Le gouvernement Borne II

La motion de censure de la Nupes "n'a aucun sens", juge Jean-Louis Bourlanges sur LCI

Léa COUPAU
Publié le 11 juillet 2022 à 10h59
La motion de censure de la Nupes "n'a aucun sens", juge Jean-Louis Bourlanges sur LCI

Invité ce lundi 11 juillet sur LCI, le député du MoDem, Jean-Louis Bourlanges, est revenu sur la motion de censure déposée par la Nupes.
Pour lui, cette dernière sera simplement "le signe d'une sorte d'opposition radicale".

La motion de censure déposée par la Nupes "ne profite à personne", a jugé, ce lundi 11 juillet, le député du MoDem Jean-Louis Bourlanges, invité sur LCI. Cette motion contre le gouvernement d'Elisabeth Borne sera débattue par l'Assemblée Nationale dès 16 h, ce lundi. Mais elle n'a aucune chance d'aboutir, selon l'élu, faute de soutien des autres groupes au Palais Bourbon.

Cette motion "n'a aucun sens"

"Cette motion n'a véritablement aucun sens, y compris en terme parlementaire pour la Nupes", poursuit l'élu des Hauts-de-Seine, face à Elizabeth Martichoux. Et d'ajouter : "Qui peut penser qu'avec une minorité parlementaire, ils vont pouvoir remplacer la majorité actuelle ?" Pour ce dernier, la stratégie de Jean-Luc Mélenchon, qui "lui seul, dirige la Nupes", est claire : il veut "déstabiliser le gouvernement", notamment "en s'opposant dans les lois, dans la rue, animer les revendications sociales", appuie le député Modem.

"Mais ça ne marchera pas : les Français sont attachés aux respects des équilibres", prévient Jean-Louis Bourlanges. "Cette motion n'aboutira donc pas et, ceux qui la votent, montreront simplement le signe d'une sorte d'opposition radicale."

Dans le lot, toutefois, comme Les Républicains, le Rassemblement National a indiqué ne pas vouloir voter cette motion. Marine Le Pen "est assurément plus prudente (...) Mais cela ne veut pas dire qu'il y a des convergences entre le RN et la majorité", maintient le député. Comme avec La France Insoumise, "nous sommes opposés sur tout l'ensemble géopolitique que défend le parti, mais aussi sur le plan intérieur et sur le plan démocratique. La conception n'est nulle part la même", assure-t-il.

Lire aussi

Une seule motion de censure a été votée dans l'histoire de la cinquième République, sur les 109 déposées. C'était en 1962, le Premier ministre s'appelait alors Georges Pompidou.


Léa COUPAU

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info