Crise du logement : 5 "solutions" pour un "choc d'offres", le plan de Gabriel Attal

Publié le 30 janvier 2024 à 18h24

Source : JT 20h WE

Durant son discours de politique générale, ce mardi, le Premier ministre Gabriel Attal a évoqué de nombreuses thématiques.
Face à la crise du logement, il a promis "un choc d'offres".
Dans vingt territoires désignés dans les deux semaines, 30.000 nouveaux logements vont être créés d'ici trois ans, a-t-il notamment annoncé.

"S'il y a bien un secteur qu'il faut déverrouiller, c'est celui du logement." Dans son vaste discours de politique général, ce mardi 30 janvier, le Premier ministre Gabriel Attal s'est engagé sur plusieurs mesures concernant ce secteur qui traverse une crise profonde. "En lien avec les élus locaux, nous répondrons à cette crise du logement en créant un choc d'offres avec cinq solutions immédiates proposées", a-t-il annoncé.

Pour ce faire, "nous allons simplifier massivement les normes : revoir les DPE, simplifier l'accès à MaPrimeRénov', faciliter la densification, lever les contraintes sur le zonage, accélérer les procédures", a énuméré rapidement le Premier ministre.

Davantage de logements et soutien du logement social

Autre solution, la désignation de vingt territoires prioritaires dans les deux semaines où "nous accélérons toutes les procédures comme nous avons su le faire pour l'organisation des Jeux olympiques et paralympiques". Objectif : la création de 30.000 nouveaux logements d'ici trois ans, le Premier ministre n'hésitant à réquisitionner "des bâtiments vides, notamment des bâtiments de bureaux".

Pour inciter les maires à développer du logement social, "nous allons [leur] donner la main pour la première attribution dans les nouveaux logements sociaux construits sur leur commune", a-t-il poursuivi. Par ailleurs, le Premier ministre a souhaité "faire évoluer" le monde du logement social afin de "soutenir les classes moyennes".

C'est pourquoi il souhaite revoir le décompte des logements sociaux que les communes doivent respecter au titre de la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbain (SRU). "Vous le savez, d’ici 2025, toutes les communes soumises à la loi SRU doivent posséder au moins un quart de logements sociaux sur leur territoire. Nous proposerons d'ajouter pour une part les logements intermédiaires, accessibles à la classe moyenne, dans ce calcul", a déclaré le Premier ministre.

L'ensemble de la filière du logement traverse une grave crise en France, en raison d'une chute de la demande liée au resserrement drastique des conditions d'emprunt, du désintérêt des investisseurs pour l'investissement locatif, jugé moins rentable, mais aussi de la hausse des coûts de construction et des prix du foncier.


Aurélie LOEK

Tout
TF1 Info