Fin du droit du sol à Mayotte : "Ça grave dans le marbre le fait que la Constitution ne s'y applique pas", estime Sophie Binet

par J.F
Publié le 12 février 2024 à 9h29, mis à jour le 12 février 2024 à 16h17

Source : TF1 Info

Sophie Binet a regretté la fin du droit du sol annoncée dimanche par le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin à Mayotte.
"Ca grave dans le marbre le fait que la Constitution ne s'applique pas à Mayotte", a-t-elle déclaré dans "Bonjour, la matinale !" sur TF1.
La secrétaire générale de la CGT regrette le fait qu'"aujourd'hui Mayotte est un territoire en dehors du droit commun sur toutes les règles".

En déplacement à Mayotte dimanche, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a annoncé une révision constitutionnelle pour supprimer le droit du sol sur l'île de l'océan Indien. Une décision dénoncée par la secrétaire générale de la CGT Sophie Binet, invitée ce lundi 12 février de "Bonjour, la matinale !" sur TF1. "Ca grave dans le marbre le fait que la Constitution ne s'applique pas à Mayotte, alors que ce dont ont besoin les Mahorais ont besoin c'est d'être traités comme des Français à part entière, notamment en matière de droit social", a-t-elle déclaré.

Il y a besoin d'appliquer les principes d'égalité républicaine."
Sophie Binet

Mais alors que la moitié de la population vivant sur l'île est étrangère, ne faut-il pas y appliquer des règles différentes, s'est vue demander la syndicaliste ? "Les règles sont déjà différentes puisque le droit du sol s'applique déjà de façon plus restrictive, les règles en matière migratoire sont déjà plus restrictives et ça ne décourage pas les gens de venir jusqu'à Mayotte", a-t-elle répondu. 

"L'enjeu, c'est le droit commun, aujourd'hui Mayotte est un territoire en dehors du droit commun sur toutes les règles, notamment sur le droit social. Je rappelle que 75% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté et c'est pas par hasard, c'est parce que le Smic mahorais est 25% en dessous du smic français, que le RSA mahorais est 50% en dessous du RSA français", a-t-elle rappelé, à raison. "Il y a besoin d'appliquer les principes d'égalité républicaine", a estimé Sophie Binet.


J.F

Tout
TF1 Info