Glyphosate réautorisé pour 10 ans en Europe : une "dinguerie" selon Béchu, qui défend l'abstention de la France

par J.F.
Publié le 17 novembre 2023 à 16h39

Source : JT 20h WE

La Commission européenne a réautorisé jeudi la prolongation pour 10 ans de l'utilisation du glyphosate.
Le ministre de la Transition écologique Christophe Béchu a affirmé vendredi qu'il aurait préféré "un vote contre plutôt qu'une abstention" de la France.
Une justification de vote qui ne convainc pas à gauche.

La Commission européenne a décidé jeudi de réautoriser pour 10 ans l'utilisation du glyphosate en Europe. Lors du vote à Bruxelles permettant le renouvellement de l'autorisation du désherbant, la France a décidé de s'abstenir, faisant dire ce vendredi au ministre de la Transition écologique Christophe Béchu qu'il aurait préféré "un vote contre plutôt qu'une abstention". "À titre personnel, j'aurais évidemment préféré que puisque nous étions opposés à cette décision, cela prenne la forme d'un vote contre plutôt qu'une abstention", a-t-il déclaré sur France Inter, qualifiant au passage de "dinguerie" cette décision.

Expliquant que la France a "essayé de trouver une position alternative à la position européenne (...) avec un certain nombre de pays", Christophe Béchu a ajouté : "Dix-sept pays ont voté en faveur de la position de la commission et on a, y compris pour les raisons diplomatiques, voté comme les Allemands (...) pour faire en sorte de continuer à trouver des alliés sur ce sujet".

Le gouvernement n'avait pas voté contre la proposition de la Commission, mais la France avait proposé des restrictions à l'usage de l'herbicide. La Commission ne les ayant pas retenues, il n'a pas non plus souhaité voter en faveur de l'autorisation telle que proposée par la Commission. Depuis plusieurs mois, la France, via son ministre de l'Agriculture Marc Fesneau, défend la position "pas d'interdiction sans solution".

"Arrêtez de nous prendre pour des abrutis"

La position exprimée ce vendredi par le ministre de la Transition écologique est un peu différente de celle répétée par son collègue depuis plusieurs mois. Au même moment sur France Bleu, il justifiait cette décision, jugeant le glyphosate "indispensable" pour "un certain nombre d'usages". "Là où il y a des impasses, assumons-le et laissons les agriculteurs utiliser le glyphosate", a-t-il ajouté.

Aussi, les justifications de Christophe Béchu n'ont pas convaincu à gauche. "Arrêtez de nous prendre pour des abrutis, vraiment", a posté sur X (ex-Twitter) la députée écologiste Sandrine Rousseau. "Non, M. Béchu, la France aurait pu, aurait dû s'opposer à l'autorisation du glyphosate. Pour les humains et pour l'ensemble du vivant ce sont 10 ans fermes d'empoisonnement supplémentaires", a estimé l'adjoint à la maire de Paris Christophe Najdovski. "Christophe. Béchu nous prend vraiment pour des idiots. La lâcheté du gouvernement face au lobby du glyphosate est un scandale total", a déclaré le député LFI Aurélien Saintoul. "La 'dinguerie' comme vous dites, c'est de ne pas porter une parole forte et ferme de refus d'un pesticide qui empoisonne les gens et les écosystèmes", a abondé la cheffe des députés insoumis Mathilde Panot.


J.F.

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info