Hollande, loi Travail, Macron : les piques du revenant Arnaud Montebourg

Le service METRONEWS
Publié le 8 mai 2016 à 10h35
Hollande, loi Travail, Macron : les piques du revenant Arnaud Montebourg

VERBATIM - De retour, ce dimanche, dans l'arène médiatique, l'ancien ministre de l'Economie n'exclut pas de se présenter à la présidentielle de 2017. Lors d'un entretien diffusé dimanche sur France 2, il juge la politique actuelle "bloquée" et n'hésite pas à tancer la loi Travail ou encore son successeur à Bercy, Emmanuel Macron.

"S'il y a des responsabilités à prendre, je les prendrai." Arnaud Montebourg n'exclut pas de se présenter à l'élection présidentielle en 2017, mais il demande à prendre le temps de la réflexion, jugeant que "c'est une décision difficile à prendre, elle ne se prend pas un an avant les échéances". 

L'ancien ministre de l'Economie devenu entrepreneur décrit la politique comme "un système aujourd'hui bloqué, tombé dans le formol, en tout cas au plan national", dans une interview accordée à l'émission " 13h15 le dimanche " sur France 2, et dévoilée par Le JDD  ce 8 mai. "Il va falloir certainement apporter un vent radical de transformation du monde politique", préconise-t-il, n'hésite à s'attaquer au gouvernement et à la politique de François Hollande, qu'il regrette, au passage, d'avoir soutenu en 2012.

Le gouvernement hollandais n'échappe pas aux critiques de Montebourg

S'il continue à adhérer au PS par "fidélité à ses convictions", Arnaud Montebourg ne se montre d'ailleurs pas hollandais. Il fustige ainsi le projet de loi Travail : "C'est le moins disant social. Vous ne pouvez pas construire un contrat social en disant aux uns "vous, on vous réduit", et aux autres "vous, on vous donne tout"." Arnaud Montebourg va même jusqu'à contredire les propos de François Hollande tenus lors du "Dialogue citoyen" mi-avril : "Le pays n'est pas dans une situation qui nous permette de constater que ça va mieux", assure-t-il.

Arnaud Montebourg ne manque pas non plus de s'en prendre à son successeur au ministère de l'Economie, Emmanuel Macron, qui s'est défini "ni à droite ni à gauche". "Je ne sais pas comment se définir avec une double négation, on ne se définit que positivement", lui rétorque Arnaud Montebourg."Je ne sais pas ce qu'il propose, je ne comprends pas ce qu'un ministre de l'Economie fait quand il fonde un mouvement politique : quand on est ministre de l'Economie, on a beaucoup de problèmes à régler", ajoute-il. Le turbulent Montebourg est définitivement revenu dans l'arène politique.

A LIRE AUSSI >> Montebourg étrille (encore) la politique économique de François Hollande


Le service METRONEWS

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info