EN DIRECT - Réformes des retraites : 4000 manifestants à Paris, 81 personnes interpellées

Publié le 18 mars 2023 à 7h00, mis à jour le 18 mars 2023 à 22h43
Cette vidéo n'est plus disponible

Source : Les MATINS LCI

Les opposants à la réforme des retraites ne décolèrent pas depuis le passage du gouvernement par le biais de l'article 49.3.
Partout en France, des rassemblements se sont tenus, ce samedi 18 mars.
À Paris, des manifestants sont réunis place d'Italie dans le 13e arrondissement alors qu'à Nantes, la police a décompté 6000 participants à Nantes.
Suivez les dernières informations.

Ce live est à présent terminé. 

BILAN DES INTERPELLATIONS


81 personnes ont été interpellées place d'Italie à Paris ce samedi, selon une source policière.

76 INTERPELLATIONS À PARIS


Le nombre de personnes interpellées place d'Italie à Paris passe à 76, nous indique une source policière.

INTERPELLATIONS


Selon une source police à TF1/LCI, sept personnes ont été interpellées place d'Italie en marge des manifestations, alors que les organisateurs de la mobilisation ont appelé à la dispersion. 

APPEL À LA DISPERSION À PARIS


Alors que près de 4000 personnes ont défilé ce samedi soir dans le sud de Paris, ATAC, l'organisateur du rassemblement qui a débuté place d'Italie, a appelé à la dispersion peu avant 20h, en raison de troubles durant la manifestation. Selon une source police à TF1/LCI, environ 100 à 200 éléments perturbateurs ont incendié des poubelles et ont tenté d'installer des barricades. 


Par ailleurs, selon la préfecture de Paris, 400 personnes ont été contrôlées ce soir à Concorde, où les rassemblements ont été interdits, 60 individus ont été verbalisés et 10 interpellations ont eu lieu. 


Ailleurs, en France, les autres manifestations organisées dans la journée se sont déroulées dans le calme. Quelques tensions sont recensées à Nantes, avec des jets de projectiles sur les forces de l'ordre, à Rouen (intrusion dans un centre commercial), à Caen (dégradations), à Bordeaux (feux de poubelle) et à Amiens et Dijon où des individus ont pénétré dans la gare. 

BRUNO LE MAIRE DÉNONCE "UN ATTELAGE CLOWNESQUE"


"Arrêtons avec le bal des hypocrites !", lance Bruno Le Maire dans une interview au Parisien ce samedi. "Liot (une formation centriste) qui tend la main à la Nupes et au RN pour faire tomber le gouvernement : quelle hypocrisie !", dénonce le ministre de l'Economie.


"Mathilde Panot, Marine Le Pen et Charles de Courson, alliés pour faire tomber le gouvernement et constituer une majorité alternative : un attelage clownesque !", assène-t-il encore.

LE GOUVERNEMENT NE TOMBERA PAS, SELON BRUNO LE MAIRE


Le gouvernement ne peut pas tomber selon Bruno Le Maire. "Je pense qu’il n’y aura pas de majorité pour faire tomber le gouvernement", déclare le ministre de l'Economie dans un entretien au Parisien ce samedi, après que les groupes RN et Liot ont déposé deux motions de censure à l'Assemblée vendredi.


"La réforme des retraites vaut-elle, oui ou non, la chute du gouvernement et le désordre politique ? La réponse est clairement non", a-t-il affirmé, invitant "chacun" à "prendre ses responsabilités" lors du vote des deux mentions de censures lundi.


"Espérons que Les Républicains retrouvent leurs esprits", a-t-il lancé, saluant le "courage" et la "cohérence" de certains parlementaires LR pendant que "d'autres se sont égarés" et "ont perdu tous leurs repères".

4000 PERSONNES PLACE D'ITALIE


4000 personnes se sont rassemblés place d'Italie pour manifester contre la réforme des retraites, nous indique une source policière. Les forces de l'ordre sont intervenues après que des manifestants ont mis le feu à des poubelles et ont tenté d'installer des barricades.

LA MANIFESTATION PLACE D'ITALIE SE DÉPLACE


La manifestation prévue place d'Italie à Paris se dirige vers l'avenue de Choisy, au sud de la capitale. L'ambiance est pour l'instant plutôt calme dans le cortège parisien.

1000 CLIENTS BLOQUÉS DANS UN CENTRE COMMERCIAL À RENNES


Plus de 1000 personnes se sont retrouvées enfermées dans un centre commercial à Rennes ce samedi, après que des étudiants de l'université Rennes 2 ont tenté de s'y introduire pour protester contre la réforme des retraites, rapporte Le Télégramme.


Alors que la centaine d'étudiants prévoyait une action de blocage, la galerie marchande s’est barricadée avant leur arrivée, relate le quotidien régional. Plus d'un millier de clients se trouvaient à l'intérieur et sont restés enfermés pendant 30 minutes, dans la confusion la plus totale.

À PARIS, LE MÉTRO PERTURBÉ


Alors que la préfecture a interdit les rassemblements sur la place de la Concorde, plusieurs stations de la ligne 1 ont été fermées "en raison d'une manifestation sur la voie publique" : il s'agit des stations Champs-Élysées, Georges V, Étoile, Argentine et Franklin Roosevelt. 

RASSEMBLEMENT À NANTES


Le rassemblement contre la réforme des retraites à Nantes ce samedi a réuni 6.000 manifestants selon la police, 15.000 selon CGT.

undefinedundefinedLOIC VENANCE / AFP

LE BILAN DES RASSEMBLEMENTS EN RÉGION


Parmi les rassemblements en région à l'initiative d'unions locales de syndicats ou d'autres organisations : Caen (2.000 personnes selon la préfecture, 5.000 selon les syndicats), Saint-Etienne (1.200 police, 3.000 CGT), Roanne (1.600 police, 3.000 CGT), Nantes (6.000 police, 15.000 CGT), Brest (6.000 selon la police), quelques centaines à Besançon et Marseille, Dijon (500), Grenoble (300), Gap (400), Annecy (de 700 à un millier), Valence (1.700) et quelques dizaines de policiers municipaux à Toulouse.

LES MANIFESTANTS ARRIVENT PLACE D'ITALIE


Les manifestants arrivent place d'Italie à Paris, où la CGT Ile-de-France et le NPA ont appelé à se rassembler contre la réforme des retraites ce samedi  à 18 heures.

LA CONCORDE SÉCURISÉE


Place de la Concorde à Paris, où les rassemblements ont été interdits après les manifestations sauvages de jeudi et vendredi soir, des dispositifs de sécurité ont tout de même été mis en place. Plusieurs camions de gendarmerie sont présents sur place.


Des appels à manifester sur la plus grande place de Paris ce samedi à 18 heures ont été partagés sur les réseaux sociaux, malgré l'interdiction par la préfecture de police.

LA MANIFESTATION SE DIRIGE VERS LE CENTRE-VILLE À BORDEAUX


La manifestation prévue place de la Victoire à Bordeaux serait en train de se diriger vers le centre-ville, selon les informations de Sud-Ouest

LE NPA APPELLE À LA MANIFESTATION À PARIS


Le Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) appelle à la manifestation sur la place d'Italie à Paris ce samedi soir à 18 heures.

PLUSIEURS ARRÊTS DE RAFFINERIES ATTENDUS


La mise à l'arrêt de la raffinerie de Normandie pourrait être la première d'une série, selon Eric Sellini, coordinateur syndical CGT pour le groupe TotalEnergies. 


Outre la raffinerie PétroIneos de Lavéra (Bouches-du-Rhône), dont la CGT a indiqué vendredi que ses expéditions étaient stoppées et prédit la mise à l'arrêt pour lundi après-midi "au plus tard", la raffinerie Esso-ExxonMobil de Port-Jérôme-Gravenchon (Seine-Maritime) pourrait être mise à l'arrêt lundi ou mardi, faute de pétrole brut à raffiner, en raison d'une grève au dépôt pétrolier du Havre.

RASSEMBLEMENT À NANTES


Un rassemblement contre la réforme des retraites est en cours cet après-midi à Nantes. Les manifestants sont encore plus nombreux que la semaine dernière. Samedi dernier,  25.000 personnes s'étaient rassemblées selon les syndicats, 13.000 selon la police. Ils seraient "deux à trois plus" ce samedi, selon notre journaliste présente sur place. "Le 49.3 remet de l'huile sur le feu", a expliqué Joseph, manifestant participant au rassemblement.


À Nantes, le périphérique a été bloqué samedi matin, à hauteur d'un rond-point qui dessert le centre commercial Atlantis, l’un des plus grands de la région. Une opération levée à la mi-journée. Dans la matinée, un millier de personnes se sont regroupées dans le calme place de l'hôtel de ville au Havre.

MANIFESTATION SAUVAGE AU FORUM DES HALLES À PARIS


Une centaine de manifestants contre la réforme des retraites et le recours au 49.3 ont envahi le centre commercial du Forum des Halles cet après-midi. Ils ont répondu à l'appel du Réseau pour la grève générale, Alternatiba et Révolution permanente.

ARRÊT DE LA RAFFINERIE TOTALENERGIES DE NORMANDIE


L'arrêt des installations de la raffinerie TotalEnergies de Normandie "a débuté vendredi soir", a déclaré samedi à l'AFP le secrétaire général CGT de la plus importante raffinerie du pays, Alexis Antonioli.


"Les unités s’arrêtent depuis hier soir", a-t-il ajouté. Cette mise à l'arrêt prendra toutefois plusieurs jours et ne devrait pas provoquer de pénuries de carburant immédiates dans les stations-service du pays. 


Cela pourrait ne pas durer, à en croire Eric Sellini, coordinateur syndical CGT pour le groupe, qui précise que "les opérations (d'arrêt) sont programmées jusqu'à lundi soir". Il a assuré à l'AFP qu'il n'y a "plus rien qui sort" de la raffinerie.

MARSEILLE


1500 personnes ont participé sur la place Charles de Gaulle, dans le calme, sans aucun incident. 

PARIS : 10.000 TONNES DE DÉCHETS


La mairie de Paris a constaté une "stabilisation" du volume des déchets non ramassés dans la capitale samedi, au treizième jour de grève contre la réforme des retraites, alors que des camions-bennes réquisitionnés collectaient les ordures, selon la préfecture. Vendredi, la mairie avait estimé que 10.000 tonnes de déchets étaient en attente de collecte sur les trottoirs parisiens. 

Info tf1/lci

LES MANIFS À LA CONCORDE INTERDITES


Après une première manifestation sauvage organisée dès jeudi soir suite au déclenchement du 49.3 par Elisabeth Borne, et à la suite de celle de vendredi qui a vu 4000 personnes bloquer la place faisant face à l'Assemblée nationale, "tout rassemblement sur la place de la Concorde et dans le secteur des Champs-Élysée est interdit", nous indique une source proche de la préfecture de police. Vendredi, 4000 personnes avaient manifesté, donnant lieu à une soixantaine d'interpellations. Avec cette interdiction, elles peuvent désormais être évincées par les forces de l'ordre ou verbalisées.

ILS BRÛLENT LEUR CARTE D'ÉLECTEUR


À Besançon, dans le Doubs, 300 manifestants ont allumé un brasero samedi matin et certains y ont brûlé leur carte d’électeur, comme le rapporte L'Est Républicain. "Que vais-je répondre à des jeunes qui me disent 'voter ça ne sert à rien' ? Moi, j’ai élu mon député et il est privé de vote. On est en plein déni démocratique", déclare Nathalie, trentenaire, qui n'a pas souhaité donner son nom de famille. 

POUBELLES À PARIS


Cinq garages ont repris leur activité, selon la préfecture de police. Deux sociétés concessionnaires de traitement et plusieurs agents ont été requis depuis hier pour assurer la collecte des ordures. 

MAIRIE DU 4E À LYON


📺 Les dégâts, à l'intérieur et sur la façade du bâtiment municipal, sont conséquents. Nous sommes retournés voir les riverains et les élus du 4e arrondissement de Lyon. 

DES DÉGÂTS IMPORTANTS À LA MAIRIE DE LYON 


Au lendemain des actes de vandalisme qui ont ciblé la mairie du 4e arrondissement de Lyon, le maire EELV Rémi Zinck espère qu'il sera en capacité de rouvrir la mairie "en milieu de semaine prochaine", indique l'édile au Progrès. 


Selon M. Zinck, les dégâts, à l'intérieur du bâtiment municipal, sont importants, notamment en ce qui concerne le matériel informatique. 

CE QUI EST PRÉVU CE WEEK-END 


Des rassemblements sont prévus tout au long du week-end, dans la capitale et en région, à l'appel d'unions régionales de syndicats, notamment la CGT, ou d'organisations diverses : à Paris, les manifestants se sont donnés rendez-vous place d'Italie à Paris à 18h. D'autres sont également prévus à Montpellier, Marseille, Brest, Toulon...

"LE BLOCAGE PAR QUELQUES INDIVIDUS, C'EST PAS POSSIBLE"


Le ministre de l'Industrie Roland Lescure a laissé entendre samedi que le gouvernement pourrait procéder à des réquisitions en cas de mise à l'arrêt de raffineries par les salariés en grève contre la réforme des retraites. Interrogé sur un risque de pénurie de carburant, le ministre a répondu : "On ne va pas laisser 65 millions de Françaises et de Français et un pays ensemble bloqués par quelques dizaines d'individus. Donc, la grève, (...) c'est évidemment un droit inaliénable, mais le blocage de quelques individus d'un pays (...), ce n'est pas possible", a ajouté le ministre, cité par l'AFP. 


La CGT a annoncé la mise en arrêt de la raffinerie TotalEnergie de Normandie dès ce week-end. 


Des mesures de réquisition étaient "en train d'être déployées" avec les éboueurs parisiens, selon le ministre. 

LYON 


La mairie du 4ᵉ arrondissement de Lyon a été prise pour cible vendredi soir lors d'un rassemblement contre le projet de réforme des retraites, qui a donné lieu à d'autres tensions dans le centre-ville et à 36 interpellations, selon la préfecture. Grégory Doucet, le maire, a réagi et "condamne avec la plus grande fermeté cette attaque à l'encontre d'un bâtiment public". 

NOUVELLES MANIFESTATIONS CE SAMEDI


Les syndicats prévoient des "rassemblements locaux de proximité" ce week-end pour poursuivre la contestation contre l'impopulaire réforme des retraites. 

L'intersyndicale avait appelé dès jeudi, dans la foulée du recours par Elisabeth Borne à l'article 49.3 de la Constitution, qui permet l'adoption d'un texte sans vote, sauf motion de censure, à des rassemblements ce samedi et dimanche, ainsi qu'à une 9ème journée de grèves et manifestations jeudi 23 mars.

CONTESTATION


Des rassemblements ont à nouveau eu lieu dans plusieurs villes hier soir. Ils se sont souvent achevés par des heurts avec les forces de l'ordre, comme à Paris où des dizaines de personnes ont été interpellées. 

Bonjour à toutes et à tous et bienvenue dans ce live. Manifestations, réactions politiques, motions de censure... Nous allons suivre ensemble les actualités d'aujourd'hui autour de la réforme des retraites controversée. 

Deux motions de censure ont été déposées vendredi pour renverser le gouvernement, le lendemain de l'activation du 49.3 par Elisabeth Borne pour faire passer la réforme des retraites. Ces motions devraient être examinées à l'Assemblée lundi à partir de 16h. La colère continue de s'exprimer dans la rue : des milliers de manifestants se sont à nouveau rassemblés vendredi soir dans plusieurs villes de France, et notamment à Paris, où 4000 personnes occupaient la place de la Concorde.

Les opposants au recul de l'âge de départ à la retraite à 64 ans au lieu de 62 expriment leur colère à travers différentes actions.  Blocage du périphérique parisien, de la gare de Toulon ou de Bordeaux ou  manifestations ont émaillé la journée. Un rassemblement spontané de 4000 personnes dans la soirée place de la Concorde à Paris a dégénéré : vers 22h30 on comptait 61 interpellations.

Retrouvez les dernières infos dans le fil ci-dessus.


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info