Face à la polémique, le RN renonce à présider le groupe d'études sur l'antisémitisme à l'Assemblée

Publié le 16 novembre 2022 à 16h56
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

Le Rassemblement national a accepté de négocier avec Renaissance et d'abandonner la présidence du groupe "antisémitisme" à l'Assemblée nationale.
La semaine dernière, la possibilité que le groupe présidé par Marine Le Pen soit à la tête de ce groupe de travail avait suscité un tollé.
L'attribution des groupes peut encore changer, elle sera définitive le 7 décembre prochain.

La semaine dernière, la possibilité que le Rassemblement national préside un groupe de travail dédié à l'antisémitisme avait fait polémique. Finalement, face au tollé, le groupe présidé par Marine Le Pen s'est entendu avec celui de la majorité, Renaissance, pour que ce dernier en garde la présidence, comme lors de la précédente législature. 

Le 8 novembre dernier, les représentants de chaque groupe parlementaire s'étaient réunis pour le partage de 80 groupes d'études, et le Rassemblement national avait préempté la présidence de celui dédié à l'antisémitisme. Tous avaient été amenés à donner leurs préférences, deux par deux, jusqu'à ce que les 80 groupes soient attribués. Renaissance, par le biais de son président par intérim Sylvain Maillard, avait alors préempté le groupe "jeux vidéo" et "chasse et pêche", laissant le champ libre au RN pour s'emparer de celui sur l'antisémitisme (et le vin).

La diffusion du document, et la présence du nom "RN" à côté du groupe "antisémitisme" avait alors suscité une vive émotion, dans la classe politique et chez les représentants des associations juives. "Si cela devait arriver, jamais le Crif et les institutions juives ne participeraient pas à cette mascarade. Ce serait une ineptie et une manipulation inacceptables", avait notamment tweeté Yonathan Arfi, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif). 

Des présidences actées de façon définitive le 7 décembre

La présidente de l'Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet avait dû intervenir pour assurer que cela était faux, et que le document, certes vrai, n'était pas définitif. L'attribution des groupes ne sera définitive que le 7 décembre prochain, "en conséquence, la présidence de l'Assemblée nationale tient à rappeler qu'aucune liste ne saurait être considérée comme actée avant ce terme", avait-elle précisé.

Lire aussi

Si le Rassemblement national, dans un communiqué publié mercredi dernier, avait laissé entendre qu'il ne renonçait pas à briguer la présidence de ce groupe, il a finalement accepté de s'en défaire après des négociations avec Renaissance. Le camp présidentiel aurait échangé l'antisémitisme avec la sécurité privée. Renaissance aurait également récupéré la présidence du groupe "Sida".


Justine FAURE

Tout
TF1 Info