L'info passée au crible
Verif'

Est-il vrai qu'avant Elisabeth Borne, seul un Premier ministre ne s'était pas soumis au vote de confiance ?

Justine Faure
Publié le 5 juillet 2022 à 13h49, mis à jour le 6 juillet 2022 à 9h14
JT Perso

Source : TF1 Info

"Je crois que sous la Ve, il y a eu une fois où un Premier ministre n’a pas soumis son discours à un vote de confiance", déclarait le communiste Fabien Roussel lundi matin sur LCI.
Depuis, Elisabeth Borne a confirmé qu'elle ne se soumettrait pas au vote de confiance des députés.
Sera-t-elle seulement la deuxième de l'histoire de la Ve République à ne pas le faire ?

Elisabeth Borne a confirmé ce lundi 4 juillet qu'elle ne se soumettrait pas au vote de confiance de l'Assemblée nationale. Au grand dam des oppositions, elle prononcera ce mercredi 6 juillet son discours de politique générale devant le Parlement sans solliciter la confiance des parlementaires, ne souhaitant pas prendre le risque d'être désavouée. "Je crois que sous la Ve, il y a eu une fois où un Premier ministre n’a pas soumis son discours à un vote de confiance", avait regretté le communiste Fabien Roussel lundi matin sur LCI, avant que la cheffe de gouvernement ne confirme sa décision. Est-ce vrai ?

"Ce n’est pas une première, c’était le cas sous Raymond Barre, Georges Pompidou, Edith Cresson, c’était le cas aussi avec Michel Rocard ou Pierre Bérégovoy", a expliqué le porte-parole du gouvernement Olivier Véran lundi soir à l'issue du Conseil des ministres, pour banaliser la décision d'Elisabeth Borne. En effet, depuis l'instauration de la Ve République et le premier discours de politique général de Michel Debré en 1959, sept Premiers ministres sur 27 n'ont pas pris le risque de se soumettre à un vote de confiance.

Un précédent de 30 ans

À droite, Maurice Couve de Murville en 1968 et, à gauche, Michel Rocard (1988), Edith Cresson (1991) et Pierre Bérégovoy (1992) n'ont par exemple pas engagé la responsabilité du gouvernement. Ce fut aussi le cas de Georges Pompidou (1966, 1967), Pierre Messmer (1972) et Raymond Barre (1976). Le dernier à ne pas avoir demandé la confiance est donc Pierre Bérégovoy en 1992, il y a 30 ans. Surtout, cela n'est jamais arrivé depuis 2002 et l'alignement de l'élection présidentielle et des élections législatives, qui ont toujours permis au président de la République et à son Premier ministre d'obtenir la majorité absolue à l'Assemblée nationale. Avant ce 19 juin dernier, où le camp présidentiel n'a recueilli qu'une majorité relative au palais Bourbon.

Lire aussi

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur Twitter : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Justine Faure

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info