Hommage national à Robert Badinter : sa famille ne souhaite pas la présence du RN et de LFI

par F.Se
Publié le 13 février 2024 à 15h35, mis à jour le 14 février 2024 à 6h44

Source : TF1 Info

La famille de Robert Badinter a fait savoir qu'elle ne souhaitait pas la présence du RN et de LFI lors de l'hommage national rendu ce mercredi 14 février à l'ancien ministre de la Justice.

La famille de l'ancien garde des Sceaux a fait savoir qu'elle ne souhaitait pas la présence de membres de la France Insoumise, ni du Rassemblement National, lors de l'hommage national qui lui sera rendu ce mercredi 14 février sur la place Vendôme, où siège le ministère de la Justice. 

C'est l'Élysée qui a fait connaître aux deux partis ce souhait de sa veuve, Elisabeth Badinter, confirmant une information du Figaro. Le RN a affirmé les élus de son parti avaient décidé de ne pas s'y rendre, conformément à la volonté de la famille. Les dirigeants de l'extrême droite s'en étaient tenus jusqu'ici au service minimum dans leurs hommages à la mémoire de Robert Badinter, figure longtemps honnie pour avoir aboli la peine de mort. "On ne sera pas présents, la famille ne l'a pas souhaité. Je ne vais pas polémiquer", a déclaré Marine Le Pen, en marge d'une séance à l'Assemblée nationale. 

Le RN obtempère, LFI maintient sa présence

Les responsables de LFI avaient au contraire multiplié les éloges. Jean-Luc Mélenchon a encore publié ce lundi une tribune dans L'Obs pour saluer une figure qui "s'en tenait en permanence à l'altitude de l'idéal". Il a regretté ce mardi sur X un hommage national "dont sont exclus une partie des Français"

Selon une communication du groupe La France Insoumise à l'Assemblée nationale, deux députés du mouvement devraient toutefois se rendre à la cérémonie sur la place Vendôme. "Nous y sommes invités, et nous y serons représentés par Caroline Fiat vice-présidente de l'Assemblée nationale et Éric Coquerel président de la commission des finances", affirme le communiqué. Le 7 février dernier, plusieurs représentants de la France Insoumise s'étaient rendus à l'hommage aux victimes du raid meurtrier du Hamas du 7 octobre en Israël, malgré l'appel de plusieurs familles à interdire leur présence. 

Emmanuel Macron devrait donner un discours lors de cet hommage, dont il avait annoncé la tenue juste après le décès de Robert Badinter, le 9 février. Il pourrait profiter de ce moment pour s'exprimer quant à une éventuelle entrée au Panthéon de celui à qui la France doit, outre l'abolition de la peine de mort, la dépénalisation de l'homosexualité en 1982.

Une minute de silence a été respectée par les députés sur tous les bancs ce mardi à l'Assemblée nationale. L'ensemble des groupes ont ensuite applaudi, quelques députés RN s'en abstenant. Ce même jour, plusieurs centaines de robes noires, magistrats et avocats, ont rendu hommage à l'ancien avocat, sur les marches du palais de Justice de Paris.


F.Se

Tout
TF1 Info