Le maire EELV de Grenoble soutient les "Hijabeuses" et s'en prend à la FFF

La rédaction de TF1info
Publié le 18 février 2022 à 12h22
JT Perso

Source : TF1 Info

Eric Piolle a apporté son soutien aux "Hijabeuses", et réclamé de revenir "à l’esprit de la loi et à la loi de 1905", autorisant le port du voile dans l'espace public.
Selon lui, "la Fédération française de football tord la loi" en interdisant aux footballeuses de jouer voilées.

Eric Piolle juge hors la loi la position de la Fédération française de football (FFF). Sur Europe 1, ce vendredi 18 février au matin, le maire écologiste de Grenoble a soutenu le combat des "Hijabeuses", estimant que la loi de 1905 sur la laïcité les autorisait à porter le voile sur un terrain de sport si elles le souhaitaient. "La loi de 1905, c'est que vous avez le droit de porter des signes religieux dans la rue. Aux Jeux olympiques, les signes religieux sont autorisés. La Fédération française de football tord la loi, donc elle ne pourra pas tenir", a-t-il estimé. 

"Aux Jeux olympiques à Paris, les sportifs et les sportives auront le droit de porter des signes religieux et auront le droit, j’espère, de s’habiller comme [ils] le souhaitent. C’est-à-dire que les beach-volleyeuses en mini-short, là aussi, ça doit être fini. La pression sur les corps ça doit être fini. Revenons à l’esprit de la loi et à la loi de 1905", a déclaré Eric Piolle, rappelant que la ministre déléguée à l'Égalité femmes-hommes, Elisabeth Moreno, avait, elle aussi, apporté son soutien aux "Hijabeuses".   

Wauquiez l'accuse de soutenir la "soumission islamiste"

Le candidat écologiste à la présidentielle, Yannick Jadot, est sur la même ligne que le maire de Grenoble. Il y a quelques jours, il avait soutenu la ministre, dans le même temps lâchée par l'ensemble du gouvernement, pour rappeler que "la loi n'interdit pas ça. La loi sur la laïcité, elle est claire". "Franchement, si on peut lâcher la grappe de ce pays sur la question des musulmanes et des musulmans et qu'on applique strictement la loi sur la laïcité, on s'en sortira toutes et tous mieux", avait-il estimé sur BFMTV.

Lire aussi

Jeudi, dans un tweet annonçant son soutien aux "Hijabeuses", le maire de Grenoble avait également indiqué que sa majorité à Grenoble réfléchissait au sujet du "burkini et du rapport au corps" avant la réouverture des piscines. Alors qu'un collectif citoyen milite pour autoriser ce vêtement dans les bassins et l'appelle à prendre position, la mairie de Grenoble n'a pas tranché la question, ouvrant le débat au sein de sa majorité et estimant qu'elle relève des compétences de l'État. Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez (LR), a répondu à l'édile : "Chacun ses combats. Vous soutenez la soumission islamiste qui est une insulte à la liberté des femmes. À Grenoble, comme n’importe où en France, il ne faut pas céder : le burkini n’a pas sa place chez nous." 

Un collectif, les "Hijabeuses", a saisi le Conseil d'État en novembre 2021 pour obtenir l'abrogation de l'article 1 du règlement de la Fédération française de football (FFF), qui interdit "tout port de signe ou tenue manifestant ostensiblement une appartenance politique, philosophique, religieuse ou syndicale".


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info