Financement illégal : le FN mis en examen

Le service METRONEWS
Publié le 9 septembre 2015 à 17h46

POURSUITES – Soupçonné d'avoir bénéficié d'un financement illégal, le Front national, représenté par le trésorier du parti, Wallerand de Saint-Just, était entendu ce mercredi matin par la justice. En sortant de chez le juge, ce dernier a annoncé la mise en examen du parti.

Mise à jour 17h45 : Le Front national a été mis en examen ce mercredi pour recel d'abus de biens sociaux et complicité d'escroquerie dans l'enquête sur son financement, a annoncé le trésorier du parti, Wallerand de Saint-Just, à sa sortie du bureau du juge.

Le FN devant la justice. Wallerand de Saint-Just est entendu ce mercredi matin par le pôle financier du tribunal de grande instance de Paris en tant que représentant du parti. Le Front national est en effet poursuivi pour des soupçons de financement illégal, en particuliers par la société Riwal, dirigée par Frédéric Chatillon, un proche de Marine Le Pen. Le même Wallerand de Saint-Just est d'ailleurs poursuivi dans la même affaire et pour les mêmes motifs, mais à titre personnel, en tant que trésorier du parti d'extrême-droite. Il sera d'ailleurs entendu par la justice le 21 septembre pour son rôle personnel.

Néanmoins une bourde parlementaire fragilise la position du parquet et permet même au cadre du FN de contre-attaquer. Ainsi, comme il l'avait annoncé à metronews en juin dernier, Wallerand de Saint-Just, le trésorier du Front national, vient d'assigner l’Etat en justice et lui demande 200.000 euros pour mauvais fonctionnement de la justice.

Le spectre Cahuzac

En effet, comme l'a relevé le trésorier du Front national , avocat de profession, l'infraction d'"acceptation par un parti politique d’un financement par une personne morale" pour laquelle il est poursuivi, a été supprimée – par erreur, clament les députés PS – par la loi Cahuzac du 11 octobre 2013 sur la transparence de la vie politique. Le gouvernement a bien tenté, via un amendement du député socialiste Dominique Raimbourg, de réparer cette bourde juridique mais le texte a été retoqué par le Conseil constitutionnel pour un vice de forme.

EN SAVOIR + >> Wallerand de Saint-Just va porter plainte contre l'Etat

En attendant, le cadre du FN bombe le torse. "L’État m'a poursuivi sur cette base et doit aujourd'hui répondre de cette faute inqualifiable", a-t-il déclaré mardi lors d'une conférence de presse. Malgré cette faille juridique, le FN risque néanmoins d'être mis en examen ce mercredi.

EN SAVOIR + >> Une proposition de loi pour rectifier l'erreur parlementaire


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info