L'info passée au crible
Verif'

Espérance de vie, inégalités sociales… Le vrai du faux sur les retraites

Caroline Quevrain
Publié le 28 septembre 2022 à 14h33, mis à jour le 2 décembre 2022 à 17h43
JT Perso

Source : JT 20h WE

La réforme des retraites doit être présentée le 15 décembre prochain.
À cette occasion, plusieurs chiffres et affirmations reviennent dans le débat public.
Les Vérificateurs font le point sur les principaux éléments repris.

Le gouvernement veut aller vite sur la réforme des retraites, déjà reportée en raison de la pandémie, et aujourd'hui, ce n'est pas tant le fond que la forme qui est discutée. Lundi 1er décembre, Elisabeth Borne a présenté les contours de la réforme dans un entretien au Parisien, indiquant que les arbitrages seraient présentés le 15 décembre, pour une adoption au premier semestre 2023.

Mais les oppositions à cette réforme, dont le scénario est encore flou, sont larges. Et les chiffres et éléments de langage assénés au cours du débat sont nombreux. Les Vérificateurs font le point sur les principales affirmations politiques.

Un Français sur deux ne travaille déjà plus à 60 ans ?

"En France, un Français sur deux ne travaille plus à 60 ans et vous pouvez vérifier", a affirmé François Ruffin ce mercredi 28 septembre, sur France Info. Ce que nous avons fait, à partir des données de la Dares, la Direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques. Chaque trimestre, l’organisme revient sur l’emploi et les seniors en France. Sa dernière publication date d’avril 2022, pour le quatrième trimestre de l’année 2021. À cette période, 56,1 % des 55-64 ans avaient un emploi. Pour la tranche des 60-64 ans, le taux d’emploi tombe à 35,5 %. 

Si ces taux d’emploi sont faibles pour ces tranches d’âge et montrent la difficulté pour les seniors de maintenir une activité professionnelle à partir d’un certain âge, ils se sont améliorés par rapport au trimestre précédent. Ainsi, 53,8% des seniors de 55-64 ans occupaient un emploi au troisième trimestre 2021. Pour les 60-64 ans, ils étaient 33,1% en situation d’emploi en 2020. Le député LFI n’est pas seul à s’emparer de cette réalité : Yannick Jadot, alors candidat écolo à la présidentielle et opposé au recul de l’âge de départ à la retraite, avançait déjà de telles affirmations.

Une espérance de vie en hausse ou en baisse ?

C’est l’argument phare des défenseurs de la réforme des retraites. Et pour le président lui-même, le fait de vivre plus longtemps qu’avant justifie de travailler aussi plus âgé, jusqu’à 64 ou 65 ans - la question n’est pas tranchée. D’ailleurs, l’espérance de vie augmente dans notre pays, a pu répéter Emmanuel Macron à plusieurs reprises, et à nouveau jeudi 22 septembre.

Sur Twitter, des opposants à la réforme ont rejeté aussi vite l’argument. En réalité, l’espérance de vie à la naissance a nettement chuté en 2020, avant de reprendre sa hausse par la suite. D’après l’Insee, elle avait diminué cette année-là de 0,4 an chez les femmes et de 0,5 an chez les hommes à cause de la pandémie. Mais en 2021, la tendance s’est inversée, même si "l’espérance de vie ne retrouve pas en 2021 son niveau d’avant la pandémie" de 85,6 ans pour les femmes et 79,7 ans pour les hommes, selon l’Institut chargé des statistiques. 

Au 1er janvier 2022, 446 000 femmes de 53 ans résident en France (arrondi au millier) - Insee, estimations de population et statistiques de l'état civil réalisées fin novembre 2021

Toujours est-il que les femmes ont gagné 0,3 an par rapport à l’année précédente en espérant vivre 85,4 ans et les hommes, 0,2 an, en vivant jusqu’à 79,3 ans en moyenne. S’agissant de l’espérance de vie en bonne santé, peut-être l’indicateur le plus pertinent dans un débat comme celui-ci, celle-ci rallonge depuis 2008. Pour plus de détails sur les chiffres, l’espérance de vie en bonne santé et les méthodes de calcul, vous pouvez retrouver ici notre article sur le sujet. 

Un quart des plus pauvres déjà morts à 62 ans ?

On le sait, l’espérance de vie varie considérablement selon son statut social. Et les plus pauvres seraient les moins épargnés par le recul de l’âge de départ à la retraite, argumente la gauche de manière quasi unanime. Un élément chiffré revient d’ailleurs souvent dans le débat, comme a pu le faire le député LFI, Thomas Portes : 25% des Français plus pauvres ne survivraient pas au-delà à 62 ans. L’argument avait aussi été entendu dans la bouche d’Anne Hidalgo, pendant la campagne présidentielle, lorsqu’elle s’était engagée à "sanctuariser à 62 ans l’âge de départ à la retraite". 

Lire aussi

Ces données sur la mortalité sont récoltées par l’Insee, dont les dernières en date remontent à la période 2012-2016. Parmi les indicateurs publiés par l'institut, on retrouve le sexe, l'âge et le niveau de vie. Cette dernière mesure divise la population par tranche de 5%. La première tranche représente les 5% les plus pauvres, qui gagnent 466 euros par mois. Et ils sont effectivement 74,6% de ces 5% de la population à vivre jusqu’à 62 ans. Près de 25% sont donc déjà décédés. Attention cependant, ce chiffre ne concerne que les hommes. À 62 ans, elles sont 87% à être en vie, toujours selon l’Insee. Et donc 13% à ne pas atteindre cet âge. 

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur Twitter : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Caroline Quevrain

Tout
TF1 Info