La France insoumise veut remplacer le terme "Outre-mer" par "Territoires trans-océaniques de France"

par J.F.
Publié le 12 octobre 2023 à 16h23

Source : Sujet TF1 Info

Les Insoumis ont présenté ce jeudi les textes qui composeront sa niche parlementaire prévue le 30 novembre.
À l'occasion d'une proposition de résolution pour créer une commission d'enquête sur la gestion des risques naturels par l'État en Outre-mer, ils ont fait part de leur souhait d'en finir avec ce terme.
Ils proposent de le remplacer par "territoires trans-océaniques de France".

La France insoumise saisit l'occasion de "remettre fondamentalement en cause le terme Outre-mer". À l'occasion de sa niche parlementaire prévue le 30 novembre prochain, le groupe parlementaire présentera une "proposition de résolution tendant à la création d'une commission d'enquête parlementaire sur la gestion par la puissance publique des risques majeurs dans ce qu'on a l'habitude d'appeler les Outre-mer", a expliqué le député de Martinique Jean-Philippe Nilor en avant-première mardi dernier à l'Assemblée nationale, alors que l'ensemble des textes a été présenté ce jeudi.

Pourquoi le terme pose-t-il problème pour l'élu insoumis ? "Parce que moi, quand je suis en Martinique, je ne peux pas me dire outre-mer, c'est Paris qui est outre-mer. Et l'adoption de cette notion d'Outre-mer traduit un gros problème", a-t-il déclaré à la presse. "On nous impose de nous définir par rapport à un centre qui serait Paris, l'Hexagone, et nous-même, on se qualifie comme celui qui habite de l'autre côté de la mer. Je vous laisse imaginer le caractère complètement surréaliste de cette réalité", a-t-il ajouté. Aussi, LFI propose de remplacer "Outre-mer" par "territoires trans-océaniques de France", "qui nous paraît moins injurieux, moins méprisant pour ce que nous sommes".

Inscription de l'IVG dans la Constitution

Outre cette proposition de résolution destinée, selon le groupe politique, à faire le point de la gestion de l'État et de la puissance publique sur la prise en compte des risques qui pèsent sur ces territoires à cause du changement climatique, LFI a dévoilé onze textes, dont l'un demande l'abrogation de la retraite à 64 ans et un autre, l'inscription du droit à l'IVG dans la Constitution. Les députés souhaitent aussi proposer l'indexation des salaires sur l'inflation, un moratoire sur les projets de mégabassines, l'abrogation de la loi Cazeneuve de 2017 sur l'usage des armes à feu par les forces de l'ordre ou la déconjugalisation de l'allocation parent isolé.


J.F.

Tout
TF1 Info