Gaza : une vingtaine de parlementaires menés par Eric Coquerel (LFI) à Rafah ce dimanche

par J.F.
Publié le 2 février 2024 à 15h42

Source : TF1 Info

Une vingtaine de parlementaires, principalement de gauche, se rendront dimanche 4 février à Rafah, à la frontière entre l'Égypte et Gaza.
Ils seront menés par l'Insoumis Eric Coquerel et réclameront un "cessez-le-feu immédiat et durable".

Il s'agit du "premier voyage de parlementaires nationaux à la frontière" avec Gaza, selon le député LFI Eric Coquerel. À son initiative, ce dimanche 4 février, une délégation de 22 élus français, principalement des parlementaires et pour la plupart membres de groupes de gauche, se rendront à Rafah, à la frontière entre l'Égypte et Gaza. "Son objectif est de porter l'exigence d'un cessez-le-feu immédiat et durable afin que toutes les armes se taisent, que cesse l'intervention militaire israélienne qui entraîne le massacre des civils palestiniens à Gaza", ont-ils expliqué dans un communiqué publié cette semaine.

La délégation partira du Caire "en direction du sud de Gaza, avec l'autorisation des autorités égyptiennes", et les élus rencontreront "des ONG et associations humanitaires officiant à Rafah, des représentants de l'Autorité palestinienne (du Fatah, ndlr), l'ambassadeur de France en Égypte et des membres des autorités égyptiennes". "C'est un voyage que j'imagine depuis le mois de décembre. Pour des raisons de sécurité, on a mis du temps à avoir les autorisations des Égyptiens", a précisé Eric Coquerel.

Seront notamment présents les Insoumis Thomas Portes, Alma Dufour, Sebastien Delogu et Ersilia Soudais, l'écologiste Sabrina Sebaihi, la socialiste Anna Pic ou encore la communiste Soumya Bourouaha. 

LFI critiquée pour ses positions dans ce conflit

Le voyage se déroulera alors que La France insoumise a dit la semaine dernière "se réjouir" de la décision de la Cour internationale de Justice, qui a appelé Israël à faire tout son possible pour empêcher tout acte de "génocide" dans la bande de Gaza. "En lien avec la décision de la cour européenne de justice qui parle de génocide et qui demande que toutes les choses soient faites pour l'éviter, nous essayerons de faire œuvre utile le 4 février prochain à la frontière avec Gaza", a également déclaré Eric Coquerel sur franceinfo.

Mais ce déplacement intervient aussi alors que le parti de Jean-Luc Mélenchon est accusé de partialité dans le conflit qui oppose Israël aux terroristes du Hamas. Alors que la cheffe des députés LFI Mathilde Panot a indiqué sa présence à l'hommage national qui sera rendu aux victimes du Hamas le 7 février prochain, plusieurs familles des victimes françaises ont demandé à Emmanuel Macron d'interdire la présence de La France Insoumise. "Entre indécence, absence de respect, relativisme et négationnisme, la France Insoumise et ses porte-parole se sont illustrés par des propos gravissimes depuis le pogrom du 7 octobre", accusent-elles dans la lettre. LFI avait créé la polémique après les raids meurtriers du 7 octobre, notamment en refusant de qualifier le Hamas de groupe "terroriste", préférant parler de "crimes de guerre"


J.F.

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info