"Le 49-3 n'est pas la seule solution" : Sarkozy appelle Macron à conclure "un accord politique"

A. Lo.
Publié le 23 octobre 2022 à 9h07
JT Perso

Source : RUTH ELKRIEF 2022

Dans une interview au JDD, l'ancien président a renouvelé son soutien à Emmanuel Macron, sans manquer de lui donner quelques conseils.
Il rappelle notamment que le recours au 49-3 ne pourra pas se faire indéfiniment.
Par conséquent, il invite l'actuel président sans majorité absolue à conclure un "accord politique".

Se tourner vers la droite "de façon plus franche". Dans un long entretien au Journal du dimanche, Nicolas Sarkozy n'a pas manqué de prodiguer quelques conseils à son successeur auquel il a renouvelé son soutien. S'il n'hésite pas à lui rendre hommage, le décrivant notamment comme ayant "sang-froid, mesure et expérience", il l'invite aussi à avoir moins d'hésitations à se tourner franchement vers la droite, allant même jusqu'à lui suggérer de conclure un "accord politique" pour pallier sa majorité relative à l'Assemblée nationale.

"Le président a des intuitions et une expérience incontestables. Mais j’observe qu’il peut parfois avoir la tentation de s’arrêter au milieu du gué. Ce sont les inconvénients du 'en même temps'", juge-t-il dans cette interview.

Les limites du 49-3

"Ce n’est faire injure à personne que de rappeler que le président Macron vient de la gauche", explique Nicolas Sarkozy. "J’aimerais parfois qu’il franchisse le Rubicon de façon plus franche, car la France est aujourd’hui majoritairement du côté du parti de l’autorité, de la fermeté, de la liberté. Appelez cela centre droit, centre, droite républicaine, peu importe : l’axe stratégique du pays se trouve clairement là."

Par ailleurs, l'ancien président n'a pas manqué de pointer les limites de l'article 49-3 de la Constitution, utilisé par l'exécutif pour faire passer la partie recettes du projet de loi de finances de 2023, faute de majorité absolue à l'Assemblée nationale. Si Nicolas Sarkozy assure comprendre pourquoi Emmanuel Macron y a eu recours, "je rappelle qu'il ne pourra pas le faire indéfiniment". 

"Le 49-3 n'est pas la seule solution", ajoute le fondateur du parti Les Républicains. C'est pourquoi il suggère à son successeur de chercher plutôt à conclure "un accord politique en bonne et due forme avec toutes les bonnes volontés prêtes à constituer une majorité dans l’intérêt supérieur du pays. On ne se renie jamais lorsqu’on fait le choix de l’intérêt général."

Lire aussi

Cet entretien est aussi l'occasion pour Nicolas Sarkozy de revenir sur la campagne présidentielle et son soutien à Emmanuel Macron au détriment de Valérie Pécresse, pourtant candidate désignée par sa famille politique, Les Républicains. "Si c'était à refaire, je le referais", assume-t-il sans complexe.


A. Lo.

Tout
TF1 Info