Bientôt en congé maternité, la maire de Poitiers ne touchera pas d'indemnité

par J.F.
Publié le 21 février 2024 à 14h06

Source : TF1 Info

La maire EELV de Poitiers, sur le point de prendre un congé maternité, ne touchera pas ses indemnités d'élues pendant celui-ci, alerte-t-elle.
"Cette perte de revenus n'est pas totalement compensée", précise Léonore Moncond'huy qui "revendique (...) le même droit que tout le monde".
Elle peine aussi à se faire remplacer convenablement à la tête de la ville.

Un frein à l'engagement politique, et une loi qui n'a pas été pensée pour les femmes. Dans une interview au journal La Nouvelle République de la Vienne paru mardi, la maire de Poitiers Léonore Moncond'huy alerte sur sa situation, alors qu'elle va bientôt devoir laisser son mandat pour une durée de huit semaines de congé maternité. Une période pendant laquelle ses indemnités de fonction seront suspendues. Elle peine également à se faire remplacer convenablement à la tête de la ville de 90.000 habitants.

Léonore Moncond'huy étant maire à plein temps, elle ne bénéficiera pas d'un maintien de salaire grâce à une activité salariée privée pendant son congé maternité. "Cette perte de revenus n'est pas totalement compensée", regrette la maire. Elle "revendique (...) le même droit que tout le monde" et "souhaite pouvoir profiter de cette période dans un cadre juridique sécurisant".

Par ailleurs, elle ne sera pas remplacée dans des conditions satisfaisantes, alerte-t-elle. "Le remplacement du ou de la maire est obligatoire : l'intérim doit être assuré par les adjoints, dans l'ordre protocolaire. Sauf que leurs employeurs ne sont pas obligés d'accéder à leur demande de décharge", a expliqué l'élue écologiste. Ainsi, la première adjointe n'ayant pas été libérée à plein temps, ce n'est donc pas un seul élu, mais deux, qui se répartiront les attributions de la maire du 15 mars au 15 mai.

Bientôt une loi pour améliorer le "statut de l'élu" ?

C'est pour cette raison que lors du conseil municipal du 12 février, pendant lequel l'élue avait annoncé son retrait de la vie publique, l'instance avait appelé de ses vœux à une évolution du cadre législatif. L'amélioration du "statut de l'élu" fait partie des chantiers lancés par le Premier ministre, qui a indiqué vouloir s'appuyer sur des travaux parlementaires en cours, sans préciser si le gouvernement envisageait un projet de loi. Une proposition de loi transpartisane portée par la députée macroniste Violette Spillebout et le communiste Sébastien Jumel est notamment en préparation à l'Assemblée.

"Je souhaite que les propositions qu'on a faites via (l'association d'élus de métropoles) France Urbaine et l'Association des maires de France et directement auprès de la ministre des Collectivités territoriales, Dominique Faure, soient étendues au congé paternité et au congé adoption", a précisé Léonore Moncond'huy.

L'association des maires de France en soutien

La maire de 33 ans est soutenu par l'Association des maires de France. Ce mercredi sur TF1, son président David Lisnard a jugé "scandaleuse" sa situation. "Il s'agit simplement qu'une femme maire, lorsqu'elle est enceinte, garde son indemnité d'élue, d'autant plus qu'elle garde la responsabilité pénale et la responsabilité civile de son mandat" durant cette période, a déclaré le maire de Cannes. 


J.F.

Tout
TF1 Info