Elections présidentielles

"La Force tranquille" : on sait désormais qui est à l'origine du slogan de Mitterrand

Felicia Sideris
Publié le 8 mai 2021 à 18h33, mis à jour le 8 mai 2021 à 18h45
Photo de l'affiche "La force tranquille" de la campagne du candidat François Mitterrand, le 8 mai 1981

Photo de l'affiche "La force tranquille" de la campagne du candidat François Mitterrand, le 8 mai 1981

Source : AFP

COMMUNICATION - "La Force tranquille", ce slogan a marqué la campagne de 1981 et reste indissociable de la victoire de Mitterrand il y a 40 ans. La personne qui est en à l'origine n'est pas celle que l'on croit.

Ces trois mots ont indéniablement marqué les esprits. Si bon nombre de personnes ont encore le souvenir de la liesse de l'élection de François Mitterrand en 1981, nombreux sont ceux qui ont également retenu le slogan du candidat socialiste. À l'occasion de l'anniversaire de l'élection du Président de la république en 1981, nous vous racontons l'histoire de "La Force tranquille", qui ornait les affiches de campagne il y a quarante ans. 

Anne Storch, jeune stagiaire à l'origine du slogan

Car certains disent que cette petite phrase aurait changé la donne. À l'époque, l'enjeu est de taille. Alors que François Mitterrand débute sa troisième campagne présidentielle, il faut trouver la bonne stratégie pour battre le candidat de la droite, Valéry Giscard d'Estaing. La formule doit mêler tradition et rupture. Apaisement et transformation. Un exercice d'équilibriste relevé avec brio par l'équipe de conseillers en communication de François Mitterrand. Et tout particulièrement avec le cultissime "La Force tranquille". Seulement, contrairement à ce qui est resté dans les esprits, ce n'est pas Jacques Ségéla qui est à l'origine de cette idée brillante.

La paternité de ce slogan mythique a en effet souvent été débattue. Ainsi, en 2001, l'historien Christian Delporte relevait que cette trouvaille a conjointement été revendiquée "par Jacques Séguéla" mais aussi par "ses collaborateurs", citant "Anne Storch, Dominique Chevallier ou Richard Raynal". Dans un autre ouvrage paru dix ans plus tard, ce spécialiste d'histoire politique française en dit un peu plus. Dans La France dans les yeux, il décrit cette nuit de "brainstorming" des équipes du futur président. Il écrit qu'un "éclair" avait frappé "simultanément Dominique Chevallier et une jeune stagiaire", Anne Storch. "D'une même voix, [ils] s'écrièrent : Mitterrand, ce n'est pas seulement l'homme tranquille, c'est la force tranquille !"

Finalement, c'est cette deuxième qui serait à l'origine de ces quelques mots qui ont marqué toute une génération, d'après les confidences de Gérard Colé parues dans Libération ce vendredi 7 mai. Une version corroborée par l'institut François Mitterrand. Sur son site, il révèle en effet que la formule est de cette jeune femme, "l'une des bénévoles de l'agence publicitaire de Jacques Séguéla".


Felicia Sideris

Tout
TF1 Info