Législatives : les discussions se poursuivent autour d'une union de la gauche

Publié le 2 mai 2022 à 7h30, mis à jour le 3 mai 2022 à 7h43

Source : TF1 Info

Les négociations avec la délégation socialiste, menée par le Premier secrétaire Olivier Faure, se poursuivent au siège de La France insoumise.
Pour la première fois, les discussions se font à trois, puisque EELV est également autour de la table.
Suivez les dernières informations sur les élections législatives.

Ce live est à présent terminé. 

Merci d'avoir suivi ce direct, désormais terminé. Retrouvez, en cliquant ici, les dernières informations du mardi 3 mai sur la réélection d'Emmanuel Macron et aux prochaines législatives. 

RETRAIT


Dominique Versini, adjointe de la maire de Paris Anne Hidalgo et candidate du PS pour les législatives dans la 5e circonscription de Paris, retire sa candidature en raison de la "complexité du contexte politique", au moment où le PS négocie avec LFI, annonce-t-elle lundi soir sur Twitter.


"Compte tenu de la complexité du contexte politique, je retire ma candidature aux législatives", a indiqué l'adjointe en charge des droits de l'enfant, candidate du PS sur cette circonscription à cheval sur le IIIe et le Xe arrondissement et dont le siège est vacant depuis le départ en 2021 du député Benjamin Griveaux (LREM).


L'ancienne secrétaire d'État à la lutte contre la précarité et l'exclusion de Jacques Chirac et Défenseure des droits, devenue adjointe d'Anne Hidalgo en 2014, est l'une des sept adjoints de l'ex-candidate PS à l'élection présidentielle à avoir été investie en décembre 2021 pour les législatives à Paris.

MARATHON


Forte d'un accord historique pour les législatives conclu dans la nuit avec EELV, La France insoumise a tenté lundi d'aller plus loin en reprenant les négociations avec le PS et le PCF avec l'objectif d'aller vite et se projeter vers les investitures de samedi.


Les négociations vont se poursuivre dans la nuit de lundi à mardi et aucune annonce d'accord n'est attendue pour lundi soir, ont indiqué le chef des négociateurs insoumis Manuel Bompard et un négociateur socialiste.

ERIC ZEMMOUR DÉPUTÉ ?


"Je suis très tenté mais j'hésite encore". Sur BFM TV, le fondateur de Reconquête indique n'avoir pas encore réglé la question d'une candidature aux législatives. Il se donne encore "quelques jours" avant de faire part de sa décision. 

UNION DE LA GAUCHE


Une délégation socialiste, menée par le Premier secrétaire Olivier Faure, négocie actuellement au siège de La France insoumise. Pour la première fois, les discussions se font à trois, puisque EELV, qui a conclu hier un accord avec le parti de Jean-Luc Mélenchon, est également autour de la table.

LEGISLATIVES : LE PRG PRESENTERA DES CANDIDATS INDEPENDANTS


Le Parti radical de gauche a indiqué que son comité national avait voté pour la présentation de candidatures indépendantes aux élections législatives. Une centaine de candidats devraient être investis sous cette étiquette. 

LEGISLATIVES : LES TENORS DE LA MAJORITE SE SONT VUS CE DIMANCHE


Plusieurs représentants des différentes composantes de la majorité se sont réunis dimanche soir à l'Elysée pour négocier les investitures aux élections législatives, a appris l'AFP de l'entourage de plusieurs participants, alors qu'une première liste de candidats doit être rendue publique "en milieu de semaine".


Richard Ferrand, président LaREM de l'Assemblée nationale, l'ancien Premier ministre Edouard Philippe et le ministre des Relations avec le Parlement, le MoDem Marc Fesneau, ont notamment participé à cette réunion multilatérale, selon plusieurs sources, qui ont expliqué qu'une nouvelle rencontre doit se tenir aujourd'hui. 


La question des investitures aux législatives provoque de nombreuses turbulences dans la majorité, notamment avec Horizons d'Edouard Philippe, dont plusieurs membres envisagent de se présenter dans des circonscriptions déjà tenues par des députés LaREM.

BELLAMY APPELLE SARKOZY A LA CLARTE


L'eurodéputé LR François-Xavier Bellamy a appelé Nicolas Sarkozy, qui n'a jamais apporté son soutien à Valérie Pécresse à la présidentielle et a appelé au rassemblement derrière le président sortant avant le second tour, à la "clarté" sur son positionnement vis-à-vis de la droite et d'Emmanuel Macron. 


"Nicolas Sarkozy a toujours affirmé la nécessité d'assumer ses choix : aujourd'hui, il faut qu'il dise clairement s'il veut être un pilier de la majorité macroniste, ou s'il croit à la nécessité d'une opposition de droite", a affirmé l'ancienne tête de liste LR aux européennes de 2019 dans une interview au Figaro. "La loyauté implique la clarté", a ajouté ce représentant de l'aile droitière du parti.

JEAN LASSALLE NE SERA PAS CANDIDAT AUX LEGISLATIVES


Le député des Pyrénées-Atlantiques et candidat à l'élection présidentielle Jean Lassalle, élu depuis 2002, ne sera pas candidat à se réélection aux élections législatives, a-t-il annoncé ce lundi. A l'occasion d'une conférence de presse, il a justifié sa décision par la "situation nationale", fustigeant une élection présidentielle "jouée d'avance", tout en précisant qu'il devait subir bientôt une opération à coeur ouvert. Il souhaite proposer à son frère Julien Lassalle d'être candidat dans sa circonscription.

LEGISLATIVES : UN ELU RN VEUT QUE LA QUESTION DES ALLIANCES SOIT TRANCHEE EN CONSEIL NATIONAL


Le conseiller régional RN en région Paca Philippe Vardon a réclamé que la question des alliances aux législatives avec Reconquête, auxquelles la direction de son parti est hostile, soit tranchée en Conseil national. Dans une lettre au président par interim du RN Jordan Bardella, il demande "solennellement" que la question des alliances aux élections législatives "soit portée devant notre Conseil national", sorte de parlement du parti, "qu'elle fasse l'objet d'un vrai débat et soit tranchée par un vote de celui-ci".

LES ÉCOLOGISTES ONT COLLECTÉ DEUX MILLIONS D'EUROS


"Nous avons passé le cap des deux millions d'euros", indique sur BFMTV Julien Bayou, secrétaire national d'EELV, après la campagne de Yannick Jadot qui n'a pas atteint les 5%, synonyme de remboursement des frais de campagne. "Ce cap était critique, nous avons rendez-vous à la banque dans deux semaines. Nous devons encore collecter un million d'euros dans les 15 prochains jours."

ÉCOLOGISTES ET INSOUMIS UNIS MALGRÉ "DES DÉSACCORDS"


Malgré l'accord avec La France insoumise, "des désaccords subsistent sur les questions internationales", admet sur BFMTV Julien Bayou, secrétaire national d'EELV. "Mais nous pouvons nous mettre d'accord sur des mesures qui relèvent du domaine de l'Assemblée et agir pour le climat."

FABIEN ROUSSEL ESPÈRE UN ACCORD AVEC LES INSOUMIS "DANS LA JOURNÉE"


L'ancien candidat communiste à la présidentielle, Fabien Roussel, qualifie de "bonne nouvelle" l'accord entre La France insoumise et Europe Écologie-Les Verts. "J'espère qu'aujourd'hui nous arriverons, nous aussi, à parvenir à conclure cet accord dans la journée, dans la soirée, dans la nuit", poursuit-il sur France info. "Il n'y a pas de plan B, il n'y a qu'un plan A : nous rassembler et construire cette grande coalition de la gauche."

UNION LFI-EELV : "UN ACCORD HISTORIQUE"


"On peut parler d'un accord historique", se réjouit sur France inter Manuel Bompard, ex-directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon. "Il enclenche, je le souhaite, le début d'une dynamique qui a un objectif : faire en sorte d'aborder les élections législatives avec une perspective majoritaire."

STÉPHANE LE FOLL : LES SOCIALISTES SUIVENT MÉLENCHON "SANS VRAIMENT RÉFLÉCHIR"


"La direction du PS se range derrière le frondeur qui a réussi" tacle sur RTL l'ancien ministre socialiste Stéphane Le Foll, même si aucun accord entre les insoumis et le PS n'a encore été trouvé. "Le Parti socialiste est en train de se ranger derrière la radicalité" de Jean-Luc Mélenchon.


Le maire du Mans dénonce en outre le comportement de "ceux qui suivent" Jean-Luc Mélenchon "sans vraiment réfléchir", évoquant le patron du parti, Olivier Faure. "Il réfléchit uniquement aux circonscriptions et pas à la grande question politique : quelle est l'alternative que sera capable de proposer la gauche ?"

QUELLE RÉPARTITION DES CIRCONSCRIPTIONS POUR LA GAUCHE ?


Dans l'accord entre les insoumis et les écologistes, "l'objectif n'est absolument pas d'écraser les autres forces" de gauche, assure l'eurodéputée de La France insoumise, Manon Aubry, au micro de France info. "Nous avons proposé aux autres forces, en nombre de candidatures (aux législatives), bien plus que ce qu'ils ont fait à la présidentielle, en proportionnelle."

ACCORD ENTRE LES INSOUMIS ET LES ÉCOLOGISTES


C'est l'information politique de la nuit. Après deux semaines de négociations, LFI et EELV sont tombés d'accord pour se ranger derrière une "Nouvelle union populaire écologique et sociale". 100 circonscriptions seront attribuées aux écologistes. Les négociations continuent avec le PS et le PCF.

BIENVENUE


Bonjour et bienvenue sur TF1info pour suivre l'actualité politique, à 41 jours du premier tour des élections législatives, et huit jours après la réélection d'Emmanuel Macron à la tête de l'État.

Forte des 22% des voix de son candidat, Jean-Luc Mélenchon, à la présidentielle, La France insoumise a lancé des discussions bilatérales notamment avec EELV, le PCF et le Parti socialiste, afin de trouver un accord aux législatives et se donner une chance d'envoyer le tribun Insoumis à Matignon. Des négociations qui se sont poursuivies, dimanche 1er mai. Dans la soirée, EELV et LFI ont annoncé être parvenus à un accord. Les discussions doivent se poursuivre, lundi, avec les autres partis de gauche.

Dans une lettre ouverte à plusieurs responsables socialistes, dont François Hollande, Martine Aubry et Bernard Cazeneuve, l'ancien patron du PS Jean-Christophe Cambadélis a dénoncé, lui, le choix "par l'actuelle direction du Parti socialiste" d'une "intégration de fait dans l'Union populaire de Jean-Luc Mélenchon, au prétexte qu'il aurait gagné le match à gauche dans l'élection présidentielle". 

Le président Emmanuel Macron a dit, quant à lui, son souhait d'"un retour au calme et à la concorde" après la bataille présidentielle, évoquant "un paquet à l'été" pour les premières mesures sur "le pouvoir d'achat, sur l'école et la santé". 

Invité lors du Grand Jury sur LCI, le patron des Républicains, Christian Jacob a confirmé qu'il ne serait pas candidat à nouveau mandat de député, alors qu'il s'est engagé à ne pas aller au-delà de sept mandats : "J’ai été élu à 6 reprises. J’ai fait le choix en 2017 que ce soit mon dernier mandat. [...] Je serai candidat aux législatives, mais comme supplément au profil d’Isabelle Périgault." Le patron des LR a également estimé que "l'union des droites est un échec" et s'est prononcé contre une alliance avec LaREM.

Du côté de l'extrême droite, Marine Le Pen, qui a pris plusieurs jours de repos avant de se lancer dans la bataille des législatives, n'a pas participé au traditionnel hommage du RN à Jeanne d'Arc, ce 1er mai à Paris, laissant la place à Jordan Bardella. Dans une vidéo, l'ex-candidate à la présidentielle a toutefois défendu son projet sur le pouvoir d'achat qui vise selon elle "à corriger les injustices et à mettre la valeur travail au centre de tous nos grands choix de société". 


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info