Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

L'industrie textile produira chaque jour 480.000 masques à destination des professionnels non sanitaires

Justine Faure
Publié le 30 mars 2020 à 18h00
JT Perso

Source : JT 20h WE

CORONAVIRUS - Pour faire face à la demande de masques, notamment des professionnels non sanitaires, l'Etat a mobilisé l'industrie textile du pays. D'ici quelques jours, 45 entreprises produiront quotidiennement 480.000 masques en tissu à destination des secteurs privé et public (forces de l'ordre, gardiens de prison, enseignants...).

En temps normal, la France est autosuffisante dans sa production de masques. Mais face à la crise du coronavirus, le manque se fait criant dans tous les domaines professionnels, sanitaires ou non. L'Etat a donc mobilisé son industrie. "Pour répondre à cette demande forte de production de masques de protection, nous avons lancé un défi à notre appareil productif, plus particulièrement à l’industrie textile de la filière mode pour produire des masques", a déclaré lundi lors d'une conférence de presse téléphonique la secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie Agnès Pannier-Runacher. 

Lire aussi

Tout d'abord, l'Etat accompagnera et soutiendra les quatre entreprises qui produisent actuellement la majorité des masques répondant à des normes sanitaires strictes (chirurgicaux et FFP2), à destination des professionnels de santé et des malades du coronavirus, pour augmenter leur production. "Nous sommes passés d’une production mensuelle avant crise de 15 millions de masques par moi à une production qui devrait atteindre 40 millions de masques courant avril", a indiqué la secrétaire d'Etat.

Des masques filtrant entre 70 et 90% des particules de trois microns

Surtout, le gouvernement a voulu développer la fabrication d'un nouveau type de masques, dits alternatifs, à destination des professionnels non sanitaires. L'Etat a divisé ces masques alternatifs en deux catégories : les masques individuels à usage des professionnels en contact avec le public (policiers, gendarmes, hôtesses de caisses), et les masques de protection à visée collective pour protéger l’ensemble d’un groupe (par exemple lorsque des personnes doivent porter des charges, à deux ou à plusieurs, sans pouvoir respecter les distances de sécurité). Les premiers filtrent 90% des particules de trois microns, les seconds 70%. Ces masques, qui seront produits par 45 entreprises volontaires (sur 179 candidates), suivent un cahier des charges rédigé par la Direction Générale de l’Armement (DGA) du ministère des Armées. Ils ont été validés après des tests effectués par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et le laboratoire de la DGA. 

"Dans les prochains jours nous seront en capacité de produire 480.000 masques quotidiennement, pour moitié des masques de catégorie 1 (contacts fréquents avec le public) et pour moitié des masques de catégorie 2 (protection collective)", a assuré Agnès Pannier-Runacher. "D’ici à fin avril, nous allons augmenter cette capacité quotidienne de manière importante." Certains seront lavables et réutilisables au moins 5 fois, ce qui fait dire à la secrétaire d'Etat que la France va disposer de "l’équivalent d’une production qui peut monter à 2 millions de masques par jours". 

Une plateforme pour mettre en relation acheteurs et producteurs

Ces masques alternatifs seront à destination des entreprises privées et des travailleurs indépendants, mais aussi du secteur public (forces de l'ordre, personnel de l’éducation nationale mobilisé pour accueillir les enfants des soignants, les gardiens de prison…). Il sera possible de les commander sur une plateforme officielle, celle existant déjà pour mettre en relation les fabricants et clients de gel hydroalcoolique. Agnès Pannier-Runacher a expliqué que l’Etat fera une régulation, d’abord entre le public et le privé, et entre les grosses entreprises et les petits métiers, pour que ces derniers puissent bien passer commande et être approvisionnés également. 

En revanche, la secrétaire d'Etat a écarté l'idée d'une mise à disposition des masques pour les particuliers. "Quand nous sortirons de confinement il y aura une stratégie spécifique (…) Je ne sais pas si les masques pour les particuliers seront fournis, ni dans quelles conditions."


Justine Faure

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info