Dans une interview au Parisien, le communiste Fabien Roussel appelle les mairies et collectivités territoriales à ne plus payer leurs factures d'électricité.
Il demande à l'État de mieux les protéger, alors qu'elles n'ont pas accès aux tarifs réglementés de l'électricité.
Les associations d'élus ne s'associent pas à cet appel.

Pourront-elles payer leurs factures ? Face à la hausse des tarifs de l’électricité, certaines communes ont des difficultés à régler l’addition, et voient arriver l’hiver avec appréhension. Contrairement aux particuliers, les collectivités ne sont pas soumises au bouclier tarifaire, et doivent donc payer au prix fort leur énergie. Le député communiste Fabien Roussel leur propose une solution radicale : ne plus régler leurs factures.

Dans une interview au Parisien mise en ligne jeudi, l’ancien candidat à la présidentielle "appelle les maires, les présidents de collectivité territoriale, mais aussi les entreprises à ne plus payer leurs factures d’électricités quand celles-ci augmentent dans des proportions inacceptables". "Nos villes et nos villages, qui n’ont pas accès au tarif réglementé de l’électricité et sont obligés de se fournir dans le privé, n’ont pas vocation à se faire tondre", ajoute-t-il. 

Le leader communiste estime qu’il en va également de la survie des services publics proposés aux citoyens, les municipalités choisissant parfois de fermer les piscines, théâtres, musées ou réduire le chauffage dans les écoles pour contenir leur consommation d’énergie et leurs factures. 

Des propositions de loi déposées au Parlement à la rentrée ?

Fabien Roussel demande au gouvernement "de garantir aux collectivités un tarif de l’électricité stable, réglementé et dans la durée", et indique qu’il "compte sur le Parlement pour que, dès la rentrée, on ferraille pour garantir l’accès à des tarifs réglementés pour les entreprises et les collectivités"

Il y a quelques semaines, le maire de Montataire, dans l'Oise, avait menacé "d'arrêter de payer" l'électricité de sa ville si rien n'est fait pour soulager les collectivités face à la hausse des prix, craignant une "multiplication par quatre" des factures. "Là, c'est impossible. Comment je trouve les 1,9 million d'euros qui manquent ? Quel service je ferme ? J'arrête la restauration scolaire, je ferme la mairie trois jours par semaine ?", s'interrogeait Jean-Pierre Bosino.

Les associations d'élus ne cautionnent pas

Interrogées par l'AFP, plusieurs associations d'élus ne rejoignent pas cet appel. "Fabien Roussel fait de la politique, cette idée d'appeler les maires à ne pas payer est une idée que j'entends mais ce n'est pas à mon sens une réponse efficace aux difficultés que nous rencontrons", a réagi Guy Geoffroy, maire de Combs-la-Ville (Seine-et-Marne) et vice-président de l'AMF. "Il y a une différence entre la réalité constatée de ne pas pouvoir physiquement être en situation de payer une facture mais c'est une autre chose que de refuser de la payer", a-t-il ajouté.

"Il est évident que les associations d'élus ne peuvent donner la consigne de ne pas payer leurs factures mais Fabien Roussel pose une vraie question car beaucoup de communes sont à l'os", a déclaré de son côté André Robert, délégué général de l'Association des petites villes de France (APVF). "On ne peut pas cautionner ce genre de message. Il y a un travail qui est fait au niveau européen pour arriver à réguler les prix de l'énergie et on compte sur les pouvoirs publics pour mettre en place un outil de régulation", souligne de son côté Sébastien Martin, président d'Intercommunalités de France.


J.F

Tout
TF1 Info