Grèce : après la victoire de Tsipras, Hollande met en garde la gauche de la gauche

Le service METRONEWS
Publié le 20 septembre 2015 à 22h45
Grèce : après la victoire de Tsipras, Hollande met en garde la gauche de la gauche

ELECTIONS – François Hollande a estimé dimanche soir, après la victoire de Syriza aux législatives grecques, que la ligne dure d'une partie de la gauche française était vouée à l'échec.

François Hollande n'a pas tardé à féliciter Alexis Tsipras, Premier ministre grec sortant, pour sa large victoire aux législatives de dimanche. Depuis le Maroc où il est en déplacement, il a salué un "succès important pour Syriza, pour Tsipras et pour la Grèce", ajoutant qu'il se rendrait sur place "sans doute dans les prochaines semaines pour échanger avec Tsipras et "travailler ensemble pour que cette idée de la gauche puisse être promue en Europe".

Le réalisme, "avenir de la gauche européenne"

Le chef de l'Etat a toutefois profité de l'occasion pour adresser un message à la gauche de sa majorité et défendre son programme. "Avec ce résultat, la gauche européenne confirme que son avenir, c'est dans l'affirmation des valeurs de progrès, de croissance mais aussi de réalisme", a-t-il ainsi déclaré. Comprenez : l'idéologie ne doit pas barrer le passage aux réformes indispensables au pays. Une allusion à peine voilée à tous les représentants de la gauche qui critiquent, à mots plus ou moins voilés, la politique du gouvernement.

Car d'Arnaud Montebourg, qui recevait cet été l'ancien ministre grec des Finances Yanis Varoufakis, à Jean-Luc Mélenchon, qui redoutait dimanche matin une "guerre civile" en France, en passant par les frondeurs, nombreux sont ceux qui voudraient voir le duo exécutif infléchir sa stratégie. "Le résultat qu'a fait le groupe dissident de Syriza ne plaide pas en faveur de ce type de stratégie", a tranché dimanche soir François Hollande.

EN SAVOIR + >> Largement réélu, Tsipras annonce la formation d'un gouvernement de coalition


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info