Gabriel Attal fête ce jeudi ses 100 jours à Matignon.
Le Premier ministre avait fait de la jeunesse, du logement et de l'agriculture ses priorités après sa nomination.
Ces chantiers ont-ils avancé ?

100 jours à Matignon. C'est ce que fête le Premier ministre Gabriel Attal ce jeudi 18 avril. Nommé le 9 janvier pour sa popularité, son sens de la communication et sa supposée capacité à contrer le Rassemblement national en vue des élections européennes, Gabriel Attal s'est heurté à l'exercice du pouvoir ; sa cote de popularité est en baisse et l'écart entre les listes RN et Renaissance toujours plus important en vue du scrutin du 9 juin. 

Mais pendant ce laps de temps - qui chez un président nouvellement élu correspond à l'"état de grâce" - le Premier ministre a-t-il fait avancer les trois chantiers prioritaires qu'il avait lui-même listés après sa nomination ?

La jeunesse

À son arrivée à la tête du gouvernement, la priorité numéro 1 de Gabriel Attal était la jeunesse. Il évoquait sur France 2, comme le président de la République avant lui lors de sa conférence de presse du 16 janvier, la question de l'usage des écrans, "catastrophe sanitaire et éducative". Il souhaitait "au printemps" la publication d'un "guide de bonnes pratiques" sur l'usage des écrans pour les familles, et des "décisions sur l'usage des écrans dans l'Éducation nationale". À l'heure actuelle, aucun guide de conseils à destination des familles n'a été publié, ni aucune décision prise pour les établissements scolaires. Une commission d'experts réunis par le président de la République travaillant sur le sujet depuis le début de l'année doit bientôt rendre ses conclusions.

Gabriel Attal priorisait aussi la "santé mentale" des jeunes et annonçait qu'il allait "revoir" le dispositif de soutien psychologique qui ne "marche pas". Le 16 avril, le délégué interministériel à la jeunesse a annoncé que la plateforme "Monsoutienpsy", proposant des séances avec un psychologue remboursées par l’Assurance Maladie, serait mieux prise en charge. En effet, il sera désormais possible de bénéficier de 12 consultations gratuites, payées 50 euros aux praticiens, sans adressage d'un médecin généraliste (contre 8 séances rémunérées 30 euros actuellement, sur prescription d'un médecin). Cela devrait notamment permettre à plus de psychologues de rejoindre le dispositif. 

Aussi, le pass colo lancé par l'exécutif est présenté comme un moyen de "promouvoir le bien-être des enfants, et donc prévenir les soucis de santé mentale, d’obésité, d’attachement aux écrans".

Enfin, au mois de mai, les infirmières scolaires doivent voir leur salaire augmenter de 200 euros par mois et elles toucheront une prime exceptionnelle de 800 euros.

L'agriculture

Il y a 100 jours, la crise agricole battait son plein et était une priorité forte de Gabriel Attal. Depuis, le Premier ministre a multiplié les discours et annonces sur le sujet pour tenter de calmer la colère. S'il est illusoire de penser que tout est réglé, le gouvernement a présenté le 3 avril dernier un projet de loi agricole (en préparation depuis un an) censé donner un cadre d'action au monde agricole pour relever deux défis majeurs : attirer des bras et adapter les systèmes de production au changement climatique.

Une coalition des oppositions à l'Assemblée ayant décidé de renvoyer le projet de loi devant le Conseil constitutionnel, aucune date n'a été fixée pour le début de l'étude du texte au Parlement. La majorité espère toujours que cela interviendra mi-mai, pour une adoption cet été.

Le logement

La troisième priorité de Gabriel Attal était la crise du logement. "Il faut prendre des mesures fortes pour inciter à construire davantage", notamment les maires, en donnant "des permis pour construire", avait dit le Premier ministre. Il voulait aussi "prioriser" certains profils pour accéder aux logements sociaux : "les infirmières, les enseignants, les policiers, tous ces fonctionnaires qui s'engagent pour les autres"

Ce mercredi 17 avril, le député Renaissance David Amiel, chargé par le gouvernement d'une mission sur le logement des agents publics, a présenté ses conclusions aux ministres concernés et formulés plusieurs propositions. Parmi elles, la réservation aux agents publics de quotas de logements sociaux et intermédiaires ou la création d'un Action Logement du secteur public. 

Le ministre du Logement Guillaume Kasbarian a présenté ce lundi les grandes lignes de son futur projet de loi censé créer un "choc d'offre" et mieux loger les classes moyennes. Parmi les pistes avancées, l'abaissement des seuils à partir desquels les locataires de HLM pourront voir leur loyer majoré ou encore la diminution du seuil de ressources pouvant déclencher l'expulsion d'un ménage de son logement social. Figurera aussi une marge de manœuvre accrue pour les maires pour attribuer les logements sociaux, comme souhaité par Gabriel Attal il y a 100 jours.


Justine FAURE

Tout
TF1 Info