Damien Abad accusé de violences sexuelles, un ministre dans la tourmente
En Direct

EN DIRECT - Marine Le Pen veut se consacrer au "combat législatif" plutôt qu'à la présidence du RN

La rédaction de TF1info
Publié le 26 mai 2022 à 7h30, mis à jour le 26 mai 2022 à 13h13
JT Perso

En déplacement en Seine-Maritime ce jeudi 26 mai, Marine Le Pen, candidate aux législatives, confirme qu'elle n'envisage pas de reprendre la présidence du RN, dont l'intérim est assuré par Jordan Bardella.
Suivez les dernières informations.

MARINE LE PEN NE COMPTE PAS REPRENDRE LA PRÉSIDENCE DU RN


Lors de son déplacement en Seine-Maritime ce jeudi, Marine Le Pen a évoqué son avenir au sein du RN. Celle qui a laissé l'intérim de la présidence du parti à Jordan Bardella confirme qu'elle prépare une forme de succession, pour se consacrer au mandat législatif qu'elle brigue, avec l'ambition de diriger un groupe parlementaire. 


"Un parti politique, c'est un outil, pas une fin en soi", explique-t-elle. "Cela fait dix ans que je suis à la tête de ce mouvement, vingt ans que j'en suis membre éminent. Je souhaite apporter ma pierre dans un autre aspect du combat, un aspect législatif, plutôt que la vie des partis". 


Un travail "complémentaire" pour "celui que les adhérents du RN choisiront", assure Marine Le Pen. Qui conclut : "à la différence de Jean-Luc Mélenchon, je ne quitte pas la politique". 

BURKINI À GRENOBLE : MARINE LE PEN "SE RÉJOUIT" DE LA SUSPENSION


"Je ne peux que me réjouir", réagit Marine Le Pen, en déplacement en Seine-Maritime, après la suspension par le tribunal administratif d'une délibération à Grenoble autorisant le port du burkini dans les piscines. 


"Mais ce n'est que le début", estime la candidate RN aux législatives, citant "d'autres revendications" à venir. "Nous sommes le meilleur antidote" contre le communautarisme, assure-t-elle. 

L'APPEL AUX DONS DE V. PÉCRESSE "À PEU PRÈS BOUCLÉ"


Interrogé sur l'avancée de l'appel aux dons pour rembourser la dette contractée par Valérie Pécresse afin de financer sa campagne présidentielle, le président des Républicains Christian Jacob a expliqué sur RTL qu'elle était "quasiment bouclé". 


Selon lui, cette campagne de dons serait sur le point d'atteindre son objectif de 5 millions d'euros, Valérie Pécresse aurait "pratiquement" atteint cette somme. "Je pense que c'est bouclé, c'est à peu près bouclé", a-t-il encore ajouté.

MARINE LE PEN EN DÉPLACEMENT DE SOUTIEN POUR LES LÉGISLATIVES


La candidate du RN déchue à la présidentielle a annoncé qu'elle serait en déplacement aujourd'hui en Seine-Maritime, pour soutenir les candidats de son parti dans le département. Elle-même est candidate aux législatives, mais dans le Pas-de-Calais.

LE GOUVERNEMENT RÉUNI À MATIGNON DEMAIN MATIN


Élisabeth Borne va réunir le gouvernement à Matignon vendredi matin, pour "définir les feuilles de route des différents ministres et partager la méthode gouvernementale", ont annoncé ses services. La Première ministre entend notamment avancer sur les priorités fixées par le président Emmanuel Macron au premier Conseil des ministres de lundi, en dépit de la période de réserve avant les législatives des 12 et 19 juin et du pont de l'Ascension.

BURKINI : "IL FAUT L'ENCADRER PAR LA LOI" DEMANDE C. JACOB


Après Jordan Bardella, c'est Christian Jacob, président du parti Les Républicains qui a demandé à ce que le burkini soit encadré par la loi. "Nous sommes dans le monde des islamo-gauchistes et des communautaristes, c'est n'importe quoi, la porte ouverte à tout", s'est encore emporté Christian Jacob sur RTL, à propos de la décision d'Eric Piolle de permettre aux femmes de porter le burkini dans les piscines. 


Concernant les accusations portées contre Damien Abad, chez Les Républicains il y a encore une semaine, Christian Jacob déclare : "Quand j'entends le gouvernement dire qu'ils n'avaient pas d'informations, on a envie de se passer, bien évidemment, qu'ils étaient informés". Le président des LR explique qu'en 2017, lorsque la seconde plainte est enregistré, il avait interrogé Damien Abad à ce propos et que celui-ci avait nié les faits. "C'est à lui et au gouvernement de décider", s'est déresponsabilisé Christian Jacob. 


Le président des Républicains a par ailleurs espéré que les législatives soient l'occasion d'un "rebond" pour son parti, assurant que Jean-Luc Mélenchon ne parviendrait jamais à obtenir une majorité. "En revanche, il y aura un rebond pour nous parce que nous avons un ancrage territorial", a espéré le député.

EN CE QUI CONCERNE DAMIEN ABAD, "ON A TORT DE PARLER D'AFFAIRE"


Selon Maud Bregeon, porte-parole de "Renaissance", le nouveau nom du parti présidentiel, il n'y aurait pas d'"affaire Abad", puisqu'il y a "ni enquête, ni poursuite, ni condamnation". Le député LR est accusé par deux femmes de viols. Deux plaintes ont été déposées contre lui qui ont été classées sans suite. Concernant le deuxième témoignage, le parquet a annoncé qu'il n'ouvrirait pas d'enquête préliminaire "en l'état". 


"Quand on fait de la politique, on a le devoir de respecter l'état de droit", a encore appelé Maud Bregeon sur RMC, accusant "un tribunal médiatique". 

J. BARDELLA DEMANDE UNE LOI SUR LE BURKINI


Interrogé sur la suspension par le tribunal de Grenoble de la décision de la mairie d'autoriser le port du burkini dans la piscine, le président par intérim du Rassemblement national s'est félicité de cette suspension mais a demandé une loi sur le sujet. "Le burkini n'a rien à faire en France", a assuré le représentant du parti d'extrême droite, fustigeant une gauche qui passerait selon lui plus de temps sur ces sujets que sur "le prix de l'essence". "C'est pourquoi j'appelle les Français à aller voter, ne pas voter, c'est donner le plein pouvoir à cette gauche qui veut transformer l'Assemblée nationale en ZAD", a-t-il encore estimé. 


Sur France 2, il a par ailleurs reconnu que son parti voterait les lois d'Emmanuel Macron sur le pouvoir d'achat si cela "va dans le bon sens", tout en assurant que c'était Marine Le Pen qui avait imposé la question du pouvoir d'achat. 


Concernant la suite au sein du Rassemblement National, le toujours président par intérim jusqu'au 10 septembre a indiqué qu'il devait en discuter avec Marine Le Pen "cet été". Interrogé sur une reprise définitive de la tête du RN, Jordan Bardella a esquivé la question, tout en reconnaissant y penser. "Lorsque je monte dans la voiture, c'est pour la conduire, on travaillera ensemble avec Marine Le Pen quoi qu'il arrive", a-t-il encore déclaré.

Bonjour et bienvenue dans ce live sur l'actualité politique ! Retrouvez ici toutes les informations concernant la campagne des législatives. 

Du répit dans l'affaire Abad, cinq jours après la nomination du nouveau gouvernement autour d'Elisabeth Borne. Le parquet de Paris a en effet fait savoir mercredi qu'il n'ouvrait pas d'enquête préliminaire "en l'état" sur les accusations de violences sexuelles visant le nouveau ministre des Solidarités, faute "d'élément permettant d'identifier la victime des faits dénoncés"

Cette décision s'inscrit dans la politique pénale mise en place depuis quelques années par le parquet de Paris en matière de violences sexuelles : une enquête est systématiquement ouverte dès lors qu'une victime mineure au moment des faits est évoquée, et même en l'absence de plainte, afin notamment de vérifier s'il n'en existe pas d'autres. Mais si les faits concernent des majeurs, ce parquet se réserve la possibilité d'ouvrir une enquête uniquement si une plainte est déposée. 

Suivez les dernières infos dans le fil ci-dessus.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info