Élection présidentielle 2022

Mineurs isolés, propos sur Vichy, clip de campagne controversé... un agenda judiciaire chargé pour Eric Zemmour

Vincent Michelon
Publié le 17 janvier 2022 à 7h38, mis à jour le 17 janvier 2022 à 8h05
JT Perso

Source : TF1 Info

JUSTICE - Alors que sa campagne se heurte à une série de polémiques, l'agenda judiciaire du candidat d'extrême droite est très chargé cette semaine. La décision relative à ses propos sur les mineurs étrangers isolés est attendue ce lundi. Le candidat est assigné le 27 janvier pour son clip de campagne diffusé le 30 novembre dernier.

Après le front des polémiques, voici le front judiciaire. Eric Zemmour va devoir inclure dans son agenda de campagne une série de rendez-vous au tribunal. 

Le premier, prévu de longue date, est pour ce lundi 17 janvier. Le candidat d'extrême droite attend, à 13h30, la décision de la 17e chambre correctionnelle de Paris relative à son procès, en novembre dernier, pour provocation à la haine. Il ne devrait toutefois pas se rendre sur place. Le polémiste était jugé pour ses propos sur les migrants mineurs isolés, tenus sur CNews en 2020. Il avait qualifié ces derniers de "voleurs, assassins, violeurs", ajoutant qu'il fallait les "renvoyer". 

La procureure avait requis "100 jours amende à 100 euros" pour des propos "méprisants, outrageants", estimant que "les limites de la liberté d'expression ont été franchies". 

Ses propos sur Vichy en appel jeudi

Le second rendez-vous est prévu ce jeudi 20 janvier. Eric Zemmour est jugé en appel pour contestation de crime contre l'humanité. Les propos visés avaient été tenus en octobre 2019, là encore sur CNews. Le polémiste avait réitéré ses propos sur le maréchal Pétain, estimant que ce dernier avait, par son action, contribué à "sauver des juifs français" durant l'Occupation.

Ces propos avaient suscité un tollé, notamment auprès des historiens spécialistes de la période. Une amende de 10.000 euros avait été requise en première instance, mais il avait été relaxé en février 2021, la 17e chambre du tribunal de Paris ayant estimé que les propos avaient été prononcés "à brûle-pourpoint lors d'un débat sur la guerre en Syrie", bien qu'ils contiennent "la négation de la participation [du maréchal Pétain] à la politique d'extermination des juifs menée par le régime nazi".

Selon nos informations, son avocat devrait demander le renvoi de l'audience, à moins de trois mois du premier tour de l'élection présidentielle. 

Le clip de campagne dans le viseur

Le polémiste est enfin assigné le 27 janvier prochain pour son clip de campagne diffusé le 30 novembre - celui où il annonçait sa candidature -, un film qui avait déclenché des protestations en raison de l'utilisation d'images d'archives et d'extraits cinématographiques sans autorisation, selon une information de BFMTV confirmée dimanche à LCI. 

Eric Zemmour devra ainsi répondre de soupçons de "contrefaçon du droit d'auteur" devant le tribunal judiciaire de Paris. Parmi les plaignants figurent, selon BFMTV, les sociétés EuropaCorp, Gaumont et le réalisateur Luc Besson, pour des images reprises du film Jeanne d'Arc


Vincent Michelon

Tout
TF1 Info