Plus de 120.000 personnes, selon le ministère de l'Intérieur, ont manifesté ce mercredi à l'occasion du 1er-Mai.
Quelques tensions ont émaillé des cortèges à Lyon ou à Paris sur fond de revendications diverses portées par les syndicats pour les salaires ou la paix.
Suivez les dernières informations sur la mobilisation.

Ce live est à présent terminé. 

45 INTERPELLATIONS À PARIS

La dispersion du cortège est en cours du côté de la place de la Nation à Paris. La préfecture indique que 45 personnes ont été interpellées dans la capitale, en marge de la manifestation. 

121 000 MANIFESTANTS

Selon le ministère de l'Intérieur, les manifestations du 1er mai ont rassemblé 121.000 participants dans toute la France, dont 18 000 à Paris. La CGT avait annoncé un peu plus tôt plus de 200 000 manifestants. 

DISPERSION EN COURS

De nombreuses forces de l'ordre sont actuellement place de la Nation pour procéder à la dispersion des manifestants et éviter que les groupes à risque ne se reconstituent. 

12 POLICIERS ET GENDARMES BLESSÉS

À 17 h 55, la préfecture de police informe que 12 policiers et gendarmes ont été blessés au cours des incidents survenus pendant la manifestation dans la capitale. En urgence relative, ils ont été transportés à l'hôpital. La préfecture ne précise pas la nature de leurs blessures. 

NATION

Le cortège parisien arrive à Nation. 

"BOMBE AGRICOLE"

La préfecture de police de Paris indique que "sept membres des forces de l'ordre ont été la cible d'une bombe agricole (artisanale ndlr)". "Ils ont été transportés à l'hôpital en urgence relative", précise-t-elle.  

29 INTERPELLATIONS À PARIS

A 17 heures, la préfecture de police de Paris annonce un bilan provisoire de 29 interpellations. 

PLUS DE 200 000 MANIFESTANTS SELON LA CGT

"Plus de 200.000" personnes ont manifesté en France mercredi à l'occasion du 1er-Mai, a annoncé la CGT, alors que le chiffre des autorités n'était pas immédiatement disponible.

C'est moins que l'an dernier, quand la mobilisation contre la réforme des retraites avait été bien au delà d'un 1er-Mai classique (2,3 millions, selon la CGT), mais dans les mêmes niveaux qu'en 2022, quand le syndicat avait comptabilisé 210.000.

18 000 MANIFESTANTS À PARIS

La manifestation intersyndicale organisée pour la fête du travail ce 1er mai 2024 a réuni 18 000 personnes, selon la préfecture de police de Paris. La CGT a annoncé un peu plus tôt 50 000 manifestants dans la capitale. 

22 INTERPELLATIONS À LYON

Sur X, la préfète d'Auvergne Rhône-Alpes, Fabienne Bucco,  annonce  22 personnes ont été interpellées pour violences envers les forces, jets de projectiles et un qui a arraché le drapeau tricolore sur l’office de tourisme. Deux policiers ont également été blessés au cours de la manifestation. 

NOUVELLES TENSIONS À PARIS

De nouvelles tensions sont en cours avenue Daumesnil dans le 12e arrondissement, entre la rue de Lyon et la place de la Nation. Un véhicule est actuellement en feu. Les pompiers interviennent. Certains éléments perturbateurs envoient des projectiles sur les forces de l'ordre. 

CGT

Environ 50.000 personnes manifestaient mercredi à Paris à l'occasion du 1er-Mai, a annoncé la CGT à l'AFP au nom des syndicats en présence.

Le chiffre des autorités n'était pas immédiatement disponible, mais elles avaient prévu en amont entre 15.000 et 30.000 manifestants dans la capitale. Selon la CGT, 50 000 manifestants défilent ce mercredi dans les rues de Paris.

INCIDENTS

Plusieurs incidents sont en cours dans les petites rues proches de celles empruntées par le cortège parisien. Le cortège se trouve lui rue de Lyon, près de la gare de Lyon et évolue lui dans le calme vers la place de la nation.

RETOUR AU CALME À PARIS

Selon la préfecture de police de Paris, le calme est revenu dans le cortège qui évolue dans les rues de la capitale. 

MATRAQUE

Plusieurs personnes sont actuellement prises en charge à Paris par des street-medics après avoir reçu des coups de matraque, notamment au niveau de la tête, par les forces de l'ordre. 

TENSIONS PRÈS DE LA PLACE DE LA BASTILLE

L'ambiance est très tendue alors que le cortège parisien s'approche de la place de la Bastille. Des fumigènes viennent d'être tirés. Plusieurs personnes ont été interpellées. La police est huée alors qu'elle se déploie. 

REVENDICATIONS MULTIPLES

"La colère sociale, elle est bel et bien présente": des milliers de personnes manifestent en France, comme ici à Paris, ce mercredi à l'occasion du 1er-Mai, avec des revendications diverses portées par les syndicats pour les salaires, la paix à Gaza ou encore une Europe "plus protectrice". 

1er-Mai : des manifestants aux revendications multiplesSource : TF1 Info

"ÉLÉMENTS RADICAUX" À PARIS

Selon la préfecture de police de Paris, des "éléments radicaux" viennent de tenter  de dégrader un commerce alors que le cortège approche la place de la Bastille. Ils en ont été empêchés par une intervention immédiate des forces de l'ordre.

"Priorité est donnée à la progression du cortège syndical, les éléments radicaux sont donc poussés vers l'avant pour faciliter l'avancée" souligne la préfecture.

MÉLENCHON

Le chef de file de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon "désapprouve totalement l'expulsion de Raphaël Glucksmann" d'un cortège du 1er mai à Saint-Etienne, que le candidat PS aux européennes attribue notamment à des militants LFI.

"Tous ceux qui veulent faire allégeance à la lutte des travailleurs pour leurs droits ont leur place le 1er mai. Il suffit de s'écarter d'eux s'ils nous déplaisent", a fait valoir M. Mélenchon sur X. Pour l'Insoumis, "cette action fournit une diversion médiatique contre le 1er mai et un rôle de victime à Glucksmann qui en profite pour nous accuser".

"Je ne suis pas d'accord avec l'expulsion de Raphaël Glucksmann du cortège où il était. Mais il aurait dû réfléchir à deux fois avant d'accuser LFI. Hier soir, 40 fascistes ont essayé de s'en prendre à Rima Hassan. Les indignations à géométrie variable, ça suffit !

Mélenchon : "Nous méritons tous respect pour notre engagement"Source : TF1 Info

MARION MARÉCHAL

La tête de liste Reconquête aux européennes Marion Maréchal a rendu hommage mercredi à Jeanne d'Arc dans son village natal de Domrémy (Vosges), célébrant "une figure de l'effort" mais aussi "un symbole national" qui serait menacé par "une idéologie de la déconstruction".

"Il y a cette volonté, à travers le symbole de Jeanne, de réhabiliter aussi cette vertu de la résistance, cette vertu d'effort et cette vertu aussi de l'espérance", a déclaré Mme Maréchal qui était accompagnée de plusieurs colistiers, dont le président du mouvement des jeunes du parti d'Eric Zemmour Stanislas Rigault, officialisé mercredi en 6e position.

Se défendant d'être "dans un objectif de récupération électorale" à cinq semaines du scrutin, la candidate a dit vouloir se "réapproprier ce symbole national".

25 PERSONNES INTERPELLÉES À PARIS

À 14 h 40, 917 personnes avaient été contrôlées à Paris et 25 interpellées, annonce la préfecture de Police. 

DÉFILÉS SOUS TENSION

Plusieurs cortèges se sont élancés en France ce mercredi. Des incidents ont déjà éclaté dans plusieurs villes. À Lyon, des casseurs s'en sont pris à une agence bancaire. Plusieurs personnes ont été interpellées.

Défilés du 1er mai sous tensionSource : JT 13h Semaine

VIOLENCES ET DÉGRADATIONS À NANTES

Des violences ont éclaté mercredi dans le centre-ville de Nantes lors de la manifestation qui a réuni plusieurs milliers de personnes pour le 1er mai, avec des dégradations de commerces et des tirs de gaz lacrymogène.

Vers midi, des manifestants se revendiquant du mouvement "antifa", habillés de noir et casqués, ont commencé à attaquer des vitrines, notamment une banque, un supermarché Carrefour ou encore un magasin de vêtements.

Les forces de l'ordre ont répliqué en usant des gaz lacrymogènes d'après la même source. 


Contactée par l'AFP, la préfecture de Loire-Atlantique n'était pas joignable dans l'immédiat pour apporter davantage d'informations.

DÉBUT DE LA MANIFESTATION À PARIS

Le cortège s'est élancé de la place de la République à 14 h 03 dans la capitale annonce la préfecture de police de Paris. Avant même le début de la manifestation qui doit rallier la place de la Nation via la place de la Bastille, 16 personnes ont été interpellées dans la capitale. 

16 INTERPELLATIONS À PARIS

Alors que la manifestation parisienne va s'élancer, 478 personnes ont été contrôlées en amont par les forces de l'ordre et 16 personnes interpelées, essentiellement "port d'armes prohibé", selon la préfecture de police. 

GLUCKSMANN EXFILTRÉ : ATTAL RÉAGIT

Il dénonce un "comportement violent". Le Premier ministre Gabriel Attal ce matin à l'incident subi par Raphaël Glucksmann en marge de la manifestation du 1er Mai à Saint-Étienne. La tête de liste PS-Place publique a dû être exfiltrée du cortège après avoir été prise à partie par des militants pro-palestiniens.


"Je me dresserai toujours contre toute forme de violence en politique, a déclaré Gabriel Attal, en déplacement à Beaugency (Loiret). La politique, ça peut partfois être un combat, au sens noble du terme, mais ça doit toujours se faire dans le l'intégrité des personnes."

1er-Mai : Glucksmann exfiltré, Attal réagitSource : TF1 Info

LYON

Les forces de l’ordre sont la cible de jets de projectiles par des groupes de black block à Lyon. 

RAPHAËL GLUCKSMANN MET EN CAUSE LFI

"Casse-toi", "Palestine vivra", "PS salaud": violemment pris à partie et arrosé de peinture, Raphaël Glucksmann, tête de la liste PS-Place publique, n'a pas pu rejoindre le cortège du 1er-Mai à Saint-Etienne, pointant du doigt des militants "de la France insoumise".


"La violence ne passera pas! En ce 1er mai, nous étions venus à Saint-Etienne pour soutenir les travailleurs de Casino. Des groupuscules violents nous ont attaqués. Ces attaques sont le résultat de mois de haine et de calomnies savamment orchestrées par les Insoumis et d’autres🧵" a réagi l'intéressé sur le réseau social X. 

BORDEAUX

Aucun incident n'a été signalé pour l'heure à Bordeaux où les manifestants défilent sous la pluie. 

NANTES

Des incidents ont été constatés à Nantes, avec, notamment, plusieurs vitrines cassées par des individus en marge du cortège.

QUELLE PARTICIPATION ?

Parmi les premiers cortèges à s'élancer, celui de Marseille. Il a réuni environ 3.000 personnes, selon la police, sous un ciel gris, derrière une banderole proclamant: "Mobilisés pour la paix et le progrès social".  A Rennes, la manifestation a attiré 1.400 manifestants, selon la préfecture, tandis qu'à Nantes, ils étaient entre 4.000 et 5.000, a constaté un journaliste de l'AFP. Vers midi, de premières dégradations avaient lieu, avec une vitrine de banque cassée.

A Paris, la manifestation doit s'élancer à 14h, dans une unité assez large, puisque la CFDT et l'Unsa en seront avec la CGT, FSU et Solidaires. Pour connaitre le parcours parisien, c'est par ici 

LYON

Selon la préfecture, "des individus cagoulés commettent des dégradations et jettent des projectiles sur les forces de l’ordre au niveau de Saxe-Gambetta. La police fait usage de moyens pour les disperser", indique-t-elle sur X. Le quotidien Le Progrès évoque des "provocations du black bloc" auxquelles les forces de l'ordre répondent "avec des jets de gaz lacrymogènes". 

MÉLENCHON

Le chef de file de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon "désapprouve totalement l'expulsion de Raphaël Glucksmann" d'un cortège du 1er mai à Saint-Etienne, que le candidat PS aux européennes attribue notamment à des militants LFI.

"Tous ceux qui veulent faire allégeance à la lutte des travailleurs pour leurs droits ont leur place le 1er mai. Il suffit de s'écarter d'eux s'ils nous déplaisent", a fait valoir M. Mélenchon sur X. Pour l'Insoumis, "cette action fournit une diversion médiatique contre le 1er mai et un rôle de victime à Glucksmann qui en profite pour nous accuser".

GLUCKSMANN ÉVINCÉ : MÉLENCHON "DÉSAPPROUVE"

Le chef de file de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon "désapprouve totalement l'expulsion de Raphaël Glucksmann" d'un cortège du 1er mai à Saint-Etienne, que le candidat PS aux européennes attribue notamment à des militants LFI.


"Tous ceux qui veulent faire allégeance à la lutte des travailleurs pour leurs droits ont leur place le 1er mai. Il suffit de s'écarter d'eux s'ils nous déplaisent", a fait valoir M. Mélenchon sur X. Pour l'Insoumis, "cette action fournit une diversion médiatique contre le 1er mai et un rôle de victime à Glucksmann qui en profite pour nous accuser".

PREMIERS INCIDENTS À LYON

Des premiers échanges tendus sont en cours avec les forces de l'ordre à Lyon. Plusieurs vitrines ont été cassées. Des gaz lacrymogènes ont été utilisés. 

RAPHAËL GLUCKSMANN CHAHUTÉ

La tête de liste du PS et de Place publique aux européennes Raphaël Glucksmann a été empêché, mercredi, de rejoindre le cortège du 1er mai à Saint-Etienne après des jets de peinture et des invectives de quelques dizaines de militants.

M. Glucksmann et son entourage ont été pris à partie par près d'une cinquantaine de personnes dès leur arrivée pour rejoindre le cortège, subissant des jets de peinture et des cris comme "Glucksmann casse-toi" ou "Palestine vivra". La tête de liste, dénonçant "une cinquantaine d'énergumènes", dont certains appartenant à LFI selon lui, a en conséquence renoncé à rejoindre la manifestation.

1er Mai : Raphaël Glucksmann chahuté à Saint-EtienneSource : TF1 Info

UN 1er MAI AGITÉ

Quelques incidents pourraient intervenir dans la journée, selon une note des renseignements que LCI-TF1 a pu consulter. Il y aurait entre 400 et 800 éléments à risques dans la capitale notamment qui pourraient troubler l'ordre. 

1er mai : des défilés agités ?Source : TF1 Info

ENTRE 120 000 ET 150 0000 MANIFESTANTS

Au niveau national, "120.000 à 150.000" manifestants sont attendus, selon une note des services de renseignement territoriaux. 

C'est nettement moins que l'an dernier où la mobilisation avait rassemblé près de 800.000 manifestants, selon les autorités, et 2,3 millions, selon la CGT. À titre de comparaison, c'était huit à dix fois plus qu'en 2022, où la police avait dénombré quelque 116.000 manifestants (dans la fourchette ordinaire se situant entre 100.000 et 160.000) et la CGT 210.000.

A Paris, entre 15.000 et 30.000 personnes sont attendues par les autorités, dont 400 à 800 manifestants radicaux. 

STATIONS DE MÉTRO FERMÉES

À Paris, plusieurs stations de métro se trouvant sur le parcours de la manifestation seront fermées. "À partir de 11H00, les accès aux stations Bréguet-Sabin, Chemin Vert, Filles du Calvaire, Oberkampf, Richard-Lenoir, République, Saint-Sébastien - Froissart et Temple seront fermés", informe la RATP. 

DE RÉPUBLIQUE À NATION

À Paris, rendez-vous est donné à 14h, du côté de la place de la République.

Les manifestants vont défiler jusqu'à la place de la Nation, sous bonne escorte policière.

PRÈS DE 300 RASSEMBLEMENTS

Pour les salaires, pour la paix ou encore pour une Europe "plus protectrice": après la forte mobilisation unitaire de l'an dernier contre la réforme des retraites, les principaux syndicats appellent à battre le pavé le 1er mai avec des revendications diverses.

Pour cette journée internationale des travailleurs, la CGT recense plus de 265 rassemblements et manifestations en France, dans la fourchette "haute", selon la secrétaire confédérale Céline Verzeletti.

Certains cortèges ont débuté à 10 heures comme à Strasbourg, Marseille ou encore Clermont-Ferrand.

Combien seront-ils à battre le pavé en ce 1er mai de Fête du Travail ? Sans doute beaucoup moins que l'an dernier, quand la réforme controversée des retraites avait fait descendre dans les rues près de 800.000 manifestants, selon les autorités, et 2,3 millions, selon la CGT. Environ 270 manifestations sont prévues dans toute la France et "120.000 à 150.000" personnes attendues, selon une note des services de renseignement territoriaux.

Certains cortèges débuteront dès 10H00 comme à Strasbourg, Marseille ou encore Clermont-Ferrand. À Paris, la manifestation s'élancera à 14h depuis la place de République en direction de la place de la Nation. 

Contrairement à l'an dernier, les syndicats défileront divisés, en l'absence de mot d'ordre national interprofessionnel. À quelques semaines des élections européennes, plusieurs têtes de liste seront par ailleurs présentes dans les manifestations comme Raphaël Glucksmann (PS-Place publique) à Saint-Etienne ou Manon Aubry (LFI) à Lyon puis Paris.

Mais d'autres revendications pourraient s'inviter dans les cortèges. Des militants pro-palestiniens et des "détracteurs" des Jeux olympiques pourraient profiter de cette tribune offerte, notamment, à Paris, indique la note des renseignements. Si ces derniers anticipent une manifestation "plus apaisée" que l'an dernier, ils s'attendent aussi à la présence de manifestants radicaux (entre 400 et 800 à Paris) qui pourraient susciter des tensions avec les forces de l'ordre. 


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info