Jean-Luc Mélenchon, l'"insoumis"

Alexis Corbière (France insoumise) juge la hausse de la CSG "dégueulasse" : "Ils vous font les poches"

Vincent Michelon
Publié le 9 juillet 2017 à 19h13, mis à jour le 9 juillet 2017 à 20h15
Cette vidéo n'est plus disponible

Source : Sujet JT LCI

IMPÔTS - Le gouvernement va mettre en œuvre en 2018 la hausse de la CSG, contrepartie de l'exonération des cotisations sociales des salariés, qui va toucher une partie des retraités. Pour le député Alexis Corbière (La France insoumise), cette mesure est "honteuse".

Quand il entend parler de la CSG, Alexis Corbière voit très rouge. L'évocation de la hausse de cette taxe envisagée par le gouvernement d'Edouard Philippe a suscité un joli coup de gueule, dimanche sur LCI, du député La France insoumise (LFI) de Seine-Saint-Denis.

L'exécutif envisage en effet une hausse de la CSG dès 2018, un engagement de campagne d'Emmanuel Macron, présenté comme la contrepartie de la suppression de cotisations sociales pour les salariés qui prendra effet simultanément. 

"Immoral"

Si cette hausse de la CSG impactera tous les Français, les retraités touchant plus de 1.200 euros par mois - mais aussi les fonctionnaires dans un premier temps - ne bénéficieront pas de la suppression des cotisations sociales : ils seront donc perdants dans cette affaire. 

D'où la colère d'Alexis Corbière : 

Augmenter la CSG pour nos anciens, c'est honteux, immoral, scandaleux. Macron vous fait les poches ! Quand on a bossé toute sa vie, vous augmenter la CSG, c'est dégueulasse !

Alexis Corbière

La CSG, c'est quoi ?Source : Sujet JT LCI
Cette vidéo n'est plus disponible

Pour le député LFI, plus généralement, "les classes moyennes, qui touchent par exemple 3.000 euros par mois, sont très sollicitées sur le plan fiscal. La politique fiscale de ce gouvernement ne règlera rien". 

Alexis Corbière a également indiqué que les députés LFI sont sur le pied de guerre pour aborder, à partir de lundi, l'examen du projet de loi d'habilitation qui débouchera sur les ordonnances réformant le Code du travail. "C'est le gros morceau symbolique, cela aura des conséquences sur 18 millions de salariés". Et de promettre : "On va bien faire le job. On a déposé 132 amendements sur le texte."


Vincent Michelon

Tout
TF1 Info