Élection présidentielle 2022

"La démocratie meurt de ces fake news" : Julien Bayou juge les propos de Jean-Luc Mélenchon "irresponsables"

La rédaction de LCI
Publié le 8 juin 2021 à 11h23, mis à jour le 8 juin 2021 à 11h59
JT Perso

Source : TF1 Info

POLÉMIQUE - Invité de l'interview politique d'Elizabeth Martichoux sur LCI ce mardi 8 juin, le secrétaire national d’EELV a considéré que Jean-Luc Mélenchon devait retirer ses propos de dimanche, jugés complotistes par de nombreux responsables politiques.

Deux jours après les propos du patron de La France Insoumise (LFI) faisant un lien entre le contexte électoral et la survenance d’attentats terroristes, la polémique ne désenfle pas. Et ses alliés politiques des différends bords sont invités depuis à réagir, lui apportant un soutien ou se désolidarisant de cette position jugée complotiste par notamment des proches des victimes des attentats. Invité de l'interview politique d'Elizabeth Martichoux sur LCI ce mardi 8 juin, Julien Bayou, secrétaire national d’Europe Écologie Les Verts (EELV) qui a noué quelques alliances avec LFI, a considéré le discours de Jean-Luc Mélenchon "irrespectueux à l’égard des victimes et irresponsable pour un responsable politique de sa stature". Irresponsable selon l’élu car "la démocratie meurt de ces fake news", mais aussi parce que "la parole politique produit des effets dans le réel". 

"Ses propos sont irresponsables, il doit les retirer"

Dimanche sur franceinfo, le patron de LFI a prédit qu’un "événement gravissime" viendrait influencer l’élection présidentielle de 2022 en remontant dans le temps et en listant les différents attentats terroristes survenus à la veille des derniers scrutins : "Ça a été Merah en 2012, l’attentat la dernière semaine sur les Champs-Élysées", lorsqu’un terroriste avait assassiné en 2017 le policier Xavier Jugelé. Avant de déclarer que "tout ça, c’est écrit d’avance". Des mots qui ont suscité très rapidement de fortes réactions, à commencer par celles des familles de victimes d’attentats qui ont dénoncé des propos "inadmissibles" et "graves". 

Interrogé, Julien Bayou a estimé sans détours que le patron de LFI devait faire marche arrière : "Oui ses propos sont irresponsables, il doit les retirer". Depuis, Jean-Luc Mélenchon a simplement exprimé dans une conférence de presse tenue lundi sa "compassion pour les victimes et les familles des victimes". 

Cependant, l’élu écologiste a apporté son "soutien" au député des Bouches-du-Rhône pour les menaces proférées par Papacito, un Youtubeur d’extrême-droite, à son encontre. "Il fait régulièrement l’objet de menaces de mort", a expliqué le secrétaire national d’EELV qui en a profité pour demander un renforcement des "moyens de signaler les comportements haineux" via le mécanisme Pharos. "En ligne, il y a des violences psychiques qui se traduisent par des violences physiques qu’il s’agit d’encadrer." 

Pharos, la Plateforme d'harmonisation, d'analyse, de recoupement et d'orientation des signalements, a été créé en 2009 par le gouvernement pour permettre aux internautes de signaler des contenus et comportements illicites sur internet.


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info