Mélenchon et la désobéissance européenne : "C'est l'arme du faible", fustige Clément Beaune sur LCI

Léa COUPAU
Publié le 10 mai 2022 à 11h21
JT Perso

Source : TF1 Info

Lundi, Emmanuel Macron a appelé, à Strasbourg, à faire un pas vers la révision des traités européens.
Une proposition qu'a fustigée Jean-Luc Mélenchon sur Twitter.
Invité sur LCI ce mardi 9 mai, Clément Beaune, secrétaire d'État des Affaires européennes, répond au chef de file des Insoumis.

Jean-Luc Mélenchon rit jaune. Lundi 9 mai, devant le Parlement européen, Emmanuel Macron s'est prononcé en faveur d'une réforme des traités européens. Pour une Europe "indépendante et efficace", "il faudra les réviser, c'est évidemment", a déclaré le chef de l'État français à Strasbourg, en s'appuyant sur un avis des parlementaires dévoilé fin avril. Et cette proposition résonne avec celle du chef de file des Insoumis qui se dit prêt à désobéir aux traités pour mener une politique moins libérale. Sa réaction ne se fait donc pas attendre : "Après la planification écologique, Emmanuel Macron avalise à Strasbourg l'obsolescence des traités en cours", ironise Jean-Luc Mélenchon, sur Twitter.

Se battre "ensemble" pour changer les règles

Invité ce mardi 10 mai sur LCI, Clément Beaune a moqué la remarque du député des Bouches-du-Rhône et rappelé que la position d'Emmanuel Macron n'est pas nouvelle. "On peut nous targuer de beaucoup de choses, mais pas d'avoir varié sur le domaine de l'Europe. Dès 2017, pendant sa conférence à la Sorbonne, le président de la République a proposé cette révision des traités. Il a dit clairement que ce n'était ni un totem, ni un tabou", a assuré le secrétaire d'État chargé des Affaires européennes.

Le ministre a également fustigé la position de Jean-Luc Mélenchon qui "joue plutôt la petite partition de : 'c'est la faute à l'Europe' et 'la France se fait gronder par Bruxelles'. C'est une image faible et résignée de la France", y voyant "l'arme du faible". "Vous désobéissez quand vous n'avez plus d'autres portes de sortie. Et croire que la France en Europe n'a pas d'autres moyens que de désobéir à des règles imposées par Bruxelles ou Berlin pour avancer, c'est un mensonge."

En somme, en désobéissant, "vous délitez le projet commun. Quand il y a trop de coups de canifs, votre contrat, il ne résiste pas", appuie le secrétaire d'État, sous-entendant des répercussions graves pour la France.

Lire aussi

Alors oui, "il faut changer l'Europe et réviser ces traités" et ce, même si le processus "prendra du temps", poursuit le ministre, également candidat à la 7e circonscription de Paris pour les législatives. Mais c'est sans crainte, veut-il rassurer. "Toutes les propositions ne seront pas suspendues à la révision des traités. Il y a plein d'autres choses qui pourront être faites en parallèle, comme l'augmentation de notre budget de défense ou la régulation des plateformes numériques", liste Clément Beaune qui appelle le parti LFI à soutenir ces propositions. "Je préfère qu'on se batte ensemble pour changer les règles", conclut-il.


Léa COUPAU

Tout
TF1 Info