"Honteux" : Clément Beaune balaye les critiques d'Anne Hidalgo autour des transports publics pendant les JO

par M.T avec AFP
Publié le 27 novembre 2023 à 14h24

Source : JT 20h WE

Dimanche, le ministre des Transports Clément Beaune a répondu sur RTL à Anne Hidalgo, qui fustigeait quelques jours plus tôt l’impréparation des transports publics parisiens à l’approche des Jeux Olympiques.
Il a par ailleurs critiqué l'idée émise par la maire de Paris de réduire de 70 km/h à 50 km/h la vitesse sur le périphérique parisien.

"On sera prêts !", affirme le ministre des Transports Clément Beaune. Invité sur RTL dimanche, il juge "honteux" les propos d'Anne Hidalgo qui a estimé mercredi que les transports parisiens ne seraient "pas prêts" pour absorber les centaines de milliers de voyageurs supplémentaires attendus lors des Jeux Olympiques et paralympiques à l'été 2024, parlant même d'une "trahison politique".

"Nous relèverons ce défi historique", assure-t-il. La prolongation de la ligne 14 de métro, au nord et au sud, est selon lui "dans les temps", ainsi que la ligne du RER E, particulièrement ciblée par la maire de Paris. Clément Beaune regrette notamment qu'Anne Hidalgo ne participe pas au comité mensuel de l'ensemble des acteurs impliqués dans ces dossiers. Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France et de Ile-de-France Mobilités (IDFM) "vient travailler à chaque fois, Mme Hidalgo jamais", note le ministre. 

Clément Beaune a par ailleurs jugé "prématurée" et "trop brutale" l'idée émise par la mairie de Paris de réduire de 70 km/h à 50 km/h la vitesse sur le périphérique parisien après les Jeux Olympiques. Un boulevard majoritairement utilisé par "des Franciliens ou des Français, des artisans, des commerçants qui en ont besoin pour bosser", affirme le ministre, qui juge cette idée "aberrante". Il ajoute que la maire de Paris n'a pas consulté "les collectivités autour (...) parfois de la même couleur politique que Madame Hidalgo".

"Quand on est prêt à sacrifier l'image de la France pour éteindre une polémique sur un sujet douteux, on n'est pas à la hauteur de la France", tacle-t-il dans une allusion aux vives critiques qui entourent le voyage à Tahiti d'Anne Hidalgo, l'accusant d'avoir voulu allumer un "contre-feu" à l'aide de cette déclaration. 

"Mme Hidalgo a fait de la politique politicienne sur le dos des JO, ce n'est pas acceptable", a abondé dimanche Amélie Oudéa-Castéra, la ministre des Sports et des JO. "Je ne peux pas accepter qu'on condamne d'avance une équipe à laquelle on est censé appartenir et les milliers de gens qui sont sur les chantiers et qui se démènent pour qu'on soit prêts. Et on sera prêts", a ajouté la ministre lors d'un déplacement aux Étoiles du Sport à Tignes (Savoie). 


M.T avec AFP

Tout
TF1 Info