Inflation : Bruno Le Maire envisage une baisse "courant 2023"

par Lea PRATI
Publié le 29 juillet 2022 à 15h10

Source : TF1 Info

L'inflation est "la préoccupation n°1" du gouvernement, a déclaré Bruno Le Maire à l'issue du Conseil des ministres vendredi.
Son devrait rester élevé jusqu'à la fin de l'année avant de baisser en 2023, selon le ministre de l'Économie.

À l'issue du dernier Conseil des ministres avant la trêve estivale, le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, s'est exprimé sur le pic inflationniste qui s'abat actuellement sur les ménages des Français. "Cela reste notre sujet de préoccupation n°1", a-t-il affirmé, après le point du porte-parole du gouvernement, Olivier Véran. "L'inflation reste élevée. Les chiffres montrent qu'on est à un niveau de 6,1% en glissement annuel". 

Il a notamment ajouté que "même si le taux d'inflation est le plus faible de tous les pays de la zone Euro", il crée d'importantes inquiétudes chez les Français qui voient le prix des biens de consommation courante monter en flèche. 

Selon Bruno Le Maire, le niveau de l'inflation "justifie encore plus les mesures de pouvoirs d'achat qui ont été adoptées à l'Assemblée nationale" et qui seront bientôt votées au Sénat. Une issue des débats est envisageable le jeudi 4 août, et au plus tard, le 6 août. 

Pic inflationniste

"Nous sommes dans le pic inflationniste et l'inflation restera à un niveau élevé jusqu'à fin 2022" a expliqué le ministre de l'Économie, ajoutant qu'une baisse est envisagée "dans le courant de l'année 2023". Pour endiguer ce pic, plusieurs mesures économiques et structurelles sont actuellement mises en place par le gouvernement d'Emmanuel Macron telles que la diversification de l'approvisionnement énergétique ou encore la réorganisation des chaînes de valeurs. 

De plus, les décisions de politique monétaire prises récemment par la BCE devraient avoir un impact rapide sur l'économie française. "C'est un cap difficile qu'il faut passer et pour lequel nous prenons toutes les mesures nécessaires", a terminé Bruno Le Maire. Mais les chiffres de la croissance qui se sont finalement établis à 0,5% au deuxième trimestre, sont déjà "une victoire" pour le gouvernement qui ne souhaite pas céder au "pessimisme ambiant", selon les mots du ministre de l'Économie. "Les fondamentaux économiques de la France sont solides, l'essentiel est de continuer à les renforcer dans les mois et les années qui viennent."


Lea PRATI

Tout
TF1 Info