PRIMAIRE À GAUCHE - Au lendemain du débat de l’entre-deux-tours, Manuel Valls a privilégié une journée médiatique. Benoît Hamon s’est déplacé en Seine-Saint-Denis. Du côté des partisans, la division du parti socialiste semble irrattrapable.

À trois jours du second tour de la primaire de la gauche, Manuel Valls et Benoît Hamon ne relâchent pas leurs efforts pour convaincre les derniers électeurs indécis.

Arrivé deuxième au premier tour, l’ancien Premier ministre a choisi de multiplier les rendez-vous médiatiques. Dans un dernier clip de campagne, il a dénoncé le manque de sérieux de son adversaire : "Venez voter pour une gauche crédible qui sait parler dans ce nouveau monde". Benoît Hamon a quant à lui tenté de conforter son avance sur le terrain en Seine-Saint-Denis. 

Mais au lendemain du débat de l’entre-deux-tours, aucun des deux candidats ne se place en vainqueur : "Nous verrons bien dimanche", affirment-ils d’un commun accord, car il est difficile de savoir qui a vraiment remporté ce débat. Manuel Valls a été moins agressif que prévu et Benoît Hamon semblait plus préparé. 

Du côté des partisans en revanche, la scission est plus forte que jamais. "Hamon, c’est un Père Noël", lancent les vallsistes. Dans l’autre camp, l’hypothèque d’une victoire de l’adversaire ne semble pas plus enthousiasmer... 


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info