interrogées. "Beaucoup plus de Français pensent que leur situation et celle de la France se détérioreront, quel que soit le résultat", indique-t-il. 


La faute selon lui à 40 ans d'alternances qui n'ont pas convaincu, à une fragmentation des extrêmes et une crise de la représention. Le débat de ce soir sera un "choc de visions" mais qui n'est pas porteur d'espérance pour la majorité des Français.

JEAN-LUC MÉLENCHON EN ARBITRE ?


Pour Brice Teinturier, la question clé de ce second tour reste pour qui vont se reporter les électeurs de Jean-Luc Mélenchon. Selon un dernier sondage d'Ipsos, 36% d'entre eux voteraient pour Emmanuel Macron, 26% pour Marine Le Pen et le reste s'abstiendraient. 


À titre de comparaison, l'institut de sondage avait estimé à 56% le nombre de personnes qui avait voté pour Emmanuel Macron après avoir voté Mélenchon en 2017. Ils n'étaient que 7% à avoir reporté leur voir sur un bulletin Marine Le Pen.

L'IMPACT DU DÉBAT


"Ce débat peut faire bouger les lignes", indique Brice Teinturier, soulignant cependant qu'il n'inversera pas totalement la vapeur. "Pour cela, Marine Le Pen doit convaincre les abstentionnistes, certains électeurs de Jean-Luc Mélenchon, que 100% de ses électeurs du 1er tour se mobilisent et qu'au contraire, ceux d'Emmanuel Macron patinent."


Pour autant, le directeur d'Ipsos assure que beaucoup d'électeurs ne se retrouvent pas dans ce duel et forgeront aussi leur décision de voter pour tel ou tel candidat ou de s'abstenir à la suite de la diffusion du débat.

UN PARALLÈLE AVEC 1981 


"C'est un parallèle possible", estime Brice Teinturier, citant ce débat qui a vu s'opposer un candidat plutôt libéral et président sortant, Valéry Giscard d'Estaing contre un autre candidat, qui se présentait pour la troisième fois à la présidentielle, François Mitterrand. La situation reste différente cependant pour le sondeur du fait de l'absence de clivage gauche-droite aujourd'hui. L'écart entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen est également plus grand que celui qu'il y avait entre François Mitterrand et VGE en 1981.

LA THÉMATIQUE DU POUVOIR D'ACHAT


Pour Brice Teinturier, le fait que le premier thème du débat soit le pouvoir d'achat pourrait être un avantage pour Marine Le Pen. "C'est un bon point parce qu'elle a une crédibilité un peu plus forte qu'Emmanuel Macron sur le pouvoir d'achat mais il va essayer de la chercher", analyse Brice Teinturier. "Le pouvoir d'achat, c'est comme une pelote de laine, quand vous tirez un fil, il y a beaucoup d'autres thèmes comme l'Europe qui sortent."

L'INTERVIEW POLITIQUE


À quelques heures du débat, Brice Teinturier revient sur le potentiel impact de cette confrontation. "Traditionnellement, le débat de l'entre-deux-tours ne déplace pas les voix des électeurs mais en 2017, il avait amplifié l'écart entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen", remarque-t-il. 


Pour lui, cependant, c'est Marine Le Pen qui reste la candidate qui a le plus à perdre dans ce nouveau match, soulignant que ce sont tous ses efforts de crédibilisation qu'elle a poursuivis ces dernières années qui peuvent s'écrouler ce soir. "Elle a impérativement besoin de gagner. Pour l'instant, elle reste dans une position qui reste minoritaire. Elle doit effacer l'humiliation de 2017 mais elle doit aussi impérativement marquer des points sur des questions clés", indique Brice Teinturier.


Le directeur Ipsos souligne cependant que le débat ne va pas non plus être simple pour le président sortant. "Je pense que pour Emmanuel Macron, la position de sortant est plus compliqué qu'en 2017", reconnaît-il, ajoutant qu'il n'est plus l'"archi favori" d'il y a 5 ans et qu'il doit également se garder d'adopter un ton professoral qui pourrait se retourner contre lui.

INVITÉ DE LCI


Le directeur de l'institut de sondages Ipsos, Brice Teinturier, sera l'invité d'Elizabeth Martichoux à 8h30 sur LCI. 

NI TROP CHAUD NI TROP FROID


La température en plateau est un sujet récurrent des débats d'entre-deux-tours. Pour la confrontation entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron, mercredi sur TF1 et LCI, un consensus a été trouvé autour de 19 degrés. Des experts seront présents pour éviter toute panne, a précisé le réalisateur du débat présidentiel, Didier Froehly, sur LCI.

La climatisation, un élément crucial du débat d'entre-deux-toursSource : TF1 Info
JT Perso

CES MOMENTS QUI ONT FAIT LE DÉBAT PRESIDENTIEL


Le débat de l'entre-deux-tours oppose, comme en 2017, Marine Le Pen à Emmanuel Macron. Un rendez-vous politique et médiatique lors duquel les petites phrases sont légion. Objectif : tenter de convaincre, à quelques jours du vote, et marquer les esprits.

LES COULISSES DU DÉBAT PRÉSIDENTIEL


Ce grand rendez-vous de l'entre-deux-tours, traditionnel depuis 1974, se tiendra à La Plaine Saint-Denis et sera arbitré par Léa Salamé pour France 2 et Gilles Bouleau pour TF1. Dans les coulisses, où nous sommes allés, l'heure est aux derniers préparatifs.

Débat Macron-Le Pen : ultimes préparatifs avant le moment décisifSource : JT 20h Semaine
JT Perso

LES COULISSES DU DÉBAT PRÉSIDENTIEL


Pour Marine Le Pen, l'objectif est de ne pas louper l’exercice, comme en 2017. Pour cela, le candidate du RN assure s'être mieux préparée. "Il n'y aura pas la même attitude que la dernière fois. L'idée, c'est plutôt de présenter son projet que de dresser le bilan d'Emmanuel Macron", a expliqué un cadre du parti à TF1 et LCI. 

Politique
Débat d'entre-deux-tours : comment Marine Le Pen s'y prépare

Débat d'entre-deux-tours : comment Marine Le Pen s'y prépare

LES COULISSES DU DÉBAT PRÉSIDENTIEL


Pas de pause pour Emmanuel Macron, avant le début de l'entre-deux-tours, puisqu'il entend poursuivre ses fonctions présidentielles jusqu'au bout. "D'ici mercredi soir, il y a ses activités de Président sur les sujets du moment, et il continue les médias pour faire la pédagogie de son projet", a indiqué son entourage à TF1 et LCI.

Politique
Débat d'entre-deux-tours : comment Emmanuel Macron le prépare

Débat d'entre-deux-tours : comment Emmanuel Macron le prépare

JOUR DE DÉBAT PRÉSIDENTIEL


Emmanuel Macron et Marine Le Pen s'affronteront mercredi pour le débat du second tour de l'élection présidentielle, à suivre sur TF1 et LCI. Positions sur le plateau, première prise de parole, thème d'ouverture... Voici ce que le tirage au sort a réservé.

M. LE PEN PERÇUE COMME PLUS "FÉMINISTE" QU'E. MACRON


La moitié des Françaises (49%) considèrent Marine Le Pen comme "féministe" contre 30% pour Emmanuel Macron, selon un sondage Ifop réalisé auprès de femmes et publié mercredi par le magazine Elle. Les femmes interrogées font davantage confiance à la candidate du RN qu'au président sortant pour lutter contre le harcèlement de rue (51% contre 34%), le sexisme et les  violences sexuelles (48% contre 36%), les inégalités salariales (49% contre 35%). "Son discours sécuritaire semble la rendre crédible sur les questions des violences faites aux femmes", analyse François Kraus, directeur du pôle "politique" et expert "genre et sexualités" à l'Ifop. 


Les femmes interrogées font en revanche plus confiance à Macron qu'à Le Pen pour lutter contre la haine contre les personnes LGBT (50% contre 29%) et les stéréotypes de genre (46% contre 40%). 53% des femmes interrogées disent vouloir voter pour le président sortant au deuxième tour, 47% pour la candidate du RN. "Au second tour en 2002, le vote en faveur de son père était deux fois plus faible chez les femmes (11%) que chez les hommes (26%)", précise François Kraus. "Cette différence n'existe plus."

LE PS APPELLE À VOTER MACRON POUR BATTRE LE RN


Le conseil national du Parti socialiste a adopté mardi à l'unanimité une résolution invitant les électeurs "à battre dimanche la candidate de l'extrême droite en utilisant le bulletin de vote Emmanuel Macron". Une décision validée par les quelque 300 membres du socle du parti, après la déroute de la candidate socialiste et maire de Paris, Anne Hidalgo, au premier tour de la présidentielle (1,74% des voix).


Il s'est également prononcé en faveur d'une résolution proposant de discuter avec l'ensemble des forces de gauche, dont La France insoumise, pour trouver un accord aux législatives, a appris l'AFP de sources concordantes. Un tournant majeur dans la stratégie du PS, même si pour l'instant LFI a indiqué ne pas vouloir discuter avec les socialistes, trop critiques vis-à-vis de Jean-Luc Mélenchon pendant la campagne.  

La séquence qui se joue ce mercredi 20 avril est sans doute l'un des éléments clés de la campagne présidentielle. À quatre jours du second tour de l'élection, Marine Le Pen et Emmanuel Macron s'affrontent, à partir de 21 heures, dans le cadre du traditionnel débat d'entre-deux-tours qui sera retransmis sur TF1 et LCI (canal 26). 

Un débat longuement préparé par les deux candidats, cinq ans après leur première confrontation, et qui s'annonce particulièrement suivi, dans le contexte d'un scrutin potentiellement serré et marqué par une forte abstention. 

Vous pourrez suivre dans ce direct les derniers instants de campagne avant ce rendez-vous politique. A 8h30, Brice Teinturier, directeur général délégué d’Ipsos France, est l'invité de LCI. A 17 heures, vous retrouverez notre sondage quotidien avec Ipsos-Fiducial, dont les résultats seront commentés par Frédéric Dabi, directeur général Opinion de l'Ifop. 

Lire aussi

Selon notre sondage quotidien, Emmanuel Macron continuait de creuser l'écart, mardi, dans les intentions de vote (55% contre 45% pour Marine Le Pen) mais avec une marge qui reste moindre qu'il y a cinq ans.

Retrouvez le débat de l'entre-deux-tours entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info