PRÉSIDENTIELLE - La candidate LR Valérie Pécresse a ciblé la présidence d'Emmanuel Macron, samedi 8 janvier lors d'une conférence de presse. Elle s'est projetée dans un mandat en "rupture totale".

"Si le président s’autorise à emmerder, comme il le dit, les Français, pourquoi les Français respecteraient-ils l’État ?" À l'occasion d'une conférence de presse organisée à son QG de campagne samedi matin, la candidate LR Valérie Pécresse s'est projetée en future présidente du "faire", et en "rupture totale" avec le mandat d'Emmanuel Macron.

La candidate de droite est notamment revenue sur les propos polémiques prononcés dans un entretien publié mercredi dans Le Parisien par l'actuel président à l'encontre des non-vaccinés. Le rôle d'un président, c'est d'emmener les Français, pas de les emmerder" a-t-elle assuré. Valérie Pécresse qui, à l'inverse, s'est projetée dans sa potentielle future présidence, qui serait "celle du respect". "

"Emmanuel Macron a une obsession, celle de plaire"

Entourée de Gérard Larcher, Michel Barnier, Xavier Bertrand, Éric Ciotti et Philippe Juvin, Valérie Pécresse a affirmé qu'"Emmanuel Macron n'a eu de cesse de diviser les Français" et qu'il a alimenté "le rejet de toutes les figures d'autorité". 

"En rupture totale" avec le mandat d'Emmanuel Macron, elle se projette dans une présidence "des solutions". "Emmanuel Macron a manifestement une obsession, celle de plaire avec des mots sans lendemain. Je n’ai qu’une seule ambition, celle de faire". 

Face à la figure du "soliste" incarnée selon elle par l'actuel président qui a "mis en scène une présidence solitaire déconnectée des aspirations profondes des Français", Valérie Pécresse se voit en "cheffe d'orchestre". 


E. Ro

Tout
TF1 Info