La Nupes, l'alliance de gauche à l'Assemblée nationale

"Gauche des allocations" : Clémentine Autain dénonce une "faute morale et politique" de Fabien Roussel

A.B.
Publié le 13 septembre 2022 à 11h04
JT Perso

Source : L'Invité Politique

Le patron du PCF a déclaré, vendredi dernier à la fête de l'Humanité, que la gauche devait "défendre le travail et ne pas être la gauche des allocations".
Des propos qui ont provoqué de vives tensions au sein de la Nupes.
Invitée de l'Interview politique sur LCI ce mardi, la députée Clémentine Autain a dénoncé une "faute morale et politique".

C'est une petite phrase qui met en lumière les tensions entre Fabien Roussel et le reste de la Nupes. S'exprimant à l'occasion de la fête de l'Humanité, vendredi 9 septembre, l'ancien candidat à la présidentielle et patron du PCF a estimé que "la gauche doit défendre le travail et ne pas être la gauche des allocations et des minimas sociaux" avant d'insister : "Je ne suis pas pour une France du RSA et du chômage".

Une déclaration qui a provoqué de vives critiques au sein de l'alliance de la gauche, de la France insoumise à Europe Écologie-Les Verts en passant par les socialistes. Invitée ce mardi 13 septembre de l'Interview politique d'Adrien Gindre, la députée Nupes-LFI de Seine-Saint-Denis Clémentine Autain, a également fustigé les déclarations du patron du PCF.

"Je ne le comprends pas"

L'élue a dénoncé un acte qui "crée une forme d'entorse par rapport à ce qui est le bien commun de la gauche". Elle va même plus loin : selon Clémentine Autain, en s'en prenant "aux assistés, à la France des assistés" et en stigmatisant "la gauche des allocs", Fabien Roussel commet "une faute morale et politique".

"C'est une faute morale parce que opposer ceux qui sont dans l'emploi et ceux qui galèrent pour trouver un emploi et qui heureusement bénéficient des allocations (...) ce n'est pas la gauche", a estimé la députée. "S'attaquer à des droits que nous avons contribué à mettre sur pied considérablement, qui sont des conquêtes sociales, je ne le comprends pas, ce n'est pas la gauche", a-t-elle fustigé avant d'estimer qu'avec ces déclarations, Fabien Roussel "s'isole" au niveau politique. 

Ce débat intervient alors que des voix se font entendre à gauche pour redéfinir une certaine ligne politique. Le député François Ruffin a ainsi été le premier à lancer le débat en rapportant avoir entendu, sur sa circonscription de la Somme, des critiques sur une gauche perçue comme soutien des "assistés". Une image, reconnaît Clémentine Autain, qu'il faut changer dans les territoires ruraux. 

Toutefois, selon l'élue, "ce n'est pas en reprenant les refrains et les obsessions de la droite et de l'extrême droite que nous parviendrons à reconquérir sur nos bases". "Je crois qu'on ne combattra l'extrême droite et qu'on arrivera à reconquérir le cœur du monde populaire - y compris dans les zones rurales -, qu'à la condition de faire bouger notre discours, mais de rester sur nos valeurs", a aussi jugé Clémentine Autain. 

Lire aussi

Les dissensions au sein de la Nupes portent notamment sur une mesure défendue par La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon, avec laquelle ils sont alliés dans la Nouvelle union populaire écologique et sociale : la garantie d'emploi. Une proposition qui garantirait une rémunération eu Smic payé par l'État dans les secteurs de la transition écologique ou du social pour tout chômeur de longue durée volontaire. 


A.B.

Tout
TF1 Info