Eric Ciotti élu à la tête des Républicains : le maire de Metz claque la porte du parti

S.M
Publié le 12 décembre 2022 à 9h36, mis à jour le 12 décembre 2022 à 9h47

Source : JT 20h WE

François Grosdidier a annoncé son départ des Républicains après la victoire d'Eric Ciotti la présidence du parti, dimanche.
Le maire de Metz se dit en profond désaccord politique avec le député des Alpes-Maritimes.
Une quinzaine d'autres élus de Nice avaient, eux aussi, annoncé leur départ la semaine précédente.

Il claque la porte de son parti, 41 ans après sa première adhésion. François Grosdidier, le maire de Metz (Moselle), a quitté Les Républicains (LR), dimanche 11 décembre, quelques heures après la victoire d'Eric Ciotti à la tête du mouvement de droite. En profond désaccord politique avec le nouveau chef de file - élu avec 53,7% des voix face à Bruno Retailleau - François Grosdidier a justifié ce départ dans un message sur Facebook, qui lui permettra de "rester [lui]-même, libre et en accord avec [ses] convictions profondes". 

"J'avais adhéré à un rassemblement, fidèle aux racines gaullistes, en phase avec la société, avec un président, Jacques Chirac, qui nous grandissait", a écrit l'édile de 61 ans. "Je quitte LR pour ne pas me rabougrir, non pour aller ailleurs, mais pour rester moi-même, libre et en accord avec mes convictions profondes" a-t-il poursuivi, considérant que les positions - très à droite - du nouveau président LR sont "contraires à [ses] engagements". 

D'autres élus ont aussi quitté le navire

François Grosdidier n'est pas le seul à avoir quitté le navire LR avec l'arrivée du député des Alpes-Maritimes à la tête de LR. Selon les informations de La Dépêche, Laurence Arrigabé, présidente LR de Haute-Garonne depuis six ans, a annoncé son départ dimanche, pour rejoindre la direction d'Horizons de Toulouse, le parti fondé par Edouard Philippe. Quinze élus LR de Nice avaient, eux, annoncé leur départ une semaine avant le second tour, "avant de se déshonorer". Parmi les partants : Anthony Borré, premier adjoint à Christian Estrosi, le maire de Nice, qui avait lui-même quitté le parti en mai 2021, en appelant à une clarification sur la position des Républicains vis-à-vis du Rassemblement national. 

Le vice-président de la Métropole Nice-Côte-d’Azur et élu régional, Pierre-Paul Leonelli, comptait aussi dans ces départs, ainsi que Joseph Segura, le maire de Saint-Laurent-du-Var et conseiller départemental et son premier adjoint, Thomas Berettoni, également conseiller régional. Des départs suivis par ceux de près de 250 adhérents LR niçois. D'autres élus avaient aussi annoncé leur départ du parti en cas de victoire d'Eric Ciotti, comme le président du département de l'Yonne, Patrick Gendraud, considérant Eric Ciotti comme "trop à droite". Ce lundi 12 décembre au matin, son départ n'était pas encore acté officiellement. 


S.M

Tout
TF1 Info