Élection présidentielle 2022

Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron prêt à "bouger" sur la réforme des retraites

La rédaction de TF1info
Publié le 11 avril 2022 à 21h15, mis à jour le 12 avril 2022 à 20h49
JT Perso

Emmanuel Macron et Marine Le Pen se retrouvent à nouveau face-à-face au second tour de l'élection présidentielle.
Un duel qui s'annonce plus serré qu'en 2017, selon les estimations des sondages.
Suivez dans ce live les dernières informations sur la campagne.

Ce live est à présent terminé, vous pouvez retrouver les dernières informations du mardi 12 avril sur l'élection présidentielle dans cet article.

FONT-ILS MIEUX QU'EN 2017 ?


Tous deux qualifiés pour le second tour, Emmanuel Macron ou Marine Le Pen ont obtenu des scores bien plus importants qu'en 2017. Qu'en est-il de Jean-Luc Mélenchon ou encore Jean Lassalle ?

BERNARD CAZENEUVE APPELLE À VOTER EMMANUEL MACRON


Sur Twitter, l'ancien Premier ministre de François Hollande, Bernard Cazeneuve, a appelé à voter pour le président sortant Emmanuel Macron. 

"EMMERDER LES NON-VACCINÉS, JE L'AI DIT D'UNE MANIÈRE AFFECTUEUSE"


En déplacement sur les terres de son adversaire Marine Le Pen, Emmanuel Macron a décidé d'aller convaincre ceux qui n'ont pas voté pour lui. Dans son viseur notamment, l'électorat de Jean-Luc Mélenchon. Mais il a aussi été interpellé sur ses propos polémiques de janvier.

COMMENT VONT VOTER LES DÉÇUS DU PREMIER TOUR ?


De nombreux électeurs qui n’ont ni voté Macron ni Le Pen au premier tour sont indécis pour la suite. Or, les reports de voix seront décisifs pour remporter le second tour. Si la majorité des candidats ont appelé à voter pour le président sortant, 85 % des électeurs de Zemmour voteront Le Pen.

UN LOCAL PCF VANDALISÉ EN REPRÉSAILLES APRÈS LE 1ER TOUR


La fédération communiste du Nord a indiqué avoir déposé plainte après que la porte d'entrée de son siège à Lille a été endommagée par des personnes reprochant au candidat communiste à la présidentielle, Fabien Roussel, d'avoir empêché la gauche d'arriver au second tour. "J'ai rarement connu un scrutin à l'ambiance aussi délétère", a déclaré la secrétaire fédérale Karine Trottein. 


L'incident a eu lieu dimanche vers 21 h 30, alors qu'une demi-douzaine de militants communistes étaient rassemblés au siège de la fédération. Des jeunes ont insulté les communistes, leur reprochant d'avoir présenté un candidat à la présidentielle face à Jean-Luc Mélenchon, non qualifié au second tour. 


La fédération du Nord, la plus importante du Parti communiste avec 2.400 adhérents, a indiqué avoir également reçu des messages de menaces et d'insultes.

MÉLENCHON, BIENTÔT À MATIGNON ?


Au lendemain de sa qualification pour le second tour de l’élection présidentielle, Emmanuel Macron s’offre de longs bains de foule dans les Hauts-de France. Il révèle, par ailleurs, au micro de l’Instant PoL avoir échangé des SMS avec le troisième homme de ce scrutin, dont il courtise les voix pour être réélu. Problème, la révélation déplaît au député insoumis.

Sur LCI : E. Macron se défend "d'emmerder" les non-vaccinésSource : TF1 Info
JT Perso

COMMENT PÉCRESSE, HIDALGO OU ENCORE JADOT VONT-ILS POUVOIR REMBOURSER LEUR CAMPAGNE ?


Lors du premier tour du scrutin présidentiel, huit candidats sur douze ont obtenu moins de 5 % des suffrages. Résultat, ils bénéficieront seulement d'une enveloppe publique de 800.000 euros pour leurs dépenses de campagne, qui montent souvent à plusieurs millions.

CE QU'IL FAUT RETENIR DE SA DÉCLARATION 


Dans les Hauts-de-France pour son premier déplacement de l'entre-deux-tours, Emmanuel Macron est revenu sur l'une des mesures les plus décriées de son programme : la retraite à 65 ans. Se disant prêt à discuter, notamment avec d'autres responsables politiques, le président candidat a assuré que la réforme se ferait progressivement.

E. MACRON, "PRÊT" À LACHER LE TOTEM DES 65 ANS ?


À la question de savoir si l'âge de départ à la retraite pourrait être abaissé à 64 ans, au vu des réticences des Français, Emmanuel Macron a répondu par l'affirmative au micro de LCI. "On n'a retenu qu'un chiffre magique" de 65 ans qui pourtant "n'arrive pas avant 2030", avait déjà regretté le président-candidat, évoquant ce projet de réforme progressive de l'âge de départ, mesure phare de son programme.

BRUNO RETAILLEAU VOTERA BLANC AU SECOND TOUR


Quel choix pour le second tour chez les Républicains ? "Le groupe est totalement uni derrière la ligne de notre famille politique", a déclaré Bruno Retailleau à l'AFP à l'issue d'une réunion au Sénat lundi après-midi qui a duré deux heures et demie. "On ne peut pas voter Marine Le Pen, mais on laisse à chacun cette liberté de choix, soit de se servir du bulletin de vote d'Emmanuel Macron contre Mme Le Pen, ou bien de voter blanc. Moi je ne crois plus aux consignes de vote", a-t-il poursuivi, précisant que lui-même voterait blanc.

E. MACRON SE DIT PRÊT "À BOUGER" SUR LE VOLET DES RETRAITES


Emmanuel Macron s'est dit, au micro de LCI ce lundi, prêt à "bouger" sur la réforme des retraites et "ouvrir la porte" à un report de l'âge de départ à 64 ans, plutôt qu'à 65 ans, "s'il y a trop de tensions" et que cela peut bâtir un consensus".


"Je suis prêt à bouger le rapport au temps et dire qu'on ne fait pas forcément une réforme jusqu'en 2030 si je ressens trop d'angoisse chez les gens. Parce qu'on ne peut pas dire le dimanche soir "je veux rassembler" et quand on va écouter les gens dire "je ne bouge pas"", a-t-il souligné lors d'un déplacement dans le Pas-de-Calais.

ÉRIC WOERTH "A VU LE NAUFRAGE" DES RÉPUBLICAINS


Interrogé sur le score des Républicains, Eric Woerth appelle à ce que les Républicains ne se divisent pas. "Quand ont fait 4,5%, il faut se demander pourquoi. Un parti, s'il ne produit ni des idées ni des leaders, ce n'est plus un parti, c'est ce qu'il s'est passé sur les 5 dernières années. J'ai bien vu qu'on allait au naufrage", appuie le député ex-LR qui soutient Emmanuel Macron. "La marque de fabrique d'Emmanuel Macron c'est de réunir et que la majorité soit plus large me semble être une bonne idée."

UN RECUL D'EMMANUEL MACRON SUR LES RETRAITES ?


Sur le volet des retraites, Emmanuel Macron est-il en train de reculer ? Le chef d'Etat s'est dit prêt "à discuter du rythme et des bornes" de sa réforme, quitte à faire appel à "un référendum". Pour Eric Woerth, invité sur LCI ce lundi soir, "il faut évidemment augmenter la retraite à 65 ans  et il faut être un homme d'Etat pour le dire maintenant (...) Bien sûr qu'il faut discuter des modalités, du calendrier, des mesures de pénibilité, avec les citoyens et les syndicats." Mais la réforme "doit être faite assez rapidement et sans brutalité. Emmanuel Macron a raison d'apaiser les choses et de montrer la réalité des choses", appuie l'ancien ministre.

"ÇA NE VAUT PAS QUITUS !"


"J'ai été choqué d'entendre le président-candidat parler de soutien [des Verts ndlr] : sa politique brutale a permis la montée de l'extrême-droite", tance le secrétaire national EELV Julien Bayou sur LCI.

FAIRE BARRAGE A L'EXTRÊME-DROITE


Après la défaire des Verts au premier tour, Julien Bayou appelle à nouveau à faire barrage à l'extrême droite. "Le seul moyen que nous avons c'est le bulletin d'Emmanuel Macron, mais ça ne vaut aucun soutien", appuie le secrétaire national EELV sur LCI. "On n'a plus besoin de paroles, il faut des actes, il faut des gages", appuie Julien Bayou qui pointe du doigt le bilan "désastreux" d'Emmanuel Macron sur le volet écologique.

L'ABSTENTION : UN MAL TYPIQUEMENT FRANÇAIS ?


Généralement plus basse que lors d'autres scrutins, l'abstention est restée élevée à l'occasion du premier tour de la présidentielle. Une problématique qui se pose aussi chez nos voisins européens, dans des proportions parfois bien supérieures.

UN CLIVAGE GÉNÉRATIONNEL ? 


En observant les suffrages de ce premier tour de la présidentielle, les votes semblent bien divisés selon les âges des différents électeurs. Tandis que les moins de 35 ans ont voté majoritairement pour Jean-Luc Mélenchon, Emmanuel Macron a acquis sa place au second tour grâce aux retraités.

LE MEDEF APPROUVE LE PROGRAMME DE MACRON SUR L'ÉCONOMIE


Le Medef a estimé que le "programme d'Emmanuel Macron est le plus favorable pour assurer la croissance de l'économie et de l'emploi". Même si l'organisation trouve qu'il "comporte des lacunes" elle pense qu'il "est le plus à même de préparer la France aux défis de l'avenir en faisant le choix de la compétitivité et de la croissance durable".


Dans le même temps, elle alerte "sur les conséquences de celui de Marine Le Pen" avant le second tour de l'élection présidentielle. Le programme de la candidate du Rassemblement National "conduirait le pays à décrocher par rapport à ses voisins et à le mettre en marge de l'Union européenne", assure l'organisation patronale dans un communiqué.


Le Medef lance un appel à aller voter et dit qu'elle "aura des exigences fortes pour que les partenaires sociaux et les entreprises soient réellement associés aux réformes dans un contexte nécessitant plus que jamais d’être à l’écoute des organisations représentatives".

JEAN LASSALLE VOTERA BLANC


Le candidat Jean Lassalle a indiqué dans un message publié sur son compte Facebook qu'il voterait blanc au second tour de l'élection présidentielle. "Je laisse, bien entendu, à toutes celles et ceux qui ont bien voulu me faire confiance leur libre-choix pour dimanche 24 avril. Quant à moi personnellement je voterai blanc", écrit-il.

GÉRARD LARCHER VOTERA EMMANUEL MACRON


Le président LR du Sénat Gérard Larcher indique dans un communiqué qu'il votera pour Emmanuel Macron au second tour de l'élection présidentielle. "Je voterai le 24 avril Emmanuel Macron. Ce choix correspond aux valeurs que je porte et à mon parcours. Ce n’est ni un quitus, ni un ralliement", écrit-il.

LES PERMANENCES EELV ET PCF DE NANTES TAGUÉES ET VISÉES PAR DES PROJECTILES


Les permanences d'Europe Ecologie les Verts (EELV) et du Parti communiste (PCF) à Nantes ont été taguées du mot "traîtres", a-t-on appris lundi auprès des deux partis. Les inscriptions ont été tracées à la peinture bleue foncée sur les portes d'entrée des deux permanences.


Des jets de projectiles ont brisé la vitrine du local d'EELV à l'endroit où était accrochée une affiche électorale, a constaté une journaliste de l'AFP. Les bris de verre masquaient le visage du candidat, Yannick Jadot. 


"Ces agissements ont vraisemblablement eu lieu pendant la soirée électorale du premier tour de la présidentielle. Ils sont d'autant plus condamnables", a réagi EELV Pays de la Loire dans un communiqué. 


Sur la porte du local nantais du PCF, les mots "sac à merdes" ont également été marqués à la peinture, d'après une photographie prise pendant la nuit de dimanche à lundi et transmise à l'AFP.  

EMMANUEL MACRON VEUT "ENRICHIR" SON PROJET "SUR LE TRAVAIL ET L'ÉCOLOGIE"


"Je veux convaincre avec une méthode nouvelle", car "il n'y a plus de front républicain", constate Emmanuel Macron en déplacement dans le Nord. "J'ai porté un projet et rassemblé plus de voix qu'il y a cinq ans au premier tour. Maintenant, je dois compléter mon projet, [...] l'enrichir, et sur des sujets comme l'écologie ou le travail, entendre des voix portées avec beaucoup de clarté."

Emmanuel Macron : "Je veux élargir, sans ambiguïté, et compléter mon projet"Source : TF1 Info
JT Perso

MARINE LE PEN VEUT "PROTÉGER LE POUVOIR D'ACHAT"


Marine Le Pen se félicite d'accéder au second tour "malgré la concurrence" et entend désormais faire campagne "pour protéger le pouvoir d'achat" des Français.

Marine Le Pen : "Protéger le pouvoir d'achat des Français"Source : TF1 Info
JT Perso

MARINE LE PEN À SON QG


Marine Le Pen arrive à son quartier général sous les applaudissements de ses conseillers.

EMMANUEL MACRON A ÉCHANGÉ AVEC JEAN-LUC MÉLENCHON


Interrogé par LCI, Emmanuel Macron assure avoir eu des échanges "par texto, qui doivent rester privés", avec Jean-Luc Mélenchon. Le président sortant assure qu'il parlera à tous les candidats qui ont appelé à voter pour lui.

Emmanuel Macron à LCI : "Je suis là pour convaincre et écouter"Source : TF1 Info
JT Perso

LA LICRA APPELLE À VOTER MACRON


L'organisation antiraciste, la Licra, appelle à voter Emmanuel Macron au second tour. Ce vote "est la seule possibilité pour faire barrage au Rassemblement national", affirme-t-elle dans un communiqué.

EMMANUEL MACRON EN CAMPAGNE


Le candidat Macron poursuit son déplacement dans les Hauts-de-France.

Emmanuel Macron dans les Hauts-de-France : en direct de DenainSource : JT 13h Semaine
JT Perso

LR REFUSE TOUT VOTE VERS LE PEN


Les Républicains ont voté ce lundi une motion estimant qu'au second tour de la présidentielle, "aucune voix ne peut se porter sur Marine Le Pen" dont "le projet politique et économique nous conduirait au chaos", a assuré le président de LR, Christian Jacob.


"Notre famille politique a toujours été et reste un adversaire déterminé" du Rassemblement national, a ajouté le président de LR lors d'une conférence de presse, assurant au lendemain du crash historique de Valérie Pécresse que "les Républicains ne sont fongibles ni dans le macronisme, ni dans le lepénisme".

MARINE LE PEN EN DÉPLACEMENT DANS L'YONNE


Alors qu'elle ne devait pas faire de déplacement ce lundi, Marine Le Pen se rendra dans l'après-midi à Thorigny-sur-Oreuse, dans l'Yonne, chez un agriculteur céréalier.

EMMANUEL MACRON À DENAIN


Le candidat Macron est arrivé à Denain pour son premier déplacement depuis le premier tour. Accompagné du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, le président sortant s'offre un bain de foule, dans une ville qui a peu voté pour lui dimanche.

LES VÉRIFICATEURS


L'agence de presse russe Ria Novosti a donné, dans un premier temps, la candidate RN devant Emmanuel Macron. En réalité, elle renvoyait à des résultats partiels et non pas aux estimations. Une méthodologie contestable, qui ne prend en compte que plus tard le vote des grandes villes.

EMMANUEL MACRON SUR LES TERRES DE MARINE LE PEN


Le président sortant Emmanuel Macron est attendu dans les prochaines minutes à Denain, dans le Nord, pour son premier déplacement de l'entre-deux-tours. Au premier tour, il n'a obtenu que 14,74% des suffrages dans cette commune, où Marine Le Pen est arrivée largement en tête (41,67%).

ANNE HIDALGO


À Paris, la ville dont elle est maire, Anne Hidalgo termine en septième position.

EMMANUEL MACRON


Pendant qu'Emmanuel Macron est en route vers les Hauts-de-France, pour son premier déplacement de l'entre-deux-tours, la République en marche tient un bureau exécutif pour rappeler aux troupes que "rien n'est joué".

Après la première place, la République en marche tient un bureau exécutifSource : TF1 Info
JT Perso

LE RÉCAP' DE LA MATINÉE


En ce lendemain de premier tour de l'élection présidentielle, voici les principales informations à retenir de la matinée :


- D'après les résultats encore provisoires du ministère de l'Intérieur (97% des inscrits), Emmanuel Macron arrive en tête avec 27,6% des voix, devant Marine Le Pen (23,41%). Jean-Luc Mélenchon (21,95%), échoue à quelques centaines de milliers de voix du second tour, devant Eric Zemmour (7,05%) et Valérie Pécresse (4,79%).


- Après une défaite historique, les cadres des Républicains se réunissent. Laurent Wauquiez a demandé à ses troupes de "rester unis". "On ne doit pas jouer les supplétifs d'un des deux finalistes, sinon nous n'avons plus de raison d'être", a-t-il affirmé.


- Ce matin, plusieurs personnalités politiques ont annoncé qu'elles voteraient pour Emmanuel Macron au second tour. C'est notamment le cas de Xavier Bertrand, de Rachida Dati, ou Guillaume Larrivé.


- Les appels aux dons continuent chez les candidats n'ayant pas passé le cap des 5%. Julien Bayou (EELV) en appelle aux électeurs pour la survie du parti, tandis que Valérie Pécresse assure s'être endettée à hauteur de cinq millions d'euros.

Bonjour, ce lundi 11 avril, suivez avec nous les dernières infos liées à l'élection présidentielle, dont le premier tour s'est déroulé hier, dimanche.

Au lendemain du premier tour de l'élection présidentielle, Emmanuel Macron et Marine Le Pen se jettent, ce lundi 11 avril, dans la bataille pour le second tour du 24 avril, avec cette fois un report des votes de gauche déterminant après le bon score de Jean-Luc Mélenchon ainsi que la débâcle du PS et de LR. 

Car si Emmanuel Macron a fait un score plus important qu'en 2017 (27-28% contre 23-24% pour Marine Le Pen), l'écart avec sa rivale d'extrême droite s'annonce plus serré au deuxième tour, avec un score compris entre 54% et 51% contre 46%-49%, selon des sondages réalisés dimanche après le premier tour.

Lire aussi

Les deux candidats vont devoir mobiliser les électeurs alors que le premier tour, marqué par une abstention supérieure de quatre à six points de plus qu'il y a cinq ans, entérine la recomposition de l'échiquier politique, consacrant la relégation des deux partis de gouvernement de la Ve République, qui réalisent le pire score de leur histoire: Valérie Pécresse (LR) autour de 5% des suffrages, seuil de remboursement des frais de campagne, et Anne Hidalgo (PS) avec moins de 2%.

Chacun va donc tenter de récupérer les près de 22% d'électeurs qui ont choisi l'Insoumis Jean-Luc Mélenchon. Le candidat, qui a réussi à capitaliser sur le vote utile à gauche, a lui clairement appelé à ne pas voter extrême droite. "Il ne faut pas donner une voix à madame Le Pen!", a-t-il répété à plusieurs reprises dimanche soir.


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info