Élection américaine : Trump vs Biden, la folle campagne

Etats-Unis : à J-39, Donald Trump accusé de viol de l'embargo contre Cuba

Thomas Guien
Publié le 30 septembre 2016 à 12h07
Etats-Unis : à J-39, Donald Trump accusé de viol de l'embargo contre Cuba

Source : SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

JOUR APRÈS JOUR – Petites phrases assassines, embellie dans les sondages, meetings ou image insolite… Jusqu'au vote des électeurs le 8 novembre prochain, LCI vous propose chaque matin un compte-rendu de la campagne américaine. Au menu de ce vendredi : les boules puantes qui tombent en rafales sur le candidat républicain.

Le fait du jour : Trump a-t-il violé l’embargo contre Cuba ?

"Il a placé ses intérêts personnels et professionnels au-dessus des lois, des valeurs et de la politique des Etats-Unis". Hillary Clinton n’y est pas allé de main morte jeudi avec son rival Donald Trump, l’accusant d'avoir enfreint l'interdiction de commercer avec Cuba. Pour appuyer sa critique, la candidate se base sur une enquête de Newsweek, selon laquelle 68.000 dollars ont été dépensés en 1998 par des responsables des hôtels et casinos Trump lors d'un voyage à Cuba, où l'organisation espérait alors s'implanter. Pour contourner l'interdiction de dépenser de l'argent sur l'île, les fonds sont passés par une société de conseil afin de les faire passer pour des œuvres caritatives.

La directrice de campagne de Donald Trump a implicitement reconnu que l'embargo avait été violé. "Selon l'article, je comprends qu'ils ont dépensé l'argent en 1998", a dit Kellyanne Conway sur la chaîne ABC, en ajoutant que Donald Trump "avait décidé de ne pas investir là-bas" et qu'il restait "très critique" de Cuba et du régime des frères Castro. L'embargo commercial américain contre l'île, mis en place dans les années 1960, reste en vigueur malgré la politique de rapprochement engagée par Barack Obama, en raison de l'opposition de la majorité républicaine au Congrès.

Une polémique : Donald Trump et ses employées séduisantes

Donald Trump ne voulait que des employées au physique attrayant au restaurant de son golf de Rancho Palos Verdes en Californie. C’est ce qu’affirment d'anciennes employées dans une plainte en nom collectif déposée en 2012 et rendue publique jeudi par le Los Angeles Times. "J'ai vu Donald Trump dire à des responsables plusieurs fois (...) que les hôtesses du restaurant n'étaient pas assez jolies et qu'elles devraient être renvoyées et remplacées par des femmes plus séduisantes", affirme ainsi dans une déclaration sous serment Hayley Strozier, directrice de la restauration dans le "club house" du golf jusqu'en 2008.

Une autre plaignante assure qu’elle avait reçu de la part d'un supérieur l'instruction de licencier une jeune femme "très compétente" parce que "M. Trump n'aime pas les gens gros". La plainte s'est soldée par un accord amiable en 2013, d'après des documents reçus par l'AFP : Trump National Golf Club, sans admettre de fautes, a versé 475.000 dollars à quelque 600 anciens employés.

Un personnage : Angela Merkel

Une fois n’est pas coutume, Hillary Clinton et Donald Trump partagent un même avis : Angela Merkel est leur dirigeante préférée. "J'apprécie de nombreux dirigeants étrangers. L'un de mes préférés est Angela Merkel", a indiqué jeudi Hillary Clinton. "Elle a été un dirigeant extraordinairement fort pendant une période difficile en Europe qui a évidemment des implications sur le reste du monde". Rappelant qu'elles se connaissent depuis les années 1990, elle a dit "avoir passé beaucoup de temps avec elle" et espéré "avoir l'opportunité de travailler avec elle à l'avenir". "Mais nous pourrions discuter de beaucoup d'autres dirigeants si vous le souhaitez un jour", a-t-elle ajouté.

 Soumis à la même question, le magnat de l'immobilier a également cité Angela Merkel comme étant son dirigeant étranger préféré. "Je pense que Merkel est vraiment un grand dirigeant international", a déclaré M. Trump à la chaîne New England Cable News, avant d'ajouter qu'il "a été très déçu" par elle à cause "de toute l'histoire sur l'immigration".

Une vidéo : Donald Trump "inapte" pour USA Today

“En trente-quatre ans, nous n’avons jamais pris parti dans une campagne électorale. Cette fois, nous faisons une exception.” Pour la première fois depuis des décennées, USA Today prend position. Les éditorialistes du journal invitent en effet leurs lecteurs à ne pas voter pour le républicain :

Le quotidien USA Today juge Trump "inapte" à la présidence des États-UnisSource : Sujet JT LCI
Cette vidéo n'est plus disponible

Thomas Guien

Tout
TF1 Info