La Coupe du monde 2022 au Qatar

Pour défendre le Qatar, un député LaREM évoque les morts de la Tour Eiffel (et se trompe)

Felicia Sideris
Publié le 5 août 2022 à 13h39
JT Perso

Source : TF1 Info

Le Parlement a ratifié jeudi un partenariat sur la sécurité signé entre la France et le Qatar.
Sur Franceinfo, le député Karl Olive a voulu défendre cet accord.
Pour le faire, l'élu de la majorité présidentielle a cité le chantier de la Tour Eiffel, qui a débuté il y a 135 ans.

On le sait, comparaison n'est pas raison. D'autant plus lorsqu'un siècle sépare les deux événements et qu'on se trompe sur les chiffres. Au lendemain de la signature par le Parlement du partenariat entre la France et le Qatar pour assurer la sécurité de la Coupe du monde de football 2022, un député macroniste a voulu défendre cette initiative. Invité sur Franceinfo ce vendredi 5 août, Karl Olive a "assumé" cet accord, appelant à ne pas "tout mélanger". 

Car pour cet élu des Yvelines, les milliers de victimes de l'organisation de la Coupe du monde 2022 au Qatar ne suffisent pas à boycotter l'événement. Pour preuve, il a cité un chantier réalisé il y a plus de 130 ans dans la capitale. "À ce moment-là, on peut aussi rappeler que lors de la construction de la Tour Eiffel, malheureusement, il y a eu plus de 300 morts", a ainsi répliqué Karl Olive aux journalistes qui l'interpellaient.

Un seul décès sur le chantier

Pour rappel, d'après les estimations du prestigieux Guardian, 6500 travailleurs migrants sont morts sur les chantiers au Qatar. Un argument qui n'a pas empêché le Sénat puis l'Assemblée nationale de valider l'accord signé à Doha le 5 mars 2021. Et qui n'a pas non plus empêché Karl Olive de le défendre. Avec un argument quelque peu curieux. 

Lire aussi

Car au-delà de l'étonnante comparaison entre les conditions de travail du XIXᵉ siècle et celles de notre époque, le député s'est également largement trompé sur son chiffre. Contrairement à ce qu'a affirmé l'ancien maire de Poissy, malgré un chantier sur lequel les ouvriers travaillaient "sans aucune protection ni assurance", on ne déplore qu'une seule victime parmi les 117 travailleurs. Comme le souligne le site officiel de la Tour Eiffel, seul un accident mortel a eu lieu. "Un ouvrier italien tombé en dehors de ses heures de service et dont Eiffel a discrètement indemnisé la veuve."

Une erreur que le député a d'ailleurs reconnue. Dans un tweet, il a tenu à la "rectifier". "Les 300 personnes que j’ai évoquées n'ont pas péri pendant la construction du chantier de la Tour Eiffel, mais depuis sa construction en 1887", a-t-il argué. En effet, depuis plus d'un siècle, on estime qu'il y a environ 370 morts liées au monument. Il s'agit de suicides, d'accidents de touristes, d'aventures qui finissent mal ou encore de défis sportifs ratés. On est loin du scandale des conditions de travail des ouvriers au Qatar, décrites comme similaires à de l'esclavagisme par plusieurs enquêtes journalistiques et travaux d'ONG. Plus tard dans la matinée, le député a lui-même reconnu que cet exemple "était malvenu" et a tenu à s'en excuser.


Felicia Sideris

Tout
TF1 Info